La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Cinéma / DVD > « O Captain ! My Captain ! » – Master and Commander et Pirates : Deux avis, sinon rien !
Cinéma / DVD /
« O Captain ! My Captain ! » – Master and Commander et Pirates : Deux avis, sinon rien !

Bien des films abordent (c’est le cas de le dire) plus ou moins l’univers des pirates. Dans le cadre de cette semaine consacrée au monde de la piraterie, MaXoE vous propose de revenir sur deux d’entre eux : Master and Commander de Peter Weir et Pirates de Roman Polanski. Le choix est arbitraire, certes, mais ces films sont plutôt (voire très) bons. D’ailleurs, pour l’occasion, on vous offre même un double avis sur le premier. Mais trêve de bavardages !

Master and Commander Une

Master and Commander – De l’autre côté du Monde

Master etc AfficheRéalisation : Peter Weir

Casting : Russell Crowe, Paul Bettany, Billy Boyd, James D’Arcy, Lee Ingeby, …

Scénario : Peter Weir et John Collee, d’après les romans de Patrick O’Brian

Genre : Historique, Aventure, Guerre

Durée : 2h 12min

Production : Samuel Goldwyn Jr., Duncan Henderson et Peter Weir

Distribution : 20th Century Fox

Sortie aux USA : 14 novembre 2003

Sortie en France : 31 décembre 2003

L’histoire 

Jack Aubrey est un capitaine émérite. Probablement le meilleur de toute la Marine Royale britannique. Ses faits d’arme, sa grande intelligence en ont fait une légende vivante des flots. Il commande Le Surprise, navire imposant s’il en est. A son bord, son compagnon de toujours, le docteur Stephen Maturin. Scientifique, chirurgien, naturaliste, l’homme n’est en rien le semblable de Jack. Mais ils sont amis, indéniablement. 

Un jour sombre, Le Surprise se fait attaquer par L’Acheron, un navire français. La bataille tourne court, les français endommagent lourdement le navire anglais et font tomber nombre de ses matelots. 

Jack part alors dans une course poursuite pour prendre sa revanche sur le navire français, coûte que coûte …

Master etc Crowe

L’avis de Julie

Du grand spectacle. Mais du bon – et même du très bon – grand spectacle. Voilà ce que l’on peut dire de Master and Commander.

Rien que du point de vue de la photographie, le film est une réussite. Le milieu maritime est décidément un merveilleux décor pour le cinéma, surtout lorsqu’il est bien exploité. Ce qui est le cas ici. Les bateaux sont splendides, les costumes d’époques travaillés et les scènes d’affrontements avec les navires ennemis très bien orchestrées.

Mais ce film ne retrace pas seulement l’histoire d’un navire en déroute et de son équipage en proie à son désir de revanche. Il va beaucoup plus loin, s’intéressant de près à ses différents personnages, les développant habilement. Le spectateur a le temps de s’attacher à chacun d’entre eux. Le temps d’apprécier l’histoire de chacun des premiers et seconds lieutenants. Et c’est là toute la force et l’intelligence de ce grand réalisateur qu’est Peter Weir. Celle de prendre appui sur ses acteurs plutôt que de tout miser sur l’action ou les visuels spectaculaires. Il suffit pour cela de se souvenir du Cercle des Poètes Disparus, qui est certainement l’un des plus grands films emprunt d’émotions jamais réalisé.

Dans Master and Commander, l’amitié liant nos deux personnages principaux est bouleversante de sincérité. Tout les oppose, et pourtant ils réussissent malgré cela à s’entendre, et à passer au dessus des divergences. Il y a une réelle harmonie dans cette relation, harmonie sublimée lors des moments qu’ils consacrent à leur passion commune : la musique. Ce sont de véritables instants d’apaisement, que les acteurs rendent à la perfection. Car oui, Paul Bettany comme Russell Crowe sont bluffants de justesse. Ils ont ici trouvé des rôles à la mesure de leur talent. A l’image de celui de leurs personnages, le duo d’acteurs fonctionne parfaitement. Comme il avait d’ailleurs déjà très bien fonctionné sur Un Homme d’exception. C’est donc un réel plaisir de les retrouver ici.

