Focus Harry Potter
Calendrier de l'Avent MaXoE
17
18
19
20
21
22
23
24
25
MaXoE > GAMES > Tests > PC > .Hack//G.U. Last Recode : Une réédition remasterisée à la hauteur !
PC / PS4
.Hack//G.U. Last Recode : Une réédition remasterisée à la hauteur !
Le précurseur des "faux MMORPG"

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Décliné en différents supports tels que des jeux vidéo, anime ou encore manga, .Hack (dot Hack) avec son aspect MMORPG, a inspiré des licences comme Sword Art Online. A l'occasion du quinzième anniversaire de la série .Hack (dot Hack), Bandai Namco a sorti pour la première fois en Europe, la compil'/remaster de la trilogie G.U (disponible séparément sur PS2 en import). Intitulé .Hack//G.U. Last Recode, ce remaster PS4 de l'Action-RPG prenant place dans un contexte MMORPG débarque avec une petite surprise, celle d'un quatrième épisode inédit spécialement conçu pour l'occasion. Voyons si ce remaster et les nouveautés de .Hack//G.U. Last Recode valent le coup d'oeil.

Un double visage

Comme nous le disions dans notre introduction, la série .Hack (que l’on prononce Dot Hack) a subi de nombreuses déclinaisons, allant des jeux vidéo à des romans, en passant par des anime, manga et même des CDs Audio. Si la première quadrilogie jeux vidéo est manquante de cette Compil’/Remaster, elle n’est pas nécessaire pour découvrir les tenants de .Hack//G.U. Last Recode, néanmoins, CyberConnect 2 a eu l’excellente idée de mettre des résumés vidéo de chaque épisode de cette première quadrilogie : Infection, Mutation, Outbreak et Quarantine.

Ces résumés sont d’ailleurs visionnables directement via le menu de l’écran principal dans la section « Terminal Disc ». C’est ainsi que l’on va pouvoir revivre les aventures de Kite dans « The World », un « MMORPG » à l’univers riche (dont les différentes déclinaisons ont « grossi » cet univers). Ces épisodes de la première quadrilogie vont d’ailleurs nous servir à mieux cerner certaines références et clins d’oeil de G.U.

Si on a eu le droit à la sortie de la première quadrilogie (Project .Hack disponible sur PS2) en France, ce ne fut pas le cas de la trilogie G.U (sorti sur PS2) qui débarque pour la première fois sur notre territoire. Il faut d’ailleurs savoir que nous n’avons plus affaire à une trilogie mais à une quadrilogie, CyberConnect 2 ayant profité de cette sortie en Europe pour clôturer les aventures d’Haseo avec le développement d’un quatrième épisode inédit jusqu’alors.

L’intrigue est plutôt dense, complexe, intéressante et dispose de divers rebondissements donnant à ce
scénario un énorme point fort, même si certains trouveront forcément que la narration peut traîner en longueur sur diverses séquences (n’oublions pas que l’intrigue se déroule sur quatre titres). Si vous découvrez .Hack//G.U. Last Recode, on ne pourra que vous conseiller de regarder l’anime .Hack Roots (absente des softs par ailleurs) qui constitue une préquel parallèle (les mois passés sous silence et le début de G.U.) des aventures d’Haseo, et qui permet surtout de comprendre les motivations du PKK et l’enjeu de l’intrigue. Autant dire que pour un total débutant de la série .Hack qui n’a vu aucun anime ni lu aucun manga, il y a un risque d’être perdu sans se documenter un minimum et il sera difficile d’en saisir toutes les nuances.

L’histoire débute 7 ans après les événements de la première quadrilogie. Nous sommes en 2017 et « The World » n’est plus, enfin… Désormais, les joueurs sont passés sur la dernière version du jeu « The World », « R:2 » mais les PK (des tueurs de joueurs) sont très nombreux. Leur passe-temps favorit n’est autre que de tuer les joueurs noobs (débutants), c’est-à-dire ceux qui débutent à peine le jeu.

