Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Solo T3 de Martin et Nowhere Men T1 de Stephenson chez Delcourt
Livres / BD /
Comics en Vrac : Solo T3 de Martin et Nowhere Men T1 de Stephenson chez Delcourt
Solo s'en va

Cette semaine, on vous propose de clôturer la trilogie de Solo. On revient aussi sur un album paru il y a quelques temps. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. 

Solo T3, Le Monde Cannibale

4

Voici donc le dernier tome de la trilogie Solo. Tout va plutôt bien pour notre ami. Lui et sa famille vivent cachés mais heureux. Alors oui les temps sont durs, on ne mange pas toujours à sa faim, mais ça va. D’ailleurs, on retrouve Solo un jour de chasse infructueuse. Il revient dépité chez lui et constate que leur tanière a été dévastée et sa compagne et ses enfants ne sont, bien entendu, plus là. Il part alors en chasse pour les retrouver. Evidemment tout déplacement est dangereux dans ce monde où toutes les espèces s’opposent et s’entretuent. Ainsi, les humaines, en quête de nourriture durable, montent des fermes d’élevage de rats. Ils deviennent alors la cible de solo.

On retrouve l’esprit de Solo (relisez nos chroniques des tomes 1 et 2). Le scénario de ce tome n’est pas d’une complexité stupéfiante. Non l’intérêt est ailleurs. Il est dans la visite que les auteurs nous offrent dans la tête de Solo. Nous vivons sa douleur, sa solitude comme s’y on y était. Ce road trip est totalement immersif. Et puis il y a cette belle rencontre, improbable rencontre, entre deux races. C’est un message qu’on nous livre ici, une missive pleine d’espoir en l’avenir, l’idée que les circonstances peuvent changer les inimitiés. Oui le thème est classique mais il est vraiment joliment mis en valeur dans ces pages. Le texte est toujours aussi habile et le trait toujours aussi sympathique. On finit cette trilogie en beauté, plein d’espoir mais le bide un peu noué quand même.

Scénario : Oscar Martin – Dessins : Oscar Martin – Solo T3, Le Monde Cannibale – Delcourt – Contrebande – 128 pages – octobre 2017 – prix 16,95 €

 

 

Nowhere Men T1, Un Destin Pire Que La Mort

3

Quatre génies, bien au dessus du lot, quatre cerveaux qui décident de se mettre au service de l’humanité. On parle de Dade Ellis, Simon Grimshaw, Emerson Strange et Thomas Walker. Ils créent la World Corp pour appuyer leurs créations. Celles-ci ne sont pas forcément avouables. Ici des manipulations génétiques transforment un gorille en une bête effroyable et meurtrière. Il y a aussi ces êtres humains placés dans une station spatiale, cobayes esseulés, et du coup peu enclins à nuire à l’image de la World Corp. 

Compliquée cette lecture. Il faut savoir prendre son temps, revenir en arrière, lire les documents qui servent d’intermèdes entre les planches, comme ces coupures de presse que l’auteur nous offre. Cet auteur joue risqué, sa narration occulte volontairement pas mal de choses ce qui pourrait décourager les lecteurs les moins courageux. Mais si vous allez au bout de cet album, vous verrez qu’il nous perd un peu pour mieux nous retrouver à la fin. Les dernières pages de cet opus apportent un éclairage salvateur. On commence à comprendre les tenants et les aboutissants de cette guerre qui oppose nos scientifiques. 

Scénario : Eric Stephenson – Dessins : Nate Bellegarde – Nowhere Men T1, Un Destin Pire Que La Mort – Delcourt – Contrebande – 128 pages – avril 2015 – prix 17,95 €