- Article publié sur MaXoE.com -
http://www.maxoe.com


Ninja Gaiden Sigma, le retour de Ryu Hayabusa



Ninja Gaiden Sigma, le retour de Ryu Hayabusa

Sorti il y a maintenant trois ans sur XBOX, Ninja Gaiden s’est très vite imposé comme étant l’un des titres phares de la console de Microsoft, notamment grâce à son gameplay fluide et jouissif, sa difficulté hors normes et ses graphismes impressionnants. Même si ce premier épisode était une vraie réussite, les perfectionnistes de chez Tecmo ont ensuite décidé d’améliorer encore ce petit bijou avec Ninja Gaiden Black, une version revue et corrigée qui propose le tout nouveau mode mission et de nombreux ennemis supplémentaires, pour une difficulté toujours plus importante. Après deux titres sortis sur XBox et XBox 360, voilà qu’aujourd’hui le dernier volet de cette série fait son apparition sur la console next-gen de Sony avec Ninja Gaiden Sigma.

La voie du dragon

Exclusif à la PlayStation 3, Ninja Gaiden Sigma est en réalité un condensé du titre original et de Ninja Gaiden Black, offrant quelques unes des nouveautés apportées par Black (comme le mode mission) mais reprenant la difficulté du titre original (ce qui reste très loin d’une promenade de santé). De nouveaux ennemis sont également de la partie, ainsi que de nouvelles zones à explorer, mais le point le plus important reste bien sûr la possibilité de jouer avec Rachel. Le résultat de ce subtil mélange est bien entendu un titre assez fantastique, et peut être même le meilleur de la série.

Il est assez intéressant de voir comment le jeu a su conserver tout son intérêt trois ans et une génération de consoles plus tard. Les fans de l’original retrouveront avec Sigma tout le fun que procure ce jeu, ainsi que le subtil mélange de frustration et satisfaction lié à la grande difficulté de la série. Au contraire, ceux qui n’avaient pas apprécié l’original auront peu de chance de changer d’opinion avec ce nouvel opus.Le gameplay proposé par Ninja Gaiden Sigma est extrêmement rapide, peut être même plus rapide que dans l’original. La vitesse d’exécution nécessaire demande beaucoup de dextérité, chose que les nouveaux venus devront acquérir au fur et à mesure des missions, mais lorsque la technique est maîtrisée, elle permet de trancher sans peine la tête de nombreux ennemis. Ceux qui ont déjà passé de nombreuses heures sur les volets précédents disposent bien entendu d’un avantage, et auront l’impression que les premiers niveaux sont assez faciles (ce qui n’est pas réellement le cas).

Comme mentionné précédemment, la nouveauté la plus importante est la possibilité de jouer avec Rachel, une chasseuse de monstres qui a fait plusieurs apparitions dans le premier volet de la série, mais comme personnage secondaire. Dans Ninja Gaiden Sigma, il est maintenant possible d’incarner Rachel et de détruire tous les monstres qui se dressent sur sa route. Ces missions restent malgré tout en demi-teinte par rapport au reste de l’aventure. En effet, même s’il est assez intéressant de bénéficier d’éléments scénaristiques inédits (qui permettent de mettre en lumière certaines ombres de l’histoire), Rachel est un personnage légèrement moins fun à jouer que Ryu.

Rachel contre les démons

Alors que Ryu est rapide comme l’éclair, Rachel est beaucoup plus lente, mais plus puissante. Etant donné que la plupart des ennemis sont assez rapides, il est parfois un peu frustrant de devoir jouer plus défensivement que d’habitude. Plutôt que d’esquiver et de foncer dans le dos des ennemis, il est nécessaire avec Rachel de bloquer très souvent, et d’attendre sagement une ouverture dans les défenses ennemies. Ses contre-attaques sont également très efficaces, et seront souvent très utiles dans les situations difficiles.

La possibilité de jouer avec Rachel n’est pas la seule nouveauté offerte par Ninja Gaiden Sigma. De nouveaux ennemis ont été ajoutés par endroits, et quelques uns des anciens personnages ont également subi un remaniement visuel (qui ne s’arrête pas aux meilleures textures offertes par la PS3). La plupart d’entre eux ne disposent pas de nouveaux coups, mais il est maintenant plus simple de distinguer quel est le type d’ennemis à affronter (ce qui permet d’adapter sa technique). Toutes ces modifications d’apparence ont d’ailleurs été très bien réalisées.

