La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > KISSA > Critiques > Manga > Beelzebub, un shônen sérieux et amusant
Manga
Beelzebub, un shônen sérieux et amusant

Appréciation de MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Nous suivrons l'histoire de Oga Tatsumi, collégien surnommé "le démon" à cause du plaisir qu’il prend à constamment se battre contre ses camarades. Ce jeune délinquant trouve un bébé abandonné qui éclos du corp d’un homme. Détail embettant : il s'agit du fils du seigneur des démons, nommé Beelzebub. Son père veut confier la tâche à l’humain le plus diabolique de l’élever pour que Beel puisse anéantir les humains. Le bébé s'attache à notre ami Oga, et ce dernier se retrouve d’une certaine manière « obligé » de l’élever...

Nous suivrons l’histoire de Oga Tatsumi, collégien surnommé « le démon » à cause du plaisir qu’il prend à constamment se battre contre ses camarades. Ce jeune délinquant trouve un bébé abandonné qui éclos du corp d’un homme. Détail embettant : il s’agit du fils du seigneur des démons, nommé Beelzebub. Son père veut confier la tâche à l’humain le plus diabolique de l’élever pour que Beel puisse anéantir les humains. Le bébé s’attache à notre ami Oga, et ce dernier se retrouve d’une certaine manière « obligé » de l’élever…

Bonjour à tous et bienvenue dans notre rendez-vous KISSA. Je crois ne pas me tromper lorsque je pense que notre dernière rencontre dans notre rendez-vous remonte au mois dernier. Je vous disais à ce moment là que j’avais de nombreux mangas à vous faire découvrir. C’est encore le cas puisque cette semaine nous nous attarderons sur shônen portant le nom de Beelzebub.

Le commencement

Beelzebub est un manga réalisé par Tamura Ryuuhei en 2009. Publié dans le Weekly Shonen Jump depuis février 2009, le manga a déjà réussi à trouver une place chez l’éditeur Shueisha pour la publication de deux tomes depuis le 03 juillet. En revanche, il n’existe encore aucune possibilité de se procurer les tomes pour nous européens.

L’histoire commence simplement, avec notre héros Oga Tatsumi, un jeune délinquant du quartier, étudiant au collège Ishiyama. Alors qu’il est en train de se battre au bord d’un espèce de fleuve, il voit un homme mort flotter se déplaçant bizarrement en sa direction. Oga décide alors de le ramener à la rive, cependant un incident se produit : le corps de l’homme se sépare en deux pour laisser place à un bébé. On apprendra plus tard que cet homme porte le nom de Alain Delon.

Notre héros décide de le prendre au vu de l’attachement qu’éprouve le bébé pour lui. Oga n’est pas au bout de ses peines puisque une femme nommée Hiledegarde va venir à sa rencontre pour récupérer le jeune bébé. Cependant le bébé refuse de repartir et a décidé de rester aux côtés de Tatsumi. La jeune femme explique alors à Oga qu’il est devenu le père de ce bébé, qu’il devra l’élever et en plus de ça, qu’il est le Roi des démons. L’histoire peut alors commencer…

Divertissant ?

De manière visuelle, les dessins sont vraiment bien réalisés, bien organisés et détaillés de façon plaisante et sans excès. On notera quand même certains passages vides où le dessin comme l’histoire peuvent perdre en qualité, mais ce n’est que le temps d’un ou deux chapitres grand maximum. Les planches sont découpées de façon judicieuse afin de clarifier autant l’organisation des dessins que la compréhension du fil de l’histoire, c’est vraiment grandiose. Les scènes de combats sont profondes et donnent ce petit picotement dans le nez qu’on peut ressentir dans tous les grands shônen lorsque l’histoire passe un cap et va évoluer de façon encore plus puissante.

Pour maintenant en venir au scénario, l’histoire peut sembler au départ simpliste, autant pour l’identité du bébé que le développement qui mène Oga et l’enfant à se rencontrer et à rester ensemble. Malgré tout, Beelzebub est aussi un manga qui a son côté Gag-manga pour aussi toucher un plus large panel de gens et principalement les ados, les plus jeunes et les gens qui ont envie de rire un bon coup de temps en temps. Nous sommes globalement plus proche d’un « Gintama » que d’un « One Piece », dans le sens où le mélange entre humour, combats et émotions est dosé à la perfection pour donner quelque chose de stable dans différents domaines.