Tout commence lorsque Haseo débarque sur The World, non-content de découvrir ce monde. Deux joueurs vont l’aider à s’intégrer en lui inculquant les bases du jeu. Jusque là tout va bien, sauf lorsque c’est lui qui est pris pour cible par les PKs, les joueurs l’accompagnant. Et alors qu’Haseo allait mourir sous les coups de lames, un mystérieux joueur intervient : Ovan. C’est ainsi que ce dernier va recruter Haseo dans sa guilde. – La suite de cette partie se déroule dans l’anime .Hack Roots.

huit mois plus tard, Haseo a bien changé, il est devenu « la terreur de la mort » et entreprend de vaincre chaque PK, puisqu’il en est devenu un en quelque sorte : autrement dit un joueur qui se bat contre les tueurs de joueurs. Il est prêt à tout pour retrouver le PK Tri-Edge, celui qui a assassiné une camarade de guilde, Shino. Si vous avez déjà joué à un MMORPG, vous le savez, après un assassinat en jeu on réapparaît à la dernière save/checkpoint. Enfin en principe, sauf que depuis cette attaque, Shino, elle, est plongée dans un coma dans « le monde réel ».

Après moult recherches, Haseo retrouve Tri-Edge sur les lieux de son méfait. Mais lors du combat Haseo s’effondre suite à une drôle d’attaque « reprogrammable » et se retrouve déconnecté. Lorsque le joueur ayant créé Haseo relance le jeu, il s’aperçoit qu’il a tout perdu : objet, équipement, or et même son Level. Haseo est redevenu un joueur de niveau 1. Il a du chemin à parcourir pour redevenir « la terreur de la mort » et vaincre Tri-Edge.

Le précurseur

Depuis le début de sa création .Hack n’est pas un véritable MMORPG mais un A-RPG (Action-RPG) jouable en solo uniquement, qui prend l’apparence d’un MMORPG dans son contexte/interface. Parlant de cette interface, on peut accéder à ses mails, consulter des sites officiels, des forums et même consulter des rumeurs,… Et se connecter bien entendu, cela c’est pour le monde réel qui constitue l’avant-connexion d’un joueur à The World. En jeu, dans The World, l’interface est plus semblable à un jeu d’Action-RPG mais toujours avec l’habillage d’un MMORPG. On peut ainsi faire du troc (des échanges d’objets entre joueurs), créer une équipe, se déconnecter, voir les quêtes, etc…

Durant nos pérégrinations, on contrôle juste Haseo (logique pour un MMORPG, mais on préfère préciser) dans des environnements en zone ouverte ou plus confinées en donjons. A noter que pour atteindre ces environnements, il faut se rendre dans l’une des zones de téléportation de la ville et y insérer des mots-clefs. Ainsi, si les mots-clefs sont les mêmes mais pas le serveur, le lieu peut être différent. Bien évidemment, étant dans un MMORPG on va forcément retrouver les mêmes paysages au cours des divers softs pour l’intrigue, mais chaque épisode apporte heureusement des nouveautés et des activités pour vraiment se croire dans un MMO : quêtes annexes, PVP d’arène, activités de guilde, créature à chasser, PK sur les lieux,…

Des combats nerveux

Mais mis à part tout ce côté MMORPG qui peut devenir lassant ou répétitif en fonction de l’accroche à ce
système MMO et ses mêmes environnements, il ne faut pas oublier l’une des parties centrales du titre : les combats.

Après avoir fait une attaque préventive (ou non) sur un ennemi présent sur le terrain, le combat s’engage. Une « mini-transition » s’opère, c’est-à-dire qu’une arène se forme pour combattre et qu’on ne peut pas en sortir à moins d’avoir un objet spécifique. Les combats sont assez nerveux et bien fluides avec une certaine rapidité. On se retrouve ainsi avec l’incontournable parade, esquive et l’attaque. Et on peut dire qu’au début de l’aventure, l’attaque sera la meilleure option mais par la suite on apprend à dompter un gameplay plus riche et profond.

On peut par exemple utiliser des compétences en les sélectionnant par le biais du menu principal ou via une palette de raccourcis, utiliser une attaque spéciale et surpuissante dénommée Rengeki, remplir une jauge de « moral » et l’utiliser avec son équipe du moment ce qui donne accès à divers types de compétences axées sur l’offensif : décupler sa vitesse, engendrer des attaques magiques dévastatrices ou bien encore switcher entre différents types d’armes en fonction de la faiblesse de l’adversaire.

Seulement on trouve que les combats sont beaucoup trop faciles, sans doute ont-ils été adaptés à la baisse pour ce remaster. Pour vous donner une idée, dès que l’on a un Level supérieur à l’ennemi, ce qui arrive quasiment tout le temps, le combat ne sera qu’une formalité. Ce que l’on pourrait vous conseiller c’est de ne pas trop Level Up, et de ce fait se retrouver à un Level inférieur à l’ennemi, ce qui donnera des combats plus ardus.

