Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Destiny 2 – Renégats – Collection Légendaire : Bilan du premier Season Pass convaincant ?
PC / PS4 / Xbox One /
Destiny 2 – Renégats – Collection Légendaire : Bilan du premier Season Pass convaincant ?
Ça monte crescendo

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
La première année de suivi liée au premier Season Pass du FPS/TPS Destiny 2 s'achève. En attendant la deuxième année de suivi et son nouveau Season Pass accueillant trois nouvelles extensions à venir dès cet hiver, nous revenons sur le titre de Bungie avec ses trois extensions. D'ailleurs, si vous êtes passé à côté pour la sortie du DLC Renégats (ou Forsaken), Destiny 2 s'offre une Collection Légendaire incluant le jeu de base ainsi que les trois premiers DLCs parus : La Malédiction d'Osiris (décembre 2017), l'Esprit Tutélaire (mai 2018) et bien-sûr le dernier en date Renégats paru en septembre 2018 à un prix moindre. De quoi craquer ?

Ce n’est pas la première fois que Destiny ressort dans un format complet. Si vous vous souvenez, Destiny premier du nom avait également eu droit au même traitement dans sa version « La Collection ». Si vous voulez vous rafraîchir la mémoire, c’est par ici que cela se passe.

Destiny 2 est donc la suite directe du premier opus et suit les traces de son prédécesseur en gardant les bases acquises. On y retrouve non seulement le savoir-faire de Bungie avec la patte nerveuse et dynamique des combats de ce FPS/TPS très orienté multijoueur, mais aussi une histoire mieux développée et écrite que son prédécesseur. On rappelle le contexte en bref : le dernier bastion de la Terre subit les attaques des Légions Rouges guidées par Ghaul, leur commandant. Les Gardiens, désormais sans la protection du Voyageur, n’ont plus accès à leurs pouvoirs et leurs armes spéciales. Pour l’heure, il est temps de fuir la planète.

En plus de ces deux éléments que sont le scénario et les combats, on retrouve également la partie RPG avec les doctrines liées à la classe de joueur utilisée entre le Chasseur, l’Arcaniste ou le Titan, l’équipement doté de caractéristiques propres, de nombreuses quêtes annexes, l’exploration de plusieurs planètes dépaysantes et l’atout du multi pour ceux qui adorent le PVP. Finalement Destiny 2 a su progresser par rapport au premier opus grâce à des ajustements, même si l’on regrette un véritable manque de nouveautés.

Si vous attendiez une édition « complète » avant de vous lancer dans Destiny 2, et que vous n’avez pas suivi l’évolution du titre, on ne saurait que vous conseiller de relire notre test complet paru préalablement pour avoir de plus amples détails et informations. Maintenant que vous avez les cartes en main, on va parler plus en détail des trois premières extensions : La Malédiction d’Osiris (décembre 2017), l’Esprit Tutélaire (mai 2018) et Renégats (septembre 2018).

La Malédiction d’Osiris

On commence donc par la Malédiction d’Osiris, premier DLC paru en décembre 2017. D’une petite durée approximative de trois heures pour la campagne, cette courte extension nous emmène à la redécouverte de la planète Mercure en proie à des phénomènes inquiétants. Oui, cette même planète qu’il était possible de côtoyer grâce à l’événement PVP « le Jugement d’Osiris » sur le premier Destiny, rappel : il fallait un nombre assez important de victoires sans défaite pour accéder au phare de Mercure !

D’après les sources de l’Arcaniste Ikora, la planète est en proie au Vex et le spectre d’Osiris, Sagira, a été retrouvé inanimée. Avec ce nouveau contexte scénaristique misant sur Osiris, on s’attendait forcément à quelque chose de plus exploité, mais finalement on ne découvre que – pour ainsi dire – la surface de cet ancien gardien banni. C’est fort dommage pour un personnage de cette envergure, Bungie préférant juste donner un peu plus de détails sur le background du passé des Arcanistes.

