Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
Brèves de Cannes : Mardi 19 mai 2015
-"Sarah Connor ?" -"C'est à côté."

Palme Cannes Une


Cannes 2015 Affiche
La francophonie est doublement à l’honneur dans la Sélection Officielle, puisque sont projetés aujourd’hui en compétition les films d’un québécois et d’une française.

Habitué des festivals (Toronto, Sundance, Venise), c’est la première fois que le réalisateur et scénariste canadien Denis Villeneuve intègre la Sélection Officielle du Festival de Cannes après un passage par la Quinzaine des Réalisateurs en 1997 et la Semaine de la Critique en 2008. Sicario, neuvième long-métrage du cinéaste est un thriller qui s’immisce à la frontière américao-mexicaine, frontière où le FBI œuvre à la neutralisation d’un puissant narcotrafiquant dans le cadre d’une opération secrète. Révélant les dessous des opérations sur place, le film oppose le désenchantement à l’idéalisme de l’action américaine et n’est donc pas un énième long-métrage sans recul sur les cartels de la drogue. Avec Emily Blunt, Josh Brolin et Benicio Del Toro.

Après un passage en 2011 par la Semaine de la Critique pour le très beau La Guerre est Déclarée, l’actrice et réalisatrice française Valérie Donzelli présente en Sélection Officielle en compétition une passion fusionnelle librement inspiré de l’histoire vraie de Marguerite et Julien de Ravelet, un frère et une sœur exécutés pour inceste en 1603. A l’affiche, Anaïs Demoustier, et bien entendu Jérémie Elkaïm, également co-scénariste du long-métrage (comme il l’a d’ailleurs été sur tous les précédents longs de Valérie Donzelli). Adapté d’un scénario de Jean Gruault, le film avait été écrit à la base pour François Truffaut.