MaXoE > GAMES > Dossiers > PC > Bons Plans JV : L’Attaque des Titans, Homefront The Revolution, F1 2016
PC / PS Vita / PS3 / PS4 / Xbox One /
Bons Plans JV : L’Attaque des Titans, Homefront The Revolution, F1 2016
Du côté de l'occase

C’est l’été, l’occasion d’aller sur la plage ou … de profiter du temps libre pour jouer. Rien de tel que cette période pour aller fouiner du côté du marché de l’occasion. Il y a souvent des pépites. Trois jeux dans notre dossier Bons Plans. Le premier, c’est l’Attaque des Titans, on s’est dit que ce serait bien de vous le présenter puisque le deuxième opus a fait partie de la sélection du festival. Le deuxième, c’est F1 2016, qui fait partie désormais du Playstation Now. Enfin, il y a Homefront The Revolution qui est un FPS sympathique, à ne pas louper sur le marché de l’occasion mais aussi grâce au Xbox Game Pass. On vous rappelle le principe, on vous livre quelques paragraphes par jeu, histoire de vous aider à vous décider à les acheter, ou non …


L’Attaque Des Titans : Wings Of Freedom – 7/10

Les Titans sont arrivés, il y a 100 ans. Les humains se sont retranchés dans une cité protégée par 3 murs (Maria, Rose et Sina). Tout allait bien jusqu’à qu’un nouveau Titan, le plus gigantesque vu jusque-là viennent créer une brèche dans Maria. La survie commence et elle passe par la formation de commandos spécifiques qui vont devoir partir à la chasse aux Titans. L’humanité est retranchée derrière les deux derniers murs, il ne faut plus tarder. 

Si vous connaissez la série, vous devez savoir que ces commandos sont armés d’armes blanches et d’un système de grappins qui leur permet de s’accrocher à n’importe quoi pour se propulser en l’air et d’exécuter toutes sortes de cabrioles (saltos, accélérations, …). Manette en main, c’est très concluant. Le personnage obéit au doigt et à l’oeil, la sensation de vitesse est très présente. Evidemment ces grappins vont vous servir pour affronter les Titans, il va falloir s’accrocher à eux pour atteindre leurs points sensibles. Attention cela dit les premiers pas seront un peu compliqués. Les manoeuvres tri-dimensionnelles ne sont pas faciles au premier abord. Il faut ainsi s’accrocher et attaquer avec le bon timing. Attention à votre stock de gaz aussi car il est indispensable pour vos acrobaties et vos épées s’usent avec le temps. Cela tombe bien car vous commencez à l’académie militaire et votre but c’est de pouvoir rapidement passer aux choses sérieuses.

Il y a une petite teinte RPG puisque les compétences de régiment et individuelles augmenteront au fur et à mesure des combats pour vous permettre d’accéder à de nouveaux équipements et à de nouveaux skills. Mais avant de passer aux combats, vous devez intégrer un régiment : la patrouille est affectée au renforcement des villes, le bataillon d’exploration évolue dans le territoire des Titans et les brigades spéciales sont aux ordres du Roi. 

En combat vous devrez ainsi enchaîner les coups divers et variés. Vous pouvez aussi faire appel à vos coéquipiers en leur demandant de se disperser, de protéger les alentours ou de se concentrer sur la même cible que vous. Et attention, car les combats deviennent de plus en plus compliqués, ils demandent une dextérité assez poussée lorsque les titans se font trop nombreux. Cela demande donc pas mal d’entraînement. 

Ces affrontements ne manqueront pas de faire monter l’adrénaline, on prend vraiment du plaisir à essayer d’abattre tous ces titans, à répondre à des demandes de sauvetage dans les missions secondaires, bref à s’immerger dans ce monde effrayant. 

Mais, malgré l’intéressante trame scénaristique, il faut bien dire que c’est assez répétitif. On enchaîne les missions mais la lassitude peut s’installer de temps en temps. Graphiquement on colle à l’anime et c’est plutôt bien mais on regrette tout de même des décors très très vides. Ben oui, c’est la même chose dans les Dynasty Warriors et on n’est pas surpris. 

En bref, un titre plaisant pour passer des chouettes moments d’action intense. Un joli préambule à l’épisode 2 pour lequel nous vous avions proposé un test

Testé sur Xbox One

Action/Aventure – 2015 – PS3, PC, PS4, Xbox One, Vita – Tecmo Koei – Prix : environ 27 euros. 

 

 

Homefront The Revolution – 6/10

La Corée du Nord a envahi les US. Vous voilà immergé dans une jolie guérilla urbaine. Le titre fait penser un peu à Assassin’s Creed puisque les zones que vous visitez sont sous la domination de l’ennemi et on va vous proposer un certain nombre de missions au sein de celles-ci. Ici il faudra prendre d’assaut une zone protégée, là vous devrez prendre possession d’un toit pour en faire une base, là encore il faut prendre contact avec des pontes de la résistance. 

