- Article publié sur MaXoE.com -
http://www.maxoe.com


Retour sur Resident Evil 2 : une nouvelle vision de l’aventure



Bon entrons dans le vif du sujet. Le premier contact avec le jeu est absolument délicieux. Délicieux car il est un mélange de différentes sensations, la nostalgie d’un jeu qui nous a captivé à sa sortie et l’enthousiasme de cet élan de modernité respectueux d’un certain héritage. Justement, le début. On se retrouve dans la peau de Leon S. Kennedy ou de Claire Redfield. Cela commence dans une station essence bien trop sombre pour être honnête, on avance prudemment et voilà qu’au détour d’une porte on découvre un joli nid de zombies. Les premières sensations sont excellentes, la maniabilité est au rendez-vous et on peut tirer … en marchant !! Oui ! Voilà la bonne idée. Cette première séquence donne le ton de tout le jeu. Vous allez vous faire surprendre, vous allez déjà vous poser la question du nombre de munitions et vous serez épatés par la qualité graphique. 

Notre Press Start : 

Bon rapidement on se retrouve dans le fameux commissariat mais il a un peu changé. Pas tant que cela d’ailleurs, c’est plutôt notre vue qui a changé. Ainsi la vue TPS à la Resident Evil 4 change beaucoup de choses. On se sent plus libres et en même temps la peur n’a pas disparu pour autant. Donc que demander de plus ? 

Pareil mais pas pareil 

Le commissariat a subi quelques modifications quand même. Des pièces ont disparu, les énigmes ont changé et le bestiaire n’est plus tout à fait le même. Mais c’est tellement mieux. On se retrouve dans un environnement qui fascine et qui terrifie. Oui vous aurez peur, oui vous serez surpris, tout est fait pour cela. Les énigmes sont savoureuses en plus. Et puis, et puis, cette satanée gestion d’inventaire qui vous oblige à compter chacune de vos balles. Et puis vos éléments s’usent avec le temps. Oh oui il faudra faire attention, surtout au moment où vous allez voir débarquer le Tyran. Savamment placé, il débarque au moment où vous pensez vous en sortir et là il vous stresse pendant de longues minutes à apparaître partout où vous êtes. C’est parfait. Les surprises sont nombreuses, très nombreuses. Vous allez adorer cela. 

Je ne voudrais pas rentrer dans la technique et vous parler des machines à écrire, des coffres à objets, tous deux tirés des premières heures de la saga. Non, ici on parle de sentiment. On adore se balader dans les couloirs sombres, se confronter aux énigmes, se laisser surprendre par une créature de l’enfer, … Mesdames et messieurs, le survival-horror est de retour ! Et d’ailleurs ne croyez pas que cela soit un jeu d’action pure, pas du tout. Vous ne pourrez pas vous en sortir avec deux roulades, non votre personnage est plutôt fragile, ce qui renforce encore le stress. 

Contrairement à son ancêtre, le titre ne propose pas deux scénarios distincts dès le début, ils les ont fusionnés. Certes vous pouvez choisir de commencer avec Leon ou avec Claire mais la trame est globalement la même. Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai. L’histoire montre quelques petites choses différentes, notamment sur la fin. Et puis un deuxième run vous apportera un scénario bis qui vous fera démarrer à un autre endroit du commissariat, créant ainsi une aventure un rien différente avec, notamment, des énigmes modifiées. 

Vous l’avez compris, le titre est fidèle et original à la fois. Laissez-vous embarquer car Capcom a renoué avec son art du survival-horror. 

Testé sur Xbox One