Quai des Bulles sur MaXoE !
Focus Grèce Antique
Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Anna Mercury T1, Ignition City
Livres / BD
Comics en Vrac : Anna Mercury T1, Ignition City

haut

Et c’est une semaine Warren Ellis que nous vous proposons ! Le scénariste, né en 1968, est déjà un vétéran des comics. Il a traîné ses guêtres chez tous les éditeurs et dans tous les univers : DC ou Marvel, pas de soucis ! Voilà qu’il signe ici un tome unique appelé Ignition City  et le premier tome d’une série mettant en scène une héroïne qui n’a pas froid aux yeux …

 


annaAnna Mercury, T1, sur le fil du rasoir

Scénario : Warren Ellis

Dessin : Facundo Percio

Collection : Glénat Comics

Format : 173 x 265 mm, 144 pages, couleurs

Editeur : Glénat

ISBN : 9782723488266

Web : http://www.glenat.com

Notre avis : la BD commence tambour battant : une belle rouquine virevolte à la manière d’un Spiderman entre de hauts buildings. Elle arrive près d’une planque, censée abriter des alliés, et constate, l’oreille indiscrète, que les alliés en question veulent lui faire la peau. Ni une ni deux, elle fracasse tout ce petit monde. Le souffle court, vous levez la tête et vous vous dites que le récit risque de ne pas faire dans la dentelle. La suite est un enchaînement furieux d’action et de suspense. La cité de New Antaraxia veut détruire la cité voisine qui n’a pas les mêmes croyances, ni économiques ni théologiques. Anna va tenter d’empêcher le bain de sang que pourrait provoquer l’utilisation d’un canon géant par les agresseurs. Vu comme cela, on pourrait crier au scandale du scénario éculé mais tout est bien plus compliqué que cela. 

anna

La terre sur laquelle se trouve Anna ne compte que deux cités. Car c’est un univers parallèle à notre existence. Il en existe 9 comme cela autour de notre terre et il existe une organisation gouvernementale qui arrive à projeter des agents dans ces univers. Anna en fait partie. Mais ce qui fait le sel de l’aventure, c’est que les objets peuvent transiter sans danger pendant 28 heures, au bout de ce temps, ils reviennent automatiquement à la case départ. Pour les matières organiques, c’est différent, c’est très risqué, le temps de passage est extrêmement limité. Tout cela donne du sel à notre aventure. La belle est toujours prise par le temps, le temps de sauver la cité menacée et le temps de passage dans cet univers. Ah oui, nous allions oublier, elle dispose de pouvoirs un peu particuliers mais à utiliser avec précaution sous peine de risquer sa vie. Voilà tous les leviers sont présents : des mondes parallèles, un temps limité et une héroïne en danger. Reste un facteur : notre terre se sent obligée d’intervenir pour limiter les dégâts dans ce monde parallèle car elle a créé quelques petits soucis sur place, mais je ne vous en dis pas plus. 

Le dessin est totalement dans l’esprit comics et peut-être trop d’ailleurs. On regrette un certain manque d’audace. Plus contestable, parfois les visages manquent de soin. Notre héroïne se trouvant alors affublée de traits méconnaissables. 

Au final, voilà une BD qui  démarre fort. L’idée fondatrice est originale et on espère qu’elle sera bien exploitée. Ce premier opus ne fait qu’effleurer celle-ci mais laissons lui le temps de s’installer. Et puis Anna est un vrai personnage haut en couleurs ! 

Appréciation : 4

 

 

ignitionIgnition City

Scénario : Warren Ellis

Dessin : Gianluca Pagliarani

Collection : Glénat Comics

Format : 173 x 265, 144 pages

Editeur : Glénat

ISBN : 9782723488310

Web : http://www.glenat.com

Notre avis : si vous aimez l’ambiance Steam Punk, vous allez être servis. Nous voilà en 1956. Sachez que les martiens ont interrompu la seconde guerre mondiale et ils ont apporté toutes les technologies permettant le voyage spatial. Tout le monde se précipite dans la brêche et se rue sur les étoiles. Mais en 1956, la situation a bien changé. Petit à petit les états interdisent les vols spatiaux pour des raisons diverses et variées. L’aventure spatiale tourne donc court et il ne reste bientôt plus qu’un spatioport, celui qui est situé à Ignition City. C’est crade, mal famé et peuplé d’anciennes gloires de l’exploration spatiale. La principale qualité de ce récit, c’est bien cet univers glaude à souhait que Warren Ellis a créé. Cette impasse du monde nous a fasciné. On se croirait hors du temps, hors des lois. Les personnages sont truculents : dealers d’armes, scientifiques au placard, extra-terrestres SDF, il y en a pour tous les goûts. 

ignition

Au milieu de ce désert foutraque, débarque Mary, une jeune fille au caractère de feu qui vient chercher des explications sur la mort de son père, un héros de l’humanité. Sur place l’enquête n’est pas facile, on ne sait pas qui sont les alliés ni qui sont les ennemis. Mais petit à petit les pièces du puzzle se mettent en place et on découvre une Mary plus forte qu’on ne le pensait. Le récit est rondement mené, on nous fait entrer doucement dans l’aventure jusqu’à la révélation finale. Les personnages sont creusés et on se prend d’affection pour un certain nombre d’entre eux. Le rythme est soutenu et les dialogues claquent bien. 

Du côté des dessins, on ne peut pas rester indifférent. Vous allez détester ou adorer. C’est un style vraiment particulier qui met le paquet sur les décors, magnifiques. C’est moins convaincant pour les personnages dont les visages, spécialement chez les femmes, manquent un peu de caractère. 

C’est une BD pas comme les autres qui nous est servie ici. Elle n’est pas passée loin de la perfection …

Appréciation : 4