- Article publié sur MaXoE.com -
http://www.maxoe.com


Game of Thrones – Les saisons 5 & 6



Suite aux événements des deux saisons précédentes, les Lannister voient leur position affaiblie et les cartes sont largement redistribuées. Les alliés d’hier deviennent les ennemis d’aujourd’hui tandis que l’hiver s’installe. Et avec lui la Longue Nuit.

Dans la famille Lannister, il est maintenant inutile de demander le père. Pas plus que l’aîné de ses petits-enfants d’ailleurs. Joffrey – mort empoisonné lors de son repas de mariage avec l’ex (et peut-être à nouveau future) Reine Margaery Tyrell – a été remplacé sur le trône par son cadet, le Roi Tommen. Quant à Tywin Lannister, il gît mort sur ses latrines, deux carreaux d’arbalète plantés en pleine poitrine. Le coupable ? Son fils Tyrion, volontairement accusé à tort de l’assassinat du Roi Joffrey par sa propre sœur qui souhaite le voir mort depuis sa naissance, puis condamné à mort par son père qui le savait également innocent de ce crime. A vouloir l’accuser de régicide, celui-ci a fini par commettre un parricide. Grâce à l’aide de son frère Jaime (seul membre de la famille qui éprouve de l’affection pour lui) et de Lord Varys, Tyrion est en route pour Essos, l’objectif de Varys étant de lui faire rencontrer Daenerys Targaryen – qui règne toujours sur Meereen – afin d’organiser son accession au Trône de Fer. Tyrion Lannister n’est pas le seul à avoir quitté le continent. Arya Stark, après avoir laissé le Limier à l’agonie, a également embarqué sur le Détroit, direction Braavos. Elle veut devenir une Sans-Visage afin de venger sa famille.

Sur Westeros, la Reine Cersei est toujours à la recherche de Sansa, en fuite depuis le mariage avortée de Joffrey. Elle s’est réfugiée dans le Val grâce au double-jeu mené par Littlefinger. Il lui est impossible de rejoindre Winterfell, qui est à présent entre les mains de Roose Bolton, nouveau Gouverneur du Nord depuis qu’il a trahi Robb Stark en le poignardant en plein cœur. Quant à la Garde de Nuit, elle s’apprête à élire un nouveau Commandant maintenant que le Mur a survécu à l’assaut des sauvageons.

Depuis son démarrage en 2011, chacune des saisons de Game of Thrones est un rendez-vous incontournable dont le résultat est à la hauteur de l’attente suscitée. Jusqu’à la saison 5. Oui, pour la première fois, il est possible de parler de déception au regard des saisons précédentes même si la saison 4 avait déjà connu une légère perte de vitesse. C’était un risque à courir pour les showrunners tant la qualité de cette série n’a fait que croître jusqu’alors, autant d’un point de vue scénaristique que visuel. Et plus la qualité est au rendez-vous, plus les exigences sont grandes. C’est sans doute aussi cela qui accroît ce sentiment de déception.

La grande désillusion de cette saison – et qui est par ailleurs le plus gros loupé de la série – vient de l’introduction des Aspics des Sables de Dorne. Présentées comme un ennemi supplémentaire de taille pour les Lannister, les filles bâtardes d’Oberyn Martell et celle qui les dirige – son ex-compagne Ellaria Sand – sont des personnages grossièrement amenés dans une intrigue qui ne présente que peu d’intérêt. Quant aux autres arcs narratifs (Daenerys face à la conspiration des Fils de la Harpie, Arya qui se forme dans la demeure du Noir et du Blanc, Stannis qui tente de libérer Winterfell du joug des Bolton) ils sont tous victimes d’un manque de rythme malgré leur importance. L’exemple le plus caractéristique de ce constat concerne la partie autour de la montée en puissance de la Foi Militante à King’s Landing. Très intelligente sur le fond, cette mise en scène des fanatismes dans ce qu’ils ont de plus dangereux souffre d’importantes longueurs. Pourtant, entre son sujet et surtout l’interprétation glaçante du magistral Jonathan Pryce en leader fanatique, ce chapitre possède d’indéniables atouts, bien plus visibles dans la saison suivante.

Reste tout de même à cette saison 5 quelques moments forts : l’alliance qui se noue entre Tyrion Lannister et Daenerys Targaryen, la première envolée à dos de dragon de la série, les prémices de la vengeance d’Arya Stark, la scène inouïe de l’affrontement entre les Sauvageons menés par Jon Snow et l’Armée des Morts, et surtout les dernières minutes de cette saison qui laissent les spectateurs dans un état de sidération dont ils ne sortiront qu’un an plus tard.

Game of Thrones – Saison 5, créée par David Benioff et D. B. Weiss. Avec Peter Dinklage, Lena Headey, Nicolaj Coster-Waldau, Natalie Dormer, Emilia Clarke, Iain Glen, Sophie Turner, Maisie Williams, Kit Harington, Aidan Gillen, Alfie Allen, Stephen Dillane, Liam Cunningham, John Bradley-West, Gwendoline Christie, Iwan Rheon, Carice Van Houten, Jonathan Pryce, … Diffusée sur HBO entre le 12 avril et le 14 juin 2015 et sur OCS du 13 avril au 15 juin 2015. Disponible en DVD & Blu-Ray.