Au chapitre des nouveautés, il est également possible de trouver une nouvelle arme (il s’agit en réalité de deux épées). Dragon’s Claw et Tiger’s Fang sont deux épées disponibles assez tôt dans l’aventure, très puissantes, mais également très cool. Contrairement aux autres armes, ces deux épées se manient quasiment de la même manière que l’épée du Dragon, il n’est donc pas nécessaire de laisser tomber l’efficacité pour quelques mouvements impressionnants mais pas toujours très utiles.

Des nouveautés

Le joueur bénéficiera également de l’ajout de quelques nouvelles zones à explorer. La première d’entre elles se situe au niveau du second chapitre dans lequel Ryu retourne en hâte dans son village dévasté par les flammes. Ce chapitre se terminait à l’origine par une scène dans laquelle Doku faisait sa première apparition et éliminait Ryu, posant par la même occasion les premières pierres de l’histoire et de la vengeance du héros. Dans Sigma, le joueur peut maintenant parcourir une maison en flammes et se battre contre plusieurs ennemis avant de rencontrer Doku et de tenter (en vain) de le battre.

En plus de ces quelques nouveautés, Ninja Gaiden Sigma dispose de modifications subtiles du gameplay, mais qui ont malgré tout leur importance. Par exemple, Ryu peut maintenant grimper automatiquement sur les murs, ou encore se déplacer à la surface de l’eau sans avoir à marteler le bouton de saut. Pour aider davantage les joueurs dans leur progression, Ayane envoie également plus de dagues accompagnées de messages indiquant où il faut se rendre (certaines zones comme Tairon ressemblent toujours à des labyrinthes où le joueur peut facilement se perdre).

Un des « défauts » présents dans le jeu original et qui a depuis été corrigé concerne les zones dans lesquelles il était nécessaire de combattre un nombre quasi infini d’ennemis. Certaines de ces zones, comme dans le niveau des Archives, pouvaient être réellement problématiques et ont été maintenant supprimées. Pour les remplacer, de nouvelles zones équivalentes, mais cette fois-ci facultatives, ont été ajoutées. Il s’agit encore de pourfendre une bonne centaine d’ennemis, avec à la clé des bonus plus ou moins intéressants (par exemple, des nouvelles coupes de cheveux pour Rachel).

Vif comme le ninja

Le mode mission arrivé avec Ninja Gaiden Black est bien entendu présent, tout comme la possibilité de changer de costume. Rachel dispose de son propre groupe de missions, mais comme mentionné précédemment, cela reste légèrement moins fun qu’avec Ryu. Le mode mission se débloque une fois le jeu terminé, il est bien entendu extrêmement difficile, et sert à tester les capacités du joueur. Des modes de difficulté supplémentaires sont également disponibles, mais cela s’avère souvent être une torture pour la plupart des joueurs.

Visuellement, Ninja Gaiden Sigma est sans aucun doute l’un des plus beaux titres vus à ce jour, avec tout au long de l’aventure des graphismes d’une très grande finesse. Les textures sont d’une très bonne résolution, les détails des personnages sont fantastiques, et le jeu reste d’une fluidité sans égale, même en 1080p. Les décors et les effets de lumières sont également très bien réalisés, même s’il est parfois possible de noter quelques défauts au niveau des ombres. Côté son, le titre bénéficie également d’une très bonne qualité de réalisation.

Même si le concept et le contenu du jeu sont vieux de trois ans, Ninja Gaiden Sigma s’avère sans aucun doute aussi fun que l’original. Toutes les nouveautés et les améliorations apportées permettent de proposer une expérience de jeu assez proche de la perfection, et font de ce nouvel épisode sûrement le meilleur de la série. Avec une aventure fun, difficile mais addictive, Ninja Gaiden Sigma dispose de toutes les armes pour séduire. Les fans des deux premiers épisodes et les nouveaux venus peuvent donc investir les yeux fermés.


Initialement publié le 04.07.07