Des nouveautés sympathiques

A noter pour ce remaster, l’ajout d’un mode « Triche » qui permet de vivre l’histoire à fond, autrement dit vous aurez accès au Level maximum et aux meilleurs objets/équipements dès le début du jeu. N’oublions pas qu’à chaque fois que l’on termine l’un des épisodes, on peut transférer sa sauvegarde pour le prochain jeu, un aspect bénéfique de la version d’origine qui a donc été gardé pour ce remaster. Inutile de dire qu’en mode Triche, l’intérêt de l’action et des combats devient nul, c’est donc à éviter à tout prix sauf si vous n’aimez pas la partie combat bien sûr.

Terminons par une nouveauté majeure pour cette version PS4 : un quatrième épisode a spécialement été conçu pour enfin finir l’histoire d’Haseo. Se situant presque un an et demi après « Redemption », ce quatrième épisode dure environ six heures et on y trouve quelques nouvelles têtes et de nouveaux pouvoirs, ainsi qu’une fin satisfaisante. Mais nous n’allons pas aller plus loin dans les spécificités du dernier soft, ni de son histoire pour des raisons évidentes de spoil.

Egalement présent comme nouveauté pour ce remaster, un mode Parodie, c’est-à-dire que toutes les scènes cinématiques ont été redoublées avec de l’humour. Et bien évidemment, pour ne pas être spoiler, il faut regarder ces scènes après avoir fini le jeu.

Un lifting efficace

Passons maintenant à la partie technique de ce remaster. Pour rappel, le premier volet de la trilogie G.U. est paru sur PS2 en 2006 au Japon et aux USA. Onze ans et deux générations de consoles plus tard, le constat est là. On a le droit à un lissage graphique, ce qui fait disparaître l’aliasing de la version PS2, une netteté d’image appréciable et un travail sur les couleurs et lumière donnant désormais un aspect plus typé manga/anime à la manière d’un Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3 Full Burst. Attention toutefois, il s’agit juste d’une adaptation sur PS4/PC, on a donc toujours un ressenti vide et un coup de vieux sur les textures du sol notamment.

Côté son et doublage, les musiques sont épiques, dramatiques, l’Ost est belle, et au niveau des doublages on peut choisir entre des doublages de qualité anglais ou japonais.

Testé sur une version PS4

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

On pourrait se demander pourquoi Bandai Namco sort dans l'hexagone .Hack//G.U. Last Recode, titre qui vient de fêter ses 11 ans de parution sur l'archipel Nippon (15 au total pour la franchise). Mais on pourrait également se dire "pourquoi pas" ? Pourquoi pas, parce que le titre n'arrive pas de la PS2 à la PS4 tel quel, il a été sublimé pour l'occasion en passant sur PS4, en plus d'intégrer de nouveaux bonus comme un quatrième volet exclusif à cette version. Si ce dernier volet n'excède pas les 5/6 heures de jeu, il apporte une bonne conclusion à un scénario complexe et riche en rebondissements. On le redit, cette compil'/remaster contient toute la partie G.U., à savoir les 4 titres (dont l'exclusif), ce qui avoisine les 100 heures de jeu, et avec des sous-titres en français s'il vous plait. Cependant, c'est dans son contexte même de "MMORPG" que l'on peut lui trouver son plus grand défaut : la lassitude et la répétitivité des environnements au fil des softs. On aurait bien aimé découvrir de nouvelles zones. En conclusion, .Hack//G.U. Last Recode, malgré ses défauts, conviendra aux fans de la série mais aussi aux débutants, et cela surtout pour son histoire et son univers.
ON A AIMÉ !
- Le scénario et ses rebondissements
- L'univers
- 4 titres dont 1 inédit pour 100 heures de jeu
- Les combats
- Le soin apporté pour ce Remaster
- Sous-titres français et voix japonaises/anglaises
ON A MOINS AIMÉ...
- Manque d'information si l'on n'a pas vu .Hack Roots
- Très facile
- Peut devenir répétitif et lassant en visitant les mêmes environnements
.Hack//G.U. Last Recode : Une réédition remasterisée à la hauteur !
.Hack//G.U. Last Recode
Editeur : Bandai Namco
Développeur : CyberConnect 2
Genre : A-RPG (Action-RPG)
Support(s) : PC, PS4
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 03/11/2017