 

Jon Snow est mort. Mort « for the Watch » sous les coups de poignards de ses frères jurés. Ceux qui lui sont encore fidèles veillent sur son corps et s’apprêtent à affronter le reste de la Garde avec l’aide des Sauvageons. Toujours au Nord, Sansa et Theon Greyjoy – qui ont réussi à s’extirper des griffes de Ramsay Bolton à Winterfell – fuient vers Châteaunoir tandis que des soldats sont à leurs trousses.

De l’autre côté du Détroit, Arya a été exclue de la demeure du Noir et du Blanc. Désormais aveugle, elle tente de survivre dans les rues de Braavos en faisant la manche. Quant à Daenerys, elle est tombée entre les mains d’une horde de Dothrakis suite à sa spectaculaire sortie des arènes de Meereen à dos de dragon. Durant son absence, Tyrion tente de rétablir la paix dans la cité.

A King’s Landing, la Foi Militante règne en maîtresse sur l’ensemble de la capitale depuis que Cersei Lannister a expié ses péchés en effectuant la marche de la honte. La Couronne n’a jamais été aussi faible : la Reine Margaery et son frère Loras sont toujours emprisonnés au Septuaire, Jaime Lannister n’a pas réussi à sauver sa nièce/fille du sort que lui ont réservé les Aspics des Sables et le Roi Tommen est plus que jamais sous l’emprise du Grand Moineau, leader des fanatiques. Méprisée de tous, Cersei organise lentement sa riposte.

Après deux saisons en demi-teinte, Game of Thrones effectue ici son grand retour. Exit les longueurs, les baisses de rythmes et autres intrigues qui s’épuisent et place à nouveau au grand spectacle à l’image de la saison 3. Cette nouvelle saison – sixième du nom – est sans doute celle qui concentre le plus de révélations. Et surtout de spectaculaire, en tout cas jusqu’à la saison suivante ! On y retrouve des personnages que l’on croyait à jamais perdus (ce cri de joie poussé lorsque Rory McCann réapparaît à l’écran !), on assiste aux retrouvailles les plus émouvantes de la série (oui oui, je parle bien là de celles entre Jon et Sansa) et on en prend visuellement plein les yeux. Lorsque l’on sait que les épisodes de cette saison 6 ont coûté en moyenne dix millions de dollars chacun, on comprend mieux !

A l’inverse de la saison 4, qui avait connu une baisse de régime après un démarrage spectaculaire avant de reprendre du souffle lors des deux derniers épisodes, cette saison 6 ne faiblira pas bien qu’elle démarre de façon tout aussi intense par la résurrection de Jon Snow. A partir de cet instant, le spectateur ne connaîtra plus aucun moment d’apaisement tant les événements s’enchaînent : Daenerys Targaryen prouve pour la seconde fois qu’elle est le sang du dragon, Hodor disparaît en même temps que l’on apprend la vérité sur sa condition et Arya Stark continue à rayer de sa liste les noms de ceux qu’elle a juré de tuer.

Si ces différents moments constituent déjà une belle et solide partie de cette sixième saison, ils ne sont rien en comparaison de ce qui intervient en fin de chapitre. Quel épisode 9 ! Quelle bataille que cette « Bataille des Bâtards » tournée en prises de vues réelles au lieu d’user (et abuser) d’effets spéciaux à l’envi ! Quelle claque que cette charge de la cavalerie Bolton face à Jon Snow ! Et que dire des magnifiques plans-séquences qui rappellent la scène de l’attaque du campement des trappeurs par une tribu amérindienne au début du film The Revenant d’Alejandro González Iñárritu.

Une fois cet épisode achevé, une fois Winterfell repris par les Stark, et après avoir été les témoins de la fin de Ramsay Bolton sous l’œil de Sansa Stark à qui Sophie Turner a insufflé une puissance que l’on aurait difficilement imaginé lors des premières saisons, on se dit que l’on a assisté au point culminant de la saison. C’est pourtant bien mal connaître David Benioff et D. B. Weiss qui, rappelons-le, ont dû se détacher (par obligation) de l’œuvre de G. R. R. Martin qui n’est pas encore allé aussi loin. Avec Michel Sapochnik (déjà à la réalisation de l’épisode 9), ils prennent à nouveau le spectateur à revers avec un épisode final dont les vingt premières minutes sont aujourd’hui d’anthologie, avant de le laisser mariner une année durant avec la révélation de la série : la réelle filiation de Jon Snow. En un mot : magistral !

Game of Thrones – Saison 6, créée par David Benioff et D. B. Weiss. Avec Peter Dinklage, Lena Headey, Nicolaj Coster-Waldau, Natalie Dormer, Emilia Clarke, Iain Glen, Sophie Turner, Maisie Williams, Kit Harington, Aidan Gillen, Alfie Allen, Liam Cunningham, John Bradley-West, Kristofer Hivju, Rory McCann, Gwendoline Christie, Iwan Rheon, Carice Van Houten, Jonathan Pryce, … Diffusée sur HBO entre le 24 avril et le 19 juin 2016 et sur OCS du 25 avril au 20 juin 2016. Disponible en DVD & Blu-Ray.