A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > 3DS > Disney Infinity : Disney mal fini-ty ?
3DS / PC / PS3 / Wii / Wii U / Xbox360
Disney Infinity : Disney mal fini-ty ?

Appréciation de MaXoE
3
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Quand Disney a annoncé son intention de créer un jeu qui serait un croisement, pour schématiser, entre Skylanders, Little Big Planet et Lego, le public geek a retenu son souffle. Il y avait là dedans de quoi plonger les enfants dans l'extase intégrale, et certains adultes dans leur enfance. Pourtant, une sortie chaotique aux États de l'Oncle Sam a eu tendance à faire lever un sourcil perplexe aux amateurs, et au vu du résultat final, il n'est pas certain que le sourcil retrouve sa position initiale.

iOS_Disney_Infinity_01

Pourtant, le premier contact est agréable : le matériel est de qualité, avec notamment un soin particulier apporté aux figurines qui sans atteindre des sommets d’esthétisme sont tout de même fort plaisantes à l’œil. La truffe humide et l’oeil brillant on insère donc la galette dans le lecteur, on connecte son portail, on pose sa figurine et son pack aventures et… Oups.

D’abord, le concept du pack aventures est assez étrange. Dans Skylanders, référence immédiate en la matière, on avait d’abord une solide aventure raisonnablement scénarisée, que l’on pouvait ensuite agrémenter de quelques DLC sournoisement dissimulés en nouveaux petits jouets. Disney a pris le parti de commencer par cela, car à côté des trois aventures initiales, pas bien longues pour qui a déjà touché une manette, toute autre aventure passera par un achat obligatoire, sachant de plus qu’évidemment les personnages d’une aventure sont vendus séparément. Ainsi, dans le pack initial, on trouvera Mr Indestructible et Syndrome, mais pas Elastigirl ou les enfants, ce que les fans des Indestructibles ne manqueront pas de trouver regrettable. Il en va d’ailleurs ainsi de toutes les aventures du pack de base : on y trouvera le héros et sa nemesis, donc Jack Sparrow et Davy Jones ou Sully et Léon. Or, à notre humble avis, il n’est pas certain que les enfants, cible prioritaire du jeu, n’auraient pas préféré pouvoir jouer des héros que des vilains, en plus du fait qu’il est tout de même étrange d’affronter Davy Jones en jouant Davy Jones, ou de voir Syndrome gambader au QG des indestructibles et affronter ses droïdes. On sent donc d’emblée poindre une politique qui sacrifiera beaucoup de choses sur l’autel du billet vert, et même si Skylanders avait ouvert la voie au moins celui-ci n’avait pas atteint les extrémités que l’on peut craindre dans Disney Infinity.

image

Penchons-nous à présent sur le cœur du jeu, et après « oups », nous pouvons dire « ouch ». Du côté des aventures, on a en effet une grande quantité d’actions différentes : conduire, tirer, planer, se battre, donnant lieu à des activités variables. Le gros problème, c’est que l’on tourne vite, et même très vite en rond, et que l’ennui s’installe un peu trop rapidement, y compris très probablement auprès du jeune public. Et on a beau changer les personnages, ils se ressemblent un peu tous, et le jeu ne change pas, d’autant qu’il est impossible de brouiller les cartes en utilisant un personnage d’une saga dans une autre saga. Les quêtes annexes manquent de souffle, la quête principale est rarement fascinante, en somme, c’est peu ou prou la berezina, malgré quelques possibilités très limitées et encadrées d’apposer sa petite patte perso dans une aventure…

Ajoutons à cela une maniabilité approximative, voire même assez atroce pour les phases véhiculées, et l’on voit bien que le jeu a, au mieux, été conçu à la va-vite. Seul reste donc un doublage français impeccable et intégral, assuré souvent par les doubleurs originaux des personnages. Classe. Saut qu’ils répètent toujours la même chose, ad nauseam.

En revanche, le niveau de qualité général est tout de même très regrettable, surtout lorsque l’on sait que les développeurs, Avalanche, ont travaillé main dans la main avec Disney tout au long de leur travail…

06152334-photo-disney-infinity

Reste alors le fameux mode Toy Box qui a tant fait parler : inspiré de Toy Story 3, il devait permettre aux joueurs de créer, de A à Z, leur propre monde, ainsi que des jeux, des épreuves, et ainsi de suite. Une belle idée, rappelant donc Little Big Planet. Seulement, dans les faits, le bât blesse.

D’abord, il faut jouer des heures et des heures pour avoir ne serait-ce que de quoi avoir un univers un tant soit peu acceptable. Ensuite, cela passe par une roulette, beaucoup plus frustrante sans doute pour le jeune public que véritablement exaltante. Mais surtout, surtout, l’interface est à vouer aux gémonies. Lourde, pesante, le moindre résultat prend un temps interminable de labeur sans intérêt à se débattre avec un éditeur sadique… Et ce qui parait sadique à un adulte sera tout simplement insupportable pour un plus petit… Et comme de toutes façons le résultat n’est pas à la hauteur on rangera vite la Toy Box au grenier…

Qui plus est, et là il y a vraiment de quoi s’agacer, le jeu est perclus de petit bugs pénibles, et même s’il est pensé pour le multi, on ne peut pas dire que le pack de base, a minima, tienne ses promesses de ce côté, puisqu’il ne le permet tout simplement pas : en effet, on ne peut pas faire cohabiter un méchant et un gentil (alors que l’on peut tout à fait finir une aventure avec le méchant), preuve d’un mercantilisme acharné vraiment regrettable.

image(1)

Appréciation de MaXoE
3
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Hélas, trois fois hélas. Disney avait de l'or entre les mains, mais à force de se préoccuper davantage de son modèle économique que de la qualité de son jeu l'entreprise est arrivé à un résultat pour le moins surprenant, avec un jeu globalement plutôt raté qui laisse un boulevard à Skylanders comme seul jeu de ce genre qui tienne toutes ses promesses. Le comble étant tout de même que les enfants ne s'y amusent même pas vraiment eux-mêmes, passé le plaisir évident de pouvoir contrôler les personnages qu'ils adorent. Dommage pour Disney, qui rate le coche d'un triomphe annoncé et, on peut le craindre, pour des raisons plutôt mauvaises. Les enfants ne sont pas que prescripteurs pour les parents, ils ont aussi du goût et n'apprécieront sans doute pas qu'on leur mette entre les mains un jeu qui ne respecte guère leurs jeunes idoles.
ON A AIMÉ !
- De jolies figurines
- Entièrement localisé
ON A MOINS AIMÉ...
- Maniabilité qui va de mauvaise à exécrable
- La Toy Box, anecdotique
- Pas de multi dans la boîte de base
- Un modèle économique déplaisant parce que singulièrement excessif
- Davantage centré sur l'envie de pousser les enfants à la dépense que de leur faire plaisir
- techniquement à la masse
- Court
Disney Infinity
Editeur : Disney Interactive
Développeur : Avalanche Software
Genre : Jeu raté et économiquement vorace
Support(s) : 3DS, PC, PS3, Wii, Wii U, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1, parfois 2 mais péniblement
Sortie France : 19/09/2013