Bien entendu Beelzebub ne s’arrête pas à une analyse de surface comme nous venons de le faire, et l’originalité de son contenu nous permet de dire que les gens en recherche de sérieux ne seront pas déçus non plus. Pour mieux comprendre, je vous invite à lire ce qui suit.

Un rapport avec la religion

Nous ne faisons ici aucune critique ni discours préférentiel sur une religion ou une autre, il est important de savoir que nous sommes ici pour analyser un manga et retransmettre tout simplement les idées du mangaka de façon explicite. Si quelque chose semble vous déranger avec cette idée, rien ne vous empêche de sauter cette partie et de passer à la suite, cependant une critique de manga n’a aucun sens sans analyse…

Le titre Beelzebub possède sûrement une sonorité que vous avez déjà entendue ou lu ailleurs (que cela soit par hasard ou dans un intérêt précis). Le mot Belzébuth ne vous dit rien ? C’était pourtant une divinité philistine essentiellement connue pour son apparition dans le Second Livre des Rois où le roi Ahzariah d’Israël est maudit par le prophète Élie pour avoir sollicité son oracle au lieu de s’adresser à Yahweh. Sur la croyance de ce passage, les chrétiens l’ont d’abord identifié comme étant Satan ou au moins l’un des lieutenants (sans aucune réelle certitude). On retrouvera alors une nouvelle orthographe et prononciation du mot dans le premier écrit chrétien (Béelzéboul) où la « divinité » est alors devenue le chef des démons.

Le rapprochement avec le manga commence à être clair pour vous, mais une question persiste : pourquoi une telle orthographe alors ? Le mangaka ne fait rien par hasard ou sur un coup de tête, le scénario doit être balancé équitablement autour des éléments avec lesquels il est mis en relation pour la crédibilité de l’histoire. Les autres écrits ont donné naissance à de nombreuses écritures alternatives dont voici quelques exemples : Baal-zébub, Baalzébuth, Béelzébub, Béelzébuth et j’en passe…

Une orthographe devrait maintenant vous sauter aux yeux et vous dire à quel point l’auteur a commencé à tourner son histoire et les rapports crédibles qu’il a voulu faire entre un titre accrocheur et une histoire complètement lié au titre. Nous n’avons évidemment pas terminé puisque nous savons que « Baby Beel » (nom du bébé par Oga), n’est encore que le prince des démons dans le manga. Qu’en est-il réellement du lien qui rapproche le titre avec l’histoire dans ce cas ? Ce n’est pas compliqué puisque dans les Evangiles, le nom est repris pour désigner Satan et plus précisément « le prince des démons » (tout commence à donc vraiment prendre forme). Thomas K. Cheyne analyse le nom comme signifiant « Maître des princes ». Quoi qu’il en soit, vous aurez remarqué qu’il existe différentes interprétations et explications du mot ; malgré tout, chacune d’entre-elles a un rapport avec le manga de Ryuuhei.

Conclusion

Vous devez vous dire : comment ça, déjà ? Pourtant, tout a été dit et explicité. De façon simple nous n’avons pas explicité les personnages, mais nous avons tout de même donné leur rôle dans l’histoire lors de notre synopsis au départ. À quoi bon donner le caractère de chaque personnage de l’histoire avant même de vous y être intéressé ? Si cette critique vous a donné envie de lire le manga alors c’est que nous avons réussi à vous faire passer un message et la sensation de découvrir par vous-même la personnalité des principaux acteurs de l’histoire. Ça fait partie intégrante de cette sensation au cœur qui nous fait dire : « ça va me plaire ». Ne voulant plus gâcher cette partie d’une histoire, j’ai pris cette décision, qu’elle plaise ou non je ne suis pas le seul dans ce rendez-vous, il en faut pour tout les goûts.

Malgré tout, pour revenir sur le manga lui-même, il n’y a aucun doute concernant sa qualité, son humour ainsi que le divertissement qu’il provoque, même si actuellement l’histoire prend un tournant décisif qui va décider de son futur. Tamura Ryuuhei, montre nous donc de quoi tu es capable !


Initialement publié le 30 Novembre 2009

Appréciation de MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Un excellent manga qui a beaucoup d'avenir. Un scénario béton et un humour soutenu sont quelque chose d'essentiel dans le style shônen et Beelzebub possède toutes ces qualités.
ON A AIMÉ !
- Le scénario
- Le charisme des personnages
- Les dessins
ON A MOINS AIMÉ...
- Parfois un peu confus
Beelzebub
Support(s) : Manga