En ce qui concerne l’évolution, on arpente donc la planète Mercure, qui pour le coup a une vraie identité artistique et visuelle, mais avant d’évoluer sur ces deux facettes (liées au voyage dans le temps), il faut passer par la « Fôret Infinie ». Clairement, cette transition entre les époques nous a refroidi au niveau de son Level Design. Pour un espace réalisé tout en Vex, on s’attendait à quelque chose ayant au moins l’acabit du Caveau de Verre, plutôt que de se retrouver à voyager de plate-forme en plate-forme. Et si l’on est si dur envers ce passage, c’est que juste à côté les paysages du passé et du futur de la planète, tout comme les panoramas, sont vraiment splendides. D’un côté on découvre une planète remplie de lumière, de dunes et de fleurs, alors que de l’autre Mercure a un aspect froid, privé de lumière,…

En dehors de la trame principale et de ces nouveaux environnements, de nouvelles missions sont également présentes. Initiées par le disciple d’Osiris que l’on connaît bien, les missions de Frère Vance nous emmènent dans des lieux déjà visités avec des environnements quelque peu remaniés. Bien entendu, de nouvelles activités PVE/PVP sont également de la partie, et au terme de ces missions on peut utiliser la Forge installée dans le phare de Mercure.

En conclusion, La Malédiction d’Osiris est une demi-déception ; d’un côté il y a de bons éléments et de bonnes idées, mais de l’autre le scénario, tout comme son concept de voyage dans le temps, est trop sous-exploité, dommage.

L’Esprit Tutélaire

On continue par le second DLC du soft paru en mai dernier, l’Esprit Tutélaire. Contrairement à la Malédiction d’Osiris, ce DLC est le fruit d’un co-développement entre Bungie et les développeurs de la version PC de Destiny 2, Vicarious Visions. Nullement besoin de dire que ce studio n’est pas novice dans le développement du jeu vidéo.

Ouvrons une petite parenthèse : à propos justement du studio derrière le remake Crash Bandicoot N.Sane Trilogy, celui-ci est actuellement à la recherche d’une ou plusieurs personnes disposant de compétences spécifiques dites « en ligne ». Précision importante, si vous vous attendiez à du recrutement spécifique pour Destiny 2, ce n’est pas le cas, puisque cette annonce n’a strictement rien à voir avec ce projet. A présent, fermons cette parenthèse.

D’une durée là encore approximative d’environ 3 heures de jeu pour la campagne, l’histoire de cette extension Esprit Tutélaire se passe sur Mars, une planète que l’on connaissait déjà sur le premier Destiny. Cette fois on rencontre Ana Bray, une Gardienne chasseuse qui cherche à en savoir plus sur son passé et ses origines. A côté de cela, l’Esprit Tutélaire Raspoutine, l’intelligence artificielle et accessoirement l’une des armes les plus puissantes du monde, s’éveille sur la planète à cause de la fonte de la calotte glaciaire de Mars. Mais surtout, une armée de la Ruche cherche à s’emparer de son pouvoir.

Encore une fois, le contexte utilise le background de Destiny : on connaît déjà bien-sûr la ruche mais aussi les serviteurs des Ténèbres que sont les Dieux-Vers, ainsi que des éléments de l’Age d’Or. Malheureusement cette fois encore, les éléments les plus intéressants à développer ne sont pas de la partie et sont juste abordés, même si quelques petites informations sont cachées ici et là dans les descriptions d’équipements. Mais ce n’est pas suffisant à notre goût pour exploiter pleinement le potentiel de l’énorme background de l’univers Destiny. Finalement le point positif, c’est que même si les personnages manquent de profondeur, ils sont un peu mieux amenés.

En terme d’évolution, on retrouve donc la planète Mars avec cette fois un tout nouvel environnement. Disons-le tout de suite, le terrain de jeu est plus grand que celui de la planète Mercure du DLC Osiris, et plus agréable à explorer, à tel point que l’on peut de nouveau utiliser un Passereau pour se déplacer. Outre les ennemis déjà connus qui ont désormais des variantes pour éventuellement changer son approche de jeu, Mars renoue avec les secrets à découvrir grâce à son Level Design. Tout comme la planète Mercure, Mars aborde deux facettes mais cette fois dans un même environnement : des teintes bleutées pour la calotte glaciaire d’un côté, et de l’autre le rouge/orangée que l’on connaît. Encore une fois, l’alliance des teintes et des couleurs est superbe.

