Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Cher Régis Debray de Franc et Debray
Livres / BD /
La BD du jour : Cher Régis Debray de Franc et Debray

Chacun possède ses propres modèles, ceux qui forgent la pensée, nous suivent toute notre vie par écrits interposés. Alexandre Franc voue depuis longtemps une admiration sans borne pour le philosophe Régis Debray. Avec force de persuasion il parviendra à le convaincre d’écrire un album BD avec lui. Cela donne un projet atypique à découvrir d’urgence !

 Cher Régis Debray1

Couv DebrayIl est des hommes aux parcours atypiques, qui forcent l’admiration, mettent peut-être en pratique ce que nous aurions à peine envisagé si nous avions été placés dans le même contexte. Des modèles pour certains, qui révolutionnent ce qui fonde bien souvent nos quotidiens, la norme. Prêts à mourir pour leurs idéaux, prêts à secouer le conformisme pour tirer à boulets rouges sur toutes les formes d’impérialismes, intellectuel ou politique. Régis Debray fait partie de ces hommes singuliers. Son parcours nous le connaissons plus ou moins, Normalien en 1960 il s’engage en Amérique du Sud en 1965 auprès de Castro puis suit le Che en Bolivie ou il est capturé. Dans les années 80 il est chargé de diverses missions internationales pour le compte de l’Etat français, puis passe une thèse de doctorat en lien avec ses intérêts pour l’image dans sa conception la plus symbolique. Il entre ensuite à l’Académie Goncourt, où il siège depuis 2011. Ce bref résumé de la vie de Régis Debray ne survole que le parcours d’un homme engagé dans le contre-sens de l’histoire. Toujours prêt à affirmer ses convictions avec les risques inhérents que cela comporte, il reste l’un des plus grands penseurs de notre époque.

Pour Alexandre Franc, Régis Debray est un modèle, un de ceux qui l’ont influencé et l’influence encore dans ses propres réflexions. Un jour de 2011 il découvre une interview de son modèle dans laquelle le septuagénaire affirme qu’il serait pourquoi pas disposé à collaborer à la réalisation d’un album BD. Le dessinateur saute alors sur l’occasion et prend Régis Debray à ses propres mots. La rencontre a lieu, et le premier contact ne semble pas forcément déboucher sur un accord concret. Le temps manque au penseur qui affirme avoir besoin de réfléchir à l’idée d’une collaboration plus en avant d’autant plus qu’il doit finir un livre en cours de rédaction qui sera édité par Gallimard. Le projet prendra alors la forme d’un échange. Alexandre communique ses planches à Régis qui lui répond par courrier et relance la machine. Il y est question de réflexions sur la nation, le rôle du père, de substitution mais pas que, qui offrira à Alexandre un cheminement de pensée. Même si l’échange se fait parfois hésitant, les deux hommes n’osant peut-être pas, l’un forcer le penseur à entrer dans le mode narratif propre à la BD et l’autre décevoir de ne pas accompagner le projet en construction comme il se doit, le projet se structure peu à peu pour accoucher d’une forme peut-être atypique, mélange de dessins et de texte (courriers de Régis Debray, extraits d’essais du philosophe). Au final l’album se fait percutant, avec des passages purement drolatiques tant du côté du dessinateur que du philosophe qui joue de plus en plus le jeu. C’est pas mal amené donc chaudement recommandé !

Franc/Debray – Cher Régis Debray – Futuropolis – 2013 – 17 euros