Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Pepe Carvalho de Hernán Migoya et Bartolomé Seguí (Dargaud)
Livres / BD
La BD du jour : Pepe Carvalho de Hernán Migoya et Bartolomé Seguí (Dargaud)

Adapter Pepe Carvalho en bande dessinée. C’est chose faite avec ce récit qui reprend les thèmes chers à Montalban dans une histoire où l’inspecteur qui n’a pas forcément froid aux yeux va être mis à mal. Plongée dans une Espagne qui tente de s’affranchir du joug d’un Franco en « fin de cycle »…

Été 1974. L’Espagne est encore, et pour peu de temps, sous le joug de la dictature franquiste. Dans un pays qui a oublié, durant les trente-cinq dernières années, ce que pouvaient être les libertés élémentaires, la peur et les résurgences d’un affrontement sanglant, qui laisse un goût amer en bouche et l’idée d’une impossible réconciliation, n’autorisent pas le pays de Don Quichotte à entrevoir l’espoir d’un renouveau. Si Barcelone, de par son profil pendant la guerre civile, semble posséder quelques heures d’avance sur un pays qui va devoir apprendre à se reconstruire, le crime, lui, est loin d’être absent de la fière cité dominée par la colline de Montjuic. Aussi, lorsqu’un homme est retrouvé mort, dans les eaux qui bordent la plage de Vilassar, le visage à moitié arraché, la tranquillité de la ville apparait toute relative.

Pepe Carvalho, privé reconnu pour ses méthodes et ses résultats se voit confié, par le patron d’un salon de coiffure florissant, le soin de découvrir l’identité de la victime. Pourquoi ? Peu importe. Les 100 000 pesetas promises pour résoudre cette énigme suffisent à notre inspecteur pour accepter le job. Comme point de départ de ses investigations, l’inscription en tatouage, dans le dos de la victime, de la phrase : Je suis né pour révolutionner l’enfer. Joli programme… C’est peu mais assez pour entreprendre une enquête qui mène Pepe à traverser la cité, des Ramblas qu’il aime parcourir en toutes saisons, à ses arrière-ruelles sombres, véritables coupe-gorges à la nuit tombée. Il y retrouve les filles de la nuit, dont une en particulier avec qui il aime passer du temps, tout comme il retrouve ses indics « attitrés » toujours prêts à se renseigner pour lui moyennant de généreuses contreparties. Avec si peu d’élément pour mener son enquête, Pepe parviendra-t-il à découvrir l’identité de l’homme mort et ce qui a pu se tramer ?

Dans l’esprit de Montalban, Migoya et Segui, livrent autant le portrait de Carvalho et de ses passions pour la cuisine et les femmes que celui d’une ville aux multiples facettes. Rythmé, pas forcément très tendre avec son héros, ce récit se savoure de bout en bout.

Pour info, nous avons déjà évoqué un autre ouvrage de Bartolomé Seguí avec notre chronique de  Histoires du quartier puis une Sélection BD 2014. En ce qui concerne Hernán Migoya, nous avions publié un Comics en vrac consacré à [REC], Histoires Inédites.

Migoya et Segui – Pepe Carvalho – Dargaud – 14,99 euros