Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La case du Mardi : Kraken de Emiliano Pagani et Bruno Cannucciari (Soleil)
Livres / BD
La case du Mardi : Kraken de Emiliano Pagani et Bruno Cannucciari (Soleil)

La case du Mardi propose de parcourir une œuvre à partir d’une case ou d’une planche qui résume un des points essentiels développés dans un récit. Un moyen de découvrir une œuvre différemment en s’attachant parfois à des détails qui en disent beaucoup…

Un jeune garçon âge d’une dizaine d’années dessine dans sa chambre penché au-dessus d’un large cahier posé sur un tapis en désordre. Proche de lui une boite de crayons de couleurs, des ciseaux et quelques bandes dessinées lui servent à accomplir une besogne qui retient toute son attention. La chambre ressemble à celle d’autres gamins de son âge. Un détail pourrait cependant attirer l’attention. Sur le matelas du lit-double qui occupe la pièce est posée la photo encadrée d’un autre garçon. Avec, juste devant elle, un bouquet de fleur qui a semble-t-il séché.

Le frère du garçon ? Sans aucun doute mais pourquoi un lit impeccablement rangé, avec posé dessus, impeccablement, la photo du jeune garçon ? Aurait-il quitté trop tôt notre monde ? Accrochés depuis le plafond de la chambre des poissons de papier et autres espèces venues de la mer trônent dans espace. Rien de bien particulier à première vue si ce n’est qu’ils laissent apparaitre des dents et des regards agressifs. Ce sont ces dessins qu’exécute le garçon qui doit entretenir un lien fort avec la mer si l’on tient compte des autres objets qui prennent place dans sa chambre. Un harpon à main, des coquillages et étoiles de mer, une maquette de bateau ou encore une bouée. Le récit nous en dira plus…

Le jeune garçon se nomme Damien et ce que laissait entrevoir la scène que nous venons de décortiquer se confirme : le frère qui dormait dans la même chambre est mort lors d’une sortie en mer. Une sortie au cours de laquelle le père des enfants a aussi été emporté. Damien, seul survivant, un peu différent des autres, ultrasensible, se voit très vite pris à partie par l’ensemble du village payant sa survie au prix fort. La mort du frère et du père du jeune garçon s’accompagne très vite d’autres morts suspectes et de la raréfaction du poisson mettant en danger l’équilibre financier de la région. Dans une communauté de marins, là où les superstitions sont vivaces, la légende du Kraken, monstre réclamant un dû aux villageois refait ainsi surface. Entre fantasmagorie et crimes sacrificiels, où se cache la vérité ? C’est ce que va tenter de découvrir un certain Dougarry, ex-présentateur TV appelé à la rescousse par la mère de Damien…

Deux auteurs italiens nous offrent ce récit sombre qui flirte avec le fantastique. Le scénario d’Emiliano Pagani laisse lentement se développer une trame inquiétante dans laquelle le lecteur tente de recouper les morceaux. Une trame qui pose aussi des questions sur la différence et le regard de l’autre. Le dessin de Bruno Cannucciari soutien le propos et accentue l’angoisse qui devient palpable au fil des pages. Il le fait en mêlant les techniques, encrage vigoureux, crayonné plus volatile, pleines ou doubles pages dominées par cette couleur vert sombre qui renforce l’ambiance du récit. Une histoire qui pourrait rappeler Fog, par ses teintes, la proximité de la mer vengeresse, les morts qