- Article publié sur MaXoE.com -
http://www.maxoe.com


Comics en Vrac : Batman T4, Infinite Crisis T1



Cette semaine, on retourne dans l’univers DC. Scott Snyder revisite les origines de Batman et la crise se dessine du côté de la ligue de justice.

infinite-crisis-haut

 

 

BatmanT4-couvBatman T4, L’an Zéro, première partie

4

 

Scott Snyder a repris les rennes de Batman depuis le relaunch de tout l’univers DC. Ce redémarrage a permis aux auteurs de remodeler les séries, de s’abstraire éventuellement de la continuité historique, de faire renaître ou disparaître certains personnages. Batman a été quelque peu épargné par le grand chambardement, continuant plus ou mois sur sa lancée, celle des enquêtes de crimes crapuleux à Gotham. Mais Scott a cédé cette fois aux sirènes de la reconstruction. Il propose, comme l’ont fait pas mal d’auteurs avant lui avec Frank Miller en tête, une revisite des origines du détective ailé. 

Bruce est revenu à Gotham mais personne ne le sait encore. La ville est bien trop occupée avec la bande de Red Hood. C’est un drôle de personnage portant un casque rouge ressemblant à une ampoule, plutôt ridicule ce casque d’ailleurs. Bruce essaie d’enrayer la marche de ce gang dont les desseins restent assez mystérieux. Pour l’instant, il n’est pas encore Batman, il agit sous couvert de différents masques mais il n’a pas encore choisi son animal totem. Il va devoir cependant commencer à faire des choix définitifs…

BatmanT4-planches

Scott Snyder aime ce personnage de Batman. L’occasion qui lui est donnée de redessiner les origines du mythe lui permet de prouver encore une fois qu’il est un architecte de premier plan dans le domaine de la narration. Le début de l’album manque un peu de rythme mais il sait mélanger les personnages, entretenir le secret et tisser des liens improbables. Ainsi, on aime beaucoup les affrontements entre Bruce et Alfred. C’est aussi une très bonne idée d’avoir associé l’oncle de Bruce avec Edward Nygma. Red Hood est pas mal aussi dans son genre, en cinglé de première. 

Le trait est toujours aussi efficace, il est capable de retranscrire la sombre ambiance de Gotham. On regrette juste le visage de Bruce avec sa coupe de G.I., pas convaincus là. 

Scott continue d’offrir de belles histoires à Batman dans le cadre de DC Renaissance, on ne peut que s’en réjouir.  

Contient : Batman #0, 21-24

Scénario :  Scott Snyder – Dessins : Greg Capullo, Rafael Albuquerque – Batman T4, L’an Zéro, première partie – Urban Comics – DC Renaissance – 192 pages – octobre 2014 – prix 17,50 €

 

 

 

Infinitie-Crisis-couvInfinite Crisis T1, Le Projet O.M.A.C.

4

 

Voici un des arcs les plus conséquents des années 2000 pour l’univers DC. Celui-ci va se décliner en 5 tomes complets de plus de 300 pages ! On y retrouve tous les plus grands héros : Batman, Superman, Wonder Woman, … Et pourtant, c’est un second couteau qui ouvre le bal de cette longue histoire. Blue Beetle. Un héros sans pouvoirs mais à l’intelligence hors normes et aux gadgets sophistiqués. Sa société, Kord, subit des cyber-attaques financières depuis quelques jours. Waynetech est aussi pris dans la tourmente. Avec son pote Booster, ils commencent à enquêter et les indices laissent à penser qu’un complot planétaire est en train de se mettre en place. Les deux compères tentent d’alerter la ligue de justice mais les héros ont beaucoup d’autres choses à faire. Les voilà donc obligés de se débrouiller seuls. Seulement voilà, un soir où ils enquêtent via l’ordinateur de Blue Beetle, Booster est victime d’un éclair venant tout droit du ciel. Notre scarabée bleu se retrouve seul mais il a réussit tout de même à remonter une piste. Celle-ci l’emmène dans les montagnes, au sein du complexe fortifié de Checkmate. Sur place, il découvre un ordinateur central, appelé l’oeil, qui possède des fiches détaillées sur tous les super-héros possibles et imaginables. La cible, ce sont les mutants …

Infinitie-Crisis-planches

Le thème de la chasse aux mutants n’est pas nouveau en soi, que cela soit dans l’univers DC ou dans celui de Marvel. Après tout pourquoi pas, le racisme et l’intolérance ont la peau dure. Et puis il faut bien dire que le récit est habile. Le rythme est effréné et les personnages ne manquent pas d’épaisseur. Les doutes sont légion et la discorde règne même au sein des communautés les plus solides. Ainsi Superman se trouve manipulé, Wonder Woman commet l’irréparable et Batman est, encore une fois, victime de sa grande méfiance. C’est, en effet, une de ses créations, censée surveiller les éventuels écarts de ses camarades, qui va se retourner contre lui (un peu comme dans La Tour de Babel). Même si parfois on peut constater certains passages un peu mous, ils sont nécessaires à la construction de la base de cet arc. Il faut poser les pierres de la future crise et ça, c’est vraiment bien fait. 

Le dessin est inégal, comme souvent dans ce genre de recueil mais cela se tient globalement. De toutes façons on est happé par l’histoire, par les ficelles du complot et par la crainte de l’avenir. Crainte qui nous fait espérer la sortie prochaine du tome 2 !  

Contient : Countdown to Infinite Crisis 1, OMAC Project 1-6, Superman 219, Action Comics 829, Adventures of Superman 642, Wonder Woman 219.

Scénario :  collectif – Dessins : collectif – Infinite Crisis T1, Le Projet O.M.A.C. – Urban Comics – DC Classiques – 336 pages – septembre 2014 – prix 28 €