Ne croyez pas pour autant que le titre ne propose pas de trame. Il y a ce qu’il faut de missions principales qui vous permettent d’avancer dans l’histoire, à savoir la montée en puissance de la résistance pour chasser les coréens de votre territoire. C’est plutôt bien fait, les personnages qui vous entourent ne manquent pas de personnalité. 

Parlons un peu du gameplay. C’est un FPS pur jus. Pas de grosses surprises donc à part cette possibilité de pouvoir jeter un oeil par dessus un obstacle pour pouvoir viser et la faculté d’escalader les obstacles. Ca c’est intéressant car le titre propose aussi une composante exploration que j’ai beaucoup apprécié. Il faudra savoir choisir le bon échafaudage, les bonnes planches pour trouver une planque donnée. 

Côté des armes, c’est un peu moyen. Pas d’armes qui font vraiment envie, on est dans le très classique, vraiment. Heureusement, on peut les modifier avec des accessoires. On peut aussi crafter des grenades et autre outils de destruction avec les matières premières trouvées sur le terrain. 

Ce jeu est sympathique. J’ai pris beaucoup de plaisir à essayer d’accomplir tous les objectifs de chaque zone, cela satisfait mon côté maniaque. Mais il y a des défauts oui. Au premier rang de ceux-ci, l’IA est aux fraises. Les ennemis tirent sur les portes blindées et s’entêtent, ils se mettent à découvert trop souvent, … Et puis les missions se suivent et se ressemblent un peu trop. Enfin graphiquement, c’est correct mais le jeu a déjà pris un coup de vieux. 

Finissons sur le mode online qui est un mode coop à 4. Figurez-vous qu’on arrive encore à trouver des joueurs en ligne. C’est assez sympa mais ça manque un peu de diversité. 

Vous l’avez compris, le jeu est meilleur que le premier opus mais ce n’est encore pas ça. Si, comme moi, vous aimez la guérilla urbaine et une ambiance un peu lourde vous accrocherez. Pour les autres, vous risquez de trouver que le titre est assez conventionnel et qu’il manque de phases spectaculaires. 

A noter que le titre a bénéficier d’une amélioration graphique pour la Xbox One X. 

Testé sur Xbox One

FPS – 2016 – PC, PS4, Xbox One – Deep Silver – Prix : environ 10 euros.

 

 

F1 2016 – 8/10

F1 2015 avait déçu, c’est sûr. Trop arcade, trop léger. Et bien sachez que la version 2016 a changé la donne. Ainsi le titre a réussi à franchir le pas de la simulation. Attention, je ne parle pas d’une simulation violente qui vous empêche de négocier le moindre virage. Non, c’est ce juste milieu qui permet à chacun de s’amuser. Ce même juste milieu qui me fait aimer des licences comme Gran Turismo. On retrouve d’ailleurs un peu les mêmes choses. Vous pouvez activer ou non les aides à la conduite et ajuster tous les détails de votre bolide. Côté sensations, la vitesse donne le vertige, surtout en vue intérieure du bolide. Les transferts de masse se font bien, pas de soucis. Encore un arguement pour la simulation : vous pouvez interagir avec vos ingénieurs pour affiner les réglages, pour s’impliquer dans le côté stratégie de votre écurie. Attention, on n’est vraiment pas dans l’arcade, n’allez pas percuter vos adversaires sous peine de subir des dégâts qui pourraient nuire à vos performances. 

Côté contenu, licence officielle oblige, vous bénéficiez de l’intégralité des pilotes, des voitures et des circuits. Autant dire qu’il y en a pour tout le monde. Et vous aurez le loisir de tout parcourir grâce au mode carrière. Oui un vrai mode carrière, enfin ! Du côté de l’IA, c’est pas mal aussi. Les pilotes adverses ont des comportements plutôt pros, donc pas de mauvaise surprise agressive. 

Enfin finissons sur les graphismes. Cela alterne entre le bien et le moyen. Oui il y a des efforts à faire encore. Mais ce qui est notable, c’est le frame-rate qui ne faiblit pas et qui nous laisse toujours cette belle impression de vitesse. Côté son, les moteurs rugissent et on aime ça. Le titre est complété par pas mal de modes dont un mode en ligne qui permet de mettre ses compétences à l’épreuve face à 21 autres joueurs. 

Le bilan est plus que positif, le jeu a fait un bond en avant depuis la version 2015. On prend beaucoup de plaisir à arpenter les pistes. Côté contenu, il y en a pour des heures et des heures. Bref, à saisir sur le marché de l’occasion.

Et puis si c’est la version suivante qui vous intéresse, relisez notre test de F1 2017

Testé sur Xbox One

Courses – 2016 – Mac, PC, PS4, Xbox One – Codemasters – Prix : environ 22 euros