MaXoE Festival 2019MaXoE Festival 2019 MaXoE Festival 2019
Voici un nouveau Concours Comics du MaXoE Festival et aujourd’hui nous allons du côté de Delcourt en vous proposant de gagner chaque jour pendant 5 jours (à partir d’aujourd’hui jusqu’au dimanche 30 juin 2019, 23:59) un exemplaire de Slots de Dan Panosian ! Pour participer, vous devez répondre correctement aux questions qui vous sont posées sur cette page ! 🙂 En savoir plus !
Nous vous avons déjà proposé plusieurs Concours Jeux Vidéo sur consoles pendant cette édition 2019 du MaXoE Festival, place aux joueurs sur PC ! A partir d’aujourd’hui et jusqu’au jeudi 27 juin 2019 à minuit, nous vous proposons de gagner chaque jour une clé PC Steam pour jouer à Vampyr, le jeu de Focus Interactive développé par Dontnod. Et c’est sur cette page que cela se passe 🙂 En savoir plus !
Vous aimez les Comics ? Et bien cela tombe bien, nous aussi ! Avec notre partenaire Urban Comics, et dans le cadre du MaXoE Festival, nous vous proposons de gagner chaque jour à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 28 juin 2019 minuit, 1 exemplaire de Clark Kent : Superman T0 ! Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de répondre correctement aux questions qui vous sont posées sur cette page ! 🙂 En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour au féminin : Nous Anastasia R de Cothias, Ordas et Berr
Livres / BD /
La BD du jour au féminin : Nous Anastasia R de Cothias, Ordas et Berr

A notre grand regret la femme n’est pas toujours présente en bonne place dans les récits de bande dessinée. Cantonné à des rôles de faire-valoir sa présence revêt bien souvent un caractère anecdotique. Le phénomène s’inverse fort heureusement ces dernières années et les séries ou one-shots dédiés au beau sexe alimentent de plus en plus les présentoirs de nos librairies. C’est pour cette raison que nous avons décidé de consacrer sur les prochains jours notre rubrique La BD du jour à la femme. Des récits bien différents, des profils tout aussi divers mais ce point commun de placer l’héroïne au cœur de l’action. Jeunes filles fragiles, femmes au caractère bien trempé, femmes du monde qui ont changé le cours de l’histoire, femme fortes et fatales, toutes ô combien attachantes. Elles vous accompagnerons lors de cette semaine et même plus pour vous donner à voir un autre visage de la BD !

Prise par les soubresauts de l’histoire, la Russie vit des heures difficiles et charnières qui la verra passer d’Empire à la puissance sans limite à une République éprise de justice sociale et de liberté. Nous sommes durant l’été 1918, l’été du premier conflit mondial, celui de toutes les peurs et des destins à jamais brisés, celui aussi qui réorganisera l’échiquier des valeurs des grandes nations de ce monde. Les bolcheviks, encore peu nombreux, sont animés d’une fureur de vivre dans un monde qui semble se fragiliser et où prendre partie pour le statu quo ou le changement devient un choix lourd de conséquences. Le tsar Nicolas II ne fût pas le pire de tous. Le poids de l’histoire, les changements espérés par tout un peuple et qui ne trouvaient pas d’expression concrète, les brimades et tensions accumulées, créèrent le contexte dans lequel germeront les idées révolutionnaires.

Nous Anastasia R des scénaristes Patrick Ordas et Patrick Cothias part de cet été 1918, celui qui vit disparaître, la famille impériale. Alors assignés à résidence dans la vaste demeure de l’ingénieur Ipatiev à Ekaterinenbourg, les membres de la dynastie Romanov sont dans l’attente d’une libération. Du moins l’espèrent-ils. Le tsar Nicolas II discute avec sa fille Anastasia et lui annonce qu’il envisage de la nommer à sa succession car elle seule semble capable de contenir la pression qu’exige le poste. Une fois le retour à la « normale » il la désignera officiellement. Moins de deux jours plus tard les responsables de la surveillance des Romanov font descendre dans la cave de la demeure l’ensemble de la famille impériale et dans une annonce solennelle indiquent que la décision est prise de les exterminer. S’en suit un carnage sans nom, les geôliers n’hésitant pas à user de la baïonnette pour s’assurer de répandre la mort sans exception. Mais dans cet amas de corps, serait-il possible que l’un d’eux ait survécu ?

La légende l’affirme, la vérité, à l’heure des recherches ADN semble contraire. Anastasia, la future tsarine, protégée par le colonel Volodine, son secret amoureux échappe à la mort dans le premier volet de cette série. Fiction donc à forte base historique, alimentée par des films de légende, comme Anastasia qui valut à Ingrid Bergman d’étoffer toujours plus sa légende. Avec ce récit à forte portée romantique, alimenté par le cadre de la Russie du début du XXème siècle, Cothias et Ordas accompagnés de Nathalie Berr au dessin livrent un album tout à la fois exigeant et relativement frais qui nous fait espérer une suite au moins du même calibre…

Cothias, Ordas et Berr – Nous Anastasia R– Bamboo/Grand Angle – 2012 – 13,90 euros

Spécial « La femme en BD »

Déjà chroniqués :

La Balade de Yaya de Omont et Zhao (FEI)
La mémoire de l’eau, tome 2 de Mathieu Reynès et Valérie Vernay (Dupuis)
Chimères T2 de Christophe Pelinq, Melanÿn et Vincent (Glénat)
END de Canepa & Merli (Soleil/Métamorphose)
–  Blanche Neige de Maxe L’Hermenier & Looky (Ankama)
Les reines de sang, Tome 1 : Aliénor, la légende noire d’Arnaud Delalande, Simona Mogavino, Carlos Gomez et Erwan Le Saëc (Delcourt)
Dakota T1 de Dufaux et Adamov (Glénat)

Les prochaines chroniques :

– Justine : D’après le marquis de Sade de Guido Crepax et Dominique Grange (Delcourt)
– Burlesque girrrl de François Amoretti (Ankama)