A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Walking Dead T18, Monolith T1
Livres / BD / /
Comics en Vrac : Walking Dead T18, Monolith T1

Cette semaine, c’est le retour des zombies avec le très attendu nouvel album de la série Walking Dead. Nous vous parlons aussi d’une belle histoire, celle d’un Golem à New York. 

walking_dead_18_lucille_couverture

 

WalkingDeadT18-couvWalking Dead T18, Lucille

Scénario : Robert Kirkman

Dessin : Charlie Adlard

Collection : Contrebande

Format : noir et blanc, 144 pages

Editeur : Delcourt

ISBN : 978-2-7560-3957-2

Web : http://www.editions-delcourt.fr

L’histoire :  rappelez-vous, Glenn a été sauvagement assassiné dans le tome 17. Son bourreau ? Un certain Negan qui lui a fracassé le crâne avec sa batte de baseball bardée de fil de fer barbelé. Le bonhomme est tellement allumé qu’il a donné un petit nom à ce bout de bois : Lucille. Rick doit donc se soumettre face à la force de frappe de la communauté dirigée par le fou furieux. Il faut qu’il trouve une solution pour se débarrasser de l’oppresseur mais les pistes sont rares. Rick pense jouer profil bas histoire de mieux frapper mais son plan est bousculé par son propre fils qui décide de diriger lui-même une opération de vengeance. 

WalkingDeadT18-planches

Notre avis : la série trouve un second souffle depuis deux albums. Negan y est pour beaucoup ! Sa folie fait monter la partition dans les aigus du dramatique. Il est vraiment insaisissable, soufflant, tour à tour, le chaud et le froid. Et c’est bien cela qui nous inquiète le plus. Les auteurs réussissent à nous faire flipper à chaque page, on attend le moment où il va passer de son masque jovial à celui du déchainement de violence. Dans le volume précédent, on craignait un ennemi par trop prévisible mais il n’en est rien. Rick continue de nous montrer un visage fermé, de plus en plus d’ailleurs. La communauté doute encore une fois et on aime ça. La pression monte vraiment à chaque page, on dirait que Robert à retrouvé les ficelles des premiers opus … A lire sans hésitation. 

Appréciation :  4

 

 

 

MonolithT1-couvMonolith T1, La Voix Dans Le Mur 

Scénario : Jimmy Palmiotti, Justin Gray

Dessin : Phil Winslade

Collection : Contrebande

Format : couleurs, 96 pages

Editeur : Delcourt

ISBN : 978-2-7560-3928-2

Web : http://www.editions-delcourt.fr

L’histoire :  Alice Cohen est une jeune paumée de New York. Elle cherche a arrêter la drogue mais il est difficile de faire une croix sur ce genre de passé. Ses dealers lui collent aux basques puisqu’il y a toujours des dettes dans ce genre de milieu. Mais un beau jour, la roue semble tourner. Elle hérite de la maison de sa grand-mère qu’elle a à peine connue. La masure se trouve dans Brooklyn. Cet héritage est un peu particulier car il est spécifié que la jeune fille doit renoncer à la drogue et ne doit pas vendre la maison. Mais tout cela n’est que détails à côté du secret caché dans ces murs. Une créature a été enfermée à la cave et contrairement aux habitudes, elle n’est pas hostile, pas du tout. Cela va beaucoup aider Alice car son dealer a retrouvé sa piste …

MonolithT1-planches

Notre avis : voici une nouvelle vision du mythe du Golem. C’est une histoire simple certes mais elle est diablement bien contée. On apprécie surtout les retours en arrière qui expliquent la naissance de la créature. Les auteurs dépeignent une Amérique cruelle, celle des années 30, celle de la crise. La violence y est quotidienne, l’égoïsme y est permanent. Mais, sur chacun des planches, on peut déceler aussi une forme de tendresse envers ce pays qui a su se relever, qui a aussi donné sa chance aux miséreux. 

Le destin du Golem ne nous a pas laissé indifférents non plus. Se pose la question évidemment de l’outil de la vengeance, de la justice personnelle et des dégâts qui peuvent être provoqués par un pouvoir que l’on ne maîtrise pas vraiment. Car la principale victime dans cette BD, c’est bien la plus forte, le Golem. 

Le trait est parfait dans ce contexte. Un rien oldy, il se fond totalement dans l’histoire. 

Appréciation :  4