Master and Commander est un film complet, fonctionnant sur tout les plans. Du scénario à la photographie, en passant par la distribution. Du vrai et bon grand spectacle comme on en trouve de moins de moins. Un indispensable donc.

La note de Julie : 8/10

Master etc Crowe Bettany

L’avis de Tof

Peut-être un des plus beaux films de pirates qu’il m’ait été donné de voir. Alors oui la mer est belle, oui les bateaux sont magnifiques et oui les scènes d’abordage sont tout à fait réussies. Mais le véritable intérêt du film est ailleurs. Il est dans les visages de ces hommes en proie au doute, à la peur. Il est aussi, et surtout, dans cette amitié exemplaire. Ce genre d’amitié qui se construit entre deux être totalement différents, faite de compréhension, de concession mais aussi de coups de gueule. 

L’obsession de Jack va aussi vous scotcher. Son envie de revanche est presque contagieuse et cela d’autant plus que son ami tente de le dissuader. 

L’émotion est au rendez-vous, à chaque instant. Il y a même quelques pics incroyables, simples mais incroyables de sentiments. Mais jamais le film ne sombre dans le mièvre. A voir et à revoir !

La note de Tof : 8/10

 

 

Pirates

Pirates AfficheRéalisation : Roman Polanski

Casting : Walter Matthau, Cris Campion, Damien Thomas, Charlotte Lewis, …

Scénario : Gérard Brach et Roman Polanski avec la collaboration de John Brownjohn

Genre : Aventure

Durée : 2h 04min

Production :  Tarak Ben Ammar et Carthago Films / Accent-Cominco

Distribution : A.M.L.F.

Sortie aux USA : 18 juillet 1986

Sortie en France : 8 mai 1986

L’histoire

Au beau milieu de l’Atlantique, deux pirates – le Capitaine Red (Walter Matthau) et son camarade La Grenouille (Cris Campion) – sont à la dérive sur un radeau de fortune (ou plutôt d’infortune) sous un soleil de plomb.Ils sont affamés et le cannibalisme n’est plus très loin. Par chance, ils aperçoivent un navire faisant route vers eux : Le Neptune, galion de la Marine Royale espagnole. Bien malgré lui, l’équipage du bâtiment les recueille. Pour les mettre directement aux fers, sans autre forme de procès. A fond de cale, ils découvrent un important trésor. Le Capitaine Red, avide d’or, décide de s’en emparer. Avec l’aide de La Grenouille, il fomente une mutinerie.

Pirates Campion Matthau

L’avis de Julie

La filmographie tout comme le talent de Roman Polanski ne sont plus à présenter (malgré toutefois quelques réserves sur certains de ses films, mais passons) tant ce réalisateur est capable de tout. De nous faire rire aux larmes avec Le Bal des Vampires. De nous émouvoir aux larmes avec Le Pianiste. De disséquer les rapports humains avec Carnage. Ou encore de nous tenir en haleine avec Le Locataire.

Avec Pirates, il s’attaque (ou se ré-attaque) à la comédie. Mais à une comédie plutôt grinçante. Car si ce film est l’incarnation de l’épique, il est également assez cru sur certains aspects. Le scénario n’a rien de vraiment complexe, il s’agit simplement de pirates en quête de ce qui les anime le plus : l’or. Il n’a rien de complexe, mais est plein de rebondissements. Difficile de s’ennuyer donc. D’autant que le duo piratesque de Walter Matthau et Cris Campion est des plus burlesque. Un vrai duo comique, avec un Walter Matthau caricatural à souhait, parfait pour le rôle du Capitaine Red à la jambe de bois, respectant tous les clichés du milieu flibustier. Enfin, comment ne pas saluer les moyens mis en œuvre sur ce film datant de 1986. Il y a des scènes grandioses. réellement grandioses. Comme quoi, les effets spéciaux ne font pas tout, loin de là. Il serait bon parfois de s’en rappeler.

Pirates, c’est du grand Polanski. Le film a toutefois à peine vieilli, ce qui risque peut être de déranger les plus jeunes habitués à la technologie d’aujourd’hui. Mais bon, peu importe. Il est à voir, car il est culte !

La note de Julie : 7/10