Ken Follett – écrivain gallois spécialisé dans les romans historiques et d’espionnages – publiait en 1989 Les Piliers de la Terre, un roman fleuve sur l’Angleterre du XIIe siècle et qui relate l’histoire de la construction d’une cathédrale, celle du prieuré de Kingsbridge, le tout sur fond de guerre civile entre deux prétendants à la couronne. En 2007 paraît Un Monde sans Fin qui fait suite aux événement des Piliers de la Terre, deux ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Dossiers > PC > For Honor : On a essayé la bêta !
PC / PS4 / Xbox One
For Honor : On a essayé la bêta !
Les lames s'en donnent à coeur joie

Nous avons joué à la bêta, fermée et ouverte, de For Honor. Nous vous livrons donc ici quelques impressions sur ce AAA d’action. A noter que la bêta ouverte est disponible jusqu’au 12 février. 

Attention, voici quelques lignes sur la base de cette bêta. Il faut tout de même savoir que c’est à prendre avec des pincettes, le titre offrant plus sur le contenu dans sa version finale. 

Alors taillons dans le vif directement : ce titre est un jeu d’action qui vous permet d’incarner un combattant maniant l’épée. Voilà tout est dit. C’est là l’originalité du titre, pas de flingues, rien que de l’arme blanche et des techniques de combat associées. Ce n’est pas un Dynasty Warriors, on n’est pas dans un beat’em all de grande envergure. Certes vous aurez des personnages qui servent de chair à épée mais le véritable intérêt du soft réside dans les affrontements contre des personnages qui maîtrisent des techniques de combat affutées. 

Et là se situe le gameplay de la bête. Vous maniez donc une épée lourde et votre adversaire ne fait pas de cadeaux. Il ne faut pas être bourrin. A vous d’anticiper les attaques de votre ennemi afin de les parer au bon moment. Il y a aussi des techniques d’esquive évidemment. Et si lui tend à défendre, vous pouvez utiliser une attaque de brise-garde, attaque qui vous fragilise cependant sur votre propre défense. Vous pouvez asséner des coups latéraux, à droite ou à gauche, mais aussi des attaques verticales quand vous constatez une ouverture dans la défense de votre opposant. Les premiers instants sont un peu compliqués car il faut se faire à cette jouabilité mais rapidement les contrôles (au stick) sont apprivoisés et on prend un plaisir certain dans ces combats qui se révèlent ainsi assez techniques. Au-delà des attaques simples, on a évidemment quelques combos qui permettent d’enchaîner les moulinets, surtout utile face aux troupes nombreuses. 

Parlons désormais du contexte narratif. On ne l’a pas vraiment goûté car le mode solo n’était pas disponible dans cette bêta. Mais sachez qu’on nous propose trois factions principales : les chevaliers, les vikings, les samouraïs. On nous projette directement dans le monde impitoyable du multi. Et là on nous propose 3 modes. 

Le premier, c’est tout simplement un match à mort par équipes. On s’affronte à 4 contre 4 sur une carte et il faut engranger les éliminations dans la déclinaison Escarmouche ou éliminer tous les héros ennemis (sans réapparition) dans Elimination. Assez intenses, ces parties vont vous demander une belle vigilance. Ne vous laissez pas entourer par plusieurs héros adverses.  

En Duel ou Rixe, on est cette fois à un contre un ou à deux contre deux. Sympa mais moins grisant que le mode précédent.

Enfin, le dernier mode essayé s’appelle Dominion. Il s’agit du classique possession de zones. Ici, il y a des PNJ qui viennent un peu ajouter au fracas ambiant. Sympa en tout cas. 

Le bilan de ces premières joutes est positif. Le titre est technique à souhait sur les combats et il risque de le devenir encore plus quand les joueurs monteront en niveau. Les cartes parcourues sont très immersives et elles offrent tout ce qu’il faut pour tendre des embuscades. Certes, on attend de voir les autres cartes, les autres modes, voire les subtilités de gameplay et l’évolution de celui-ci mais au regard de la bêta, on est plutôt agréablement surpris. 

Il y a des ordres quotidiens à exécuter pour gagner de l’XP et de l’acier. Cela peut être tout simplement le fait de faire deux parties en élimination avant la fin de la période donnée. Par ailleurs, vous pouvez choisir des contrats (par exemple, terminer 10 parties de tous types avec un héros donné).

Ubisoft nous propose aussi un système de guerre totale entre les trois factions présentes. Au début on choisit une faction préférée et nos victoires feront progresser celle-ci au rang mondial. Et ceci, quel que soit le héros choisi : en gros vous pouvez appartenir à la faction chevaliers et incarner un héros samouraï, vous restez un chevalier. 

On ne va pas tout vous détailler mais il y a aussi la possibilité d’équiper vos combattants (car vous pouvez avoir plusieurs combattants de plusieurs factions sur le feu) avec toutes les armes et protections possibles et imaginables. Il y a également des aptitudes passives ou actives. 

Cerise sur le gâteau : visuellement, c’est vraiment beau. Les animations sont très réussies et les décors sont dignes de cette génération. 

Voila notre premier coup d’oeil que nous complèterons par un test, bien sûr. Si l’on peut faire un bilan : le titre nous a plu en l’état, le système de combat a un beau potentiel. Il peut se révéler très technique à l’usage. Mais, cependant, quelques questions restent en suspens. Que vaudra la campagne solo et surtout, est-ce que le multi proposera suffisamment de modes pour vivre sur la longueur ? En tout cas, on ne peut nier une certaine volonté d’innover chez Ubisoft avec un mélange des genres (combat à l’épée et cartes multi) qui nous plaît.