Festival de Cannes 2019 MaXoE Focus Game of Thrones
Après une édition 2018 sous le signe du renouveau (modification des dates du Festival, de la gestion des projections et de nombreux nouveaux venus au sein de la Sélection Officielle), cette édition 2019 est celle de la femme. Déjà par ce choix de rendre hommage à l’immense réalisatrice Agnès Varda disparue récemment, avec l’affiche officielle de cette 72e édition. Mais aussi et surtout parce que pour la première fois, l’organisation du Festival a mis un ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Downloads > Switch > Kunai : le metroidvania ninja-tier se dévoile en vidéo
PC / Switch
Kunai : le metroidvania ninja-tier se dévoile en vidéo

The Arcade Crew et le studio hollandais TurtleBlaze présente Kunai, un metroidvania ninja-tier délicieusement dystopique qui invite assez peu à la contemplation. Pas le temps.

Infiltration, plateforme, combats : les potars ont été poussés à fond, pour vous permettre d’enchaîner les découpes discrètes de tas de ferraille au katana, les cascades au grappin, les wallslides, les walljumps et les headshots à la mitrailleuse en toute décontraction.

La direction artistique tranchée de Kunai, ses effets graphiques détonant qui accentuent chaque impact et le rythme général particulièrement enlevé offrent un flow magnifique, d’une fluidité et d’une clarté exemplaires. Sans oublier les pouvoirs et les gadgets variés, les secrets en pagaille et les enchaînements d’une brutalité sans égal. Kunai est un metroidvania énervé.

Réincarnation cybernétique d’un guerrier antique, Tabby est une tablette sensible. Alors que l’humanité est en train de disparaître, Tabby se plie en quatre pour en retrouver et protéger les derniers reliquats, poussé par une intelligence artificielle révolutionnaire façonnée par un inventeur de renom. Comme d’habitude avec les dispositifs électroniques grand public, cela inclut de la violence.

Beaucoup de violence. Trancher des dizaines d’ennemis et se balader librement dans l’univers tentaculaire fascinant de Kunai est une véritable libération d’endorphine ludique, et terrasser les redoutables boss qui jalonnent ce parcours du combattant s’apparente à la jouissance cybernétique ultime. Sans parler du double grappin.


Source : Communiqué