A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Extases de Jean-Louis Tripp (Casterman)
Livres / BD /
La BD du jour : Extases de Jean-Louis Tripp (Casterman)

Parler de sexe sérieusement relève d’un véritable défi, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’évoquer la sexualité masculine, souvent réduite à des schémas assez simplistes. Jean-Louis Tripp livre avec Extases le témoignage intime de sa découverte des sens et des corps, une mise à nue courageuse, qui dévoile toute la complexité des relations vues au travers d’un homme avide de découvertes et d’expériences…

Bien souvent la sexualité masculine se voit restreinte à des questions de pulsions et de bite. L’homme, dans sa recherche du plaisir, ne serait pas trop regardant et plutôt ouvert à toutes les propositions, pour peu qu’elles soient pimentées comme il le faut et indécentes à souhait. Il cultiverait un culte sans limite pour son appendice lequel surnagerait dans la catégorie des modèles de taille respectable. Cette image, colportée depuis des temps immémoriaux, n’est pas totalement fausse mais pas entièrement vraie non plus. Ce qui touche aux choses du sexe, vu par la lorgnette du cerveau de l’homme, serait bien plus complexe que les quelques clichés étalés ici au travers de blagues potaches ou de discussions de comptoirs. Une tirade telle que « L’homme aime le sexe pour le sexe » pourrait contenter pas mal de monde.

La subtilité de la chose réside pourtant dans ce qui pourrait suivre juste après : « L’homme aime le sexe pour le sexe, mais pas que… ». Et l’ouverture des nouvelles perspectives induites sont autant de continents à conquérir, séparés par autant d’océans bouillonnants, de vallées encaissées, de montagnes enneigées, de vertes prairies et d’icebergs dérivants. Raconter sa vie sexuelle n’offre que peu d’intérêt sur le papier. Décider de le faire relève donc de l’exercice de style, un style qui se doit de ne pas sombrer dans le grivois, la surenchère facile ou spectaculaire, mais bien plutôt dans l’intime, la psychologie, l’émotion suscitée par une rencontre ou une expérience, la recherche d’un équilibre émotionnel et d’un partage avec le(s) partenaire(s) de nos ébats.

Jean-Louis Tripp parvient à captiver son lecteur par l’audace de son propos, par cette façon qu’il a de raconter son expérience, sans se mettre en avant, sans virer dans le démonstratif ou le catalogage excessif et inutile. Avant de nous immerger dans ses expériences sexuelles, il donne à voir ce que fût sa vie de jeune garçon, troublé par Dorothée, une jeune camarade de classe, hésitant ou plus libéré, toujours avide d’expériences nouvelles capables de repousser les limites d’un plan-planisme sclérosant. Il le fait avec beaucoup de drôlerie, de tendresse, sans se mettre en avant, en portant un regard tout à la fois critique, mesuré et ému sur le jeune homme qu’il a été. Au travers de son dessin il décide de tout montrer ou pas mal en tout cas, sans que les scènes de sexe ne virent dans quelque chose de dérangeant ou de malsain. Le dessinateur a hésité longtemps avant de travailler sur ce projet, car pour qu’il aboutisse la nécessité d’une véritable mise à nue s’imposait obligeant à faire passer ce qui relève de l’intime dans la sphère publique. Jean-Louis Tripp assume pleinement celui qu’il a été et celui qu’il est aujourd’hui. Parler des premières masturbations, des premières découvertes physique du sexe opposé, des pipes collectives, de sa première orgie calquée sur la décadence de la Rome impériale, de la liberté donnée à sa copine de s’envoyer en l’air avec sa validation et son encouragement, des questionnements sur la passivité du couple, les essais de stimulation ou la pratique de l’échangisme, tous ces choix personnels, ces scènes d’un quotidien passé offrent un dimensionnement à son auteur, homme fort et fragile à la fois, curieux, ouvert, mais amoureux. Un homme qui s’assume avec une force de dérision et une sensibilité remarquables.     

Jean-Louis Tripp – Extases T1 – Casterman