A côté de l’aventure principale, le DLC Esprit Tutélaire renoue également avec la gloire passée de Destiny dans ses diverses missions secondaires. On retrouve par exemple les quêtes d’armes exotiques où il fallait récolter plusieurs fragments, on a aussi des patrouilles, etc… Avec ce second DLC, il y a évidemment d’autres événements PVP/PVE que sont la Flèche d’Etoile (Raid à bord du Léviathan) et le Protocole d’Intensification, dérivé d’un événement déjà vu dans le premier Destiny.

En résumé, l’Esprit Tutélaire fait mieux que la Malédiction d’Osiris puisqu’il renoue avec les bons points du premier Destiny. Outre les redites, Mars par son environnement et son Level Design donne vraiment envie d’explorer ce nouveau terrain de jeu. Malgré tout, ce DLC garde aussi des défauts de son prédécesseur, notamment un scénario encore sous-exploité.

Renégats (ou Forsaken)

On termine cette série d’extensions avec le dernier DLC paru le mois dernier : Renégats (ou Forsaken), développé par Bungie avec l’aide de High Moon Studios. Au contraire des deux DLCs précédents, Renégats est une extension majeure qui profite de diverses nouveautés, et qui signe définitivement le retour de Destiny.

Si la campagne se termine seulement au bout de quelques heures, elle est aussi plus intéressante par son aspect tragique, sa quête de vengeance mais aussi grâce à un background bien utilisé. Pour le scénario, on retourne dans le Récif des Eveillés et plus particulièrement dans la Prison des Vétérans, avec un allié de taille pour aider Pétra Venj face aux criminels. Après un tour de force, Pétra se rend compte que les Barons accompagnés de leur leader Uldren Sov se sont échappés. Notre allié (pour ne pas citer son nom et éviter tout spoil) part seul à leur poursuite et finalement en le rejoignant, ce personnage meurt sous les yeux du Gardien. S’ensuit alors une quête de vengeance.

En ce qui concerne l’évolution, cette fois deux nouveaux lieux sont accessibles : la Côte Enchevêtrée et la Cité des Rêves. Relativement imposante, la Côte Enchevêtrée est un environnement intéressant avec une partie « ferrailleuse » qui contraste avec des plaines crépusculaires. De son côté, la Cité des Rêves n’est pas en reste en étant directement inspirée d’un univers fantasy, alliant forêt luxuriante et grottes cristallines. Là encore les équipes de développement ont su retranscrire une forte identité visuelle avec des panoramas magnifiques, l’envie d’exploration est clairement là.

Si cette envie s’était déjà faite ressentir sur le DLC Esprit Tutélaire, cette extension majeure Renégats regorge de secrets en tous genres, de nombreuses activités annexes et d’énigmes. L’environnement de la Cité des Rêves en est même un exemple, on cherche à accéder aux nouvelles zones cachées, à trouver tous les secrets, les coffres, à en savoir plus mais même avec un environnement aussi beau, ne vous attendez pas à faire le/la touriste : la difficulté est au rendez-vous si l’on ne dispose pas de suffisamment de Lumière.

Et oui, comme à l’accoutumée avec ce DLC, le Level maximum a été rehaussé, on passe désormais du Level 30 à quelques dizaines supplémentaires, et évidemment le niveau de Lumière est également accru.

A côté de cela, il y a eu des ajouts au niveau des Supers ce qui permet de personnaliser davantage son personnage, et de nouvelles Doctrines sur les classes utilisables font également leur apparition. On peut donc encore plus spécialiser son Gardien dans un domaine de prédilection prédéfini, ou au contraire faire un équilibre pour combler des lacunes.

Autre nouveauté alléchante, les développeurs ont inclus une arme de choix : l’arc. Certes maintenant on la voit régulièrement dans plusieurs jeux, mais cette arme fait son petit effet ici. Relativement plaisant à jouer et fun à utiliser, l’arc dispose de plusieurs subtilités intéressantes, ce qui rend l’arme presque indispensable. Entre les nouveaux Supers, Doctrines et cette nouvelle arme emblématique qu’est l’arc, les choix se ressentent davantage dans le gameplay.

