- Article publié sur MaXoE.com -
http://www.maxoe.com


Tamako Market : Un peu d’humour dans une rue commerçante japonaise



Tamako_Market_Une

Un peu d’humour dans ce monde si malheureux en ce moment… Bien le bonjour à tous et bienvenus pour cette critique KISSA de l’anime Tamako Market (i.e たまこまーけっと), de Yoshida REIKO. Bien que léger en apparence, vous allez voir que l’anime traite en 12 épisodes un certain nombre de sujets qui tracassent la jeunesse, et peut-être plus largement, la jeunesse mondiale, mais avec un ton humoristique propre. Cela changera du Ecchi

Bonjour, il me faudrait 30 mochi s’il vous plaît !

Tout commence dans le quartier commerçant d’Usagiyama aux côtés de Tamako Kitashirakawa. Tamako est une jeune lycéenne qui aide son père dans le magasin familial qui vend des mochi (boules de riz préparées et fourrées, ndlr), le Tama-ya. Nous rencontrons tous les protagonistes qui participeront à l’évolution de la trame principale dès le 1er épisode, comme souvent dans ce genre d’anime. Tamako, qui est connue du quartier et participe à sa vie, va un jour rencontrer un drôle d’oiseau dans des fleurs, Dera Mochimazzi. Il y a un juste un petit souci : Il comprend puis parle le langage humain, et se dit envoyé par son prince habitant un pays du Sud pour qu’il lui trouve une épouse. Tamako étant simple d’esprit, elle va l’accueillir sans sourcier et les évènements vont alors s’accélérer… Pour notre plus grand bonheur !

Tamako_Market_01

Autant vous le dire de suite : Si vous cherchez de l’action, un drame ou une romance à l’eau de rose, Tamako Market n’est point fait pour vous ! On va plutôt étudier ici la vie en général avec ses hauts et ses bas. On apprend par exemple que Tamako a perdu sa mère très tôt. On voit dès lors comment elle amène certaines situations à se résoudre, mais aussi comment elle arrive de par sa fraîcheur à rassurer ses amis. Voilà, c’est le mot : Rafraîchissant ! Différents thèmes sont abordés, plus ou moins sérieux, mais avec une bonne dose d’humour. Dera est en parti là pour ça. Il comprend ce qu’on lui dit mais est novice quant aux mœurs. Il va donc apprendre la vie, donnant lieu à pas mal de situations cocasses. Mais par moment, on se met à sa place et on se dit : « Mais comment va-t-il s’en sortir ? En quoi cette situation va influencer le reste de l’histoire ? ». Des petites interrogations qui auront toutes leur réponse à la fin.

Mais il n’y a pas que Dera et Tamako quand même…

Je vous rassure, ils sont les personnages principaux, mais le reste de la troupe joue son rôle, et apporte sa pierre à l’édifice, ce qui est loin d’être toujours le cas. Voici donc une petite liste des personnages présents :
Tamako Kitashirakawa : Jeune lycéenne, elle a une petite sœur du nom de Anko. Elle aide son père Mamedai au Tama-ya et ne vit (et pense) que pour les mochi, aux grands damnes d’un certain jeune homme.
Dera Mochimazzi : Oiseau venant des pays du Sud, il comprend et parle langage humain. Venu pour chercher l’épouse de son prince, il va devoir s’habituer aux coutumes du pays d’accueil, le Japon. En outre, il garde ses aspects sauvages, comme le fait d’être au 7ème ciel dès qu’on lui éternue dessus. Il adore aussi les mochi
Mochizō Ōji : Il est l’ami d’enfance de Tamako. Il est un peu le maître penseur de Tamako et aide sa famille à tenir le magasin de mochi en face de chez son amie, le Oji-ya. Il est à noter que les deux magasins sont en perpétuelle compétition mais que Mochizô n’en a que faire. Bon, je vous laisse deviner pour qui il en pince…

Tamako_Market_03

Il reste encore des personnages importants, mais nous vous laissons les découvrir. Vous allez voir que ces personnages représentent un peu l’ensemble de la classe moyenne japonaise, mais que personne n’est épargné par les difficultés de la vie. Ceci nous donnera d’ailleurs des moments assez émouvants, surtout pour les émotifs.

Et du côté animation, cela donne quoi ?

Que dire… Les couleurs sont fraîches, digne d’un shôjo, et les traits sont simples mais travaillés. Les émotions sont même bien retranscrites avec les différents jeux de plan et les onomatopées. L’animation est quant à elle fluide, alors qu’on aurait pu penser que pour ce genre d’anime, cela serait bâclé. C’est dommage que l’on n’atteigne pas toujours ce niveau dans les shônen par exemple. La musique n’a de son côté rien de spécial. Elle est réellement là pour accompagner le spectateur et éviter les blancs. Au final, cette animation épurée nous permet de nous focaliser sur l’essentiel, la petite vie de Tamako et ses amis.

Et en parlant d’ami…

Un peu plus tard dans la série, Tamako devient amie avec une fille que nous apercevons de temps à autre. Vous dire son nom serait inutile ici. A l’inverse, son caractère va nous ouvrir à un nouveau débat, comme nous essayons de le faire à chaque fois. Aujourd’hui nous discuterons de la solitude. Il est possible que parmi vous, chers Maxômes, quelques uns se retrouvent souvent seuls à l’école ou au travail. L’amie de Tamako se trouve dans cette situation. Elle est, comme beaucoup de personnes dans ce cas, distante, froide au contact d’un autre. Elle envie son entourage qui a un cercle d’amis avec qui papoter. Cependant, ce n’est pas l’envie qui lui manque que d’aller vers l’autre, mais plutôt son tempérament qui l’en empêche. Il s’avère qu’elle est réservée. Et c’est souvent le problème de ces gens, faire le premier pas. Mais alors comment faire ? Il existe plusieurs solutions. Soit on côtoie quelqu’un comme Tamako qui est très ouverte et vous aidera à vous ouvrir, soit on prend son courage à deux mains et on tente une approche, quelle qu’elle soit. Cela ne fonctionnera peut-être pas du premier coup, mais avec un peu d’obstination, tout deviendra limpide et fluide. Je me suis permis d’en toucher deux mots ici car c’est un phénomène connu mais dont on ne parle pas assez. Chez MaXoE, nous pensons que chaque personne a un potentiel, et que si on peut aider à notre niveau, qu’il éclot, c’est que nous aurons réussi à faire passer notre message et nos expériences diverses.

Tamako_Market_02

C’est déjà la fin

Tamako Market est un anime (dont il existe un light novel du même nom sortie début 2013) très agréable à visionner lors d’une journée éprouvante à l’école, à la FAC ou au travail. On suit une partie de la vie de Tamako et de son entourage avec beaucoup d’humour apporté par les imprévus et Dera, l’oiseau parleur. Les plus jeunes y découvriront de nouvelles émotions, peut-être, alors que les moins jeunes se reverront quelques années plus tôt et apprécieront toutes les petites subtilités de l’anime.