Outre les missions annexes, patrouilles, événements, un nouveau Raid et le Puits Aveugle (dérivé d’une sorte de mode Horde relativement nerveux), il y aussi le mode Gambit. Ce dernier mélangeant le PVE et le PVP, est plutôt fun. Scindé en deux équipes de quatre Gardiens évoluant chacun de leur côté sur une zone différente, mais se composant de la même manière, on évolue pour combattre des ennemis. A leur mort, ils laissent un certain nombre de cristaux qu’il va falloir ramener au centre de l’arène afin « d’invoquer » le boss dénommé Primordial. Si on se dit que jusque-là les choses sont classiques, il y a tout de même quelques subtilités.

A commencer par le fait que déposer des cristaux vont mettre des bâtons dans les roues de l’équipe adverse avec l’apparition d’ennemis qui empêchent la déposition de leurs cristaux. Et si les Gardiens de l’équipe adverse en possession de cristaux meurent sans les déposer, ils les perdent. Autre subtilité : à certains paliers, un portail s’ouvre permettant à un membre de l’équipe d’envahir provisoirement la zone de l’équipe adverse. Et là vous l’aurez deviné, l’objectif devient purement et simplement du PVP et il suffit « d’abattre » ses adversaires pour les empêcher de progresser. Dernier détail : lors du combat contre le Primordial, chaque mort est synonyme de regain de vie pour le boss. Ce mode vaut vraiment le détour lorsque l’on souhaite s’aérer des quêtes traditionnelles.

Avec Renégats, Destiny 2 a vu aussi l’arrivée de l’An 2 et des sortes de nouveautés/modifications. On ne va pas tout détailler pour laisser un lot de surprises à tous les joueurs(euses) qui sont actuellement sur Destiny 2 (hors DLCs) mais aussi à tou(te)s les débutant(e)s en herbe.

On a par exemple des modifications au niveau du système de l’armement concernant chacun des trois slots, différentes manières d’obtenir de l’équipement plus facilement ou encore des nouveautés/retouches dont une concernant la « refonte » de l’Infusion, mais plutôt que de vous en parler plus en détail, on vous laisse découvrir toutes ces nouveautés fortement appréciables.

En résumé, Renégats apporte son lot de contenus conséquents entre un scénario intéressant, deux nouveaux lieux regorgeant d’annexes et de secrets, un mode Gambit surprenant dans le bon sens du terme, et tout plein de petits ajouts intéressants. Si quelques rééquilibrages dont celui de l’Infusion sont plus coûteuses et plus gourmandes en farming, Destiny 2 revient au top avec cette extension qui rappelle les bonnes heures passées sur le premier Destiny.

Testé sur Xbox One X

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Il est l'heure de passer au bilan de cette Collection Légendaire. Si le début du futur de Destiny avec ce second opus était en manque de contenu, Bungie et ses partenaires ont su écouter les plaintes des joueurs(euses) et redresser la barre avec les deux premiers DLCs. Même si ces derniers apportent un petit plus, ils accusent malgré tout un manque de profondeur dans leurs scénarios. Mais on peut dire qu'à l'heure actuelle Destiny 2, bénéficiant d'une 4K Native et HDR sur Xbox One X, peut se targuer d'avoir retrouvé sa gloire passée grâce au contenu conséquent du DLC Renégats. On a donc affaire à un jeu intéressant, bien ficelé, doté d'un gameplay bien nerveux et de nouveautés/retouches savoureuses. Il reste encore certains points à améliorer, néanmoins le jeu a un bel avenir devant lui. On a hâte de voir ce que nous réservent les prochains DLCs.
ON A AIMÉ !
- Un gameplay toujours aussi nerveux
- De belles nouveautés
- Le mode Gambit
- De nombreux secrets et annexes à découvrir
- L'Extension Renégats
- De nouveaux environnements superbes (notamment la Cité des Rêves)
- L'arc, une nouvelle manière alléchante de jouer
- De nouvelles Doctrines et modifications au niveau des armes
ON A MOINS AIMÉ...
- Les deux premières extensions manquent de profondeur dans leur scénario
- L'Infusion devient trop coûteuse
- Concept du voyage dans le temps sous-exploité
Destiny 2 – Renégats – Collection Légendaire : Bilan du premier Season Pass convaincant ?
Destiny 2 - Renégats - Collection Légendaire
Editeur : Activision
Développeur : Bungie / Vicarious Visions / High Moon Studios
Genre : FPS/TPS à forte tendance multijoueur
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 12
Sortie France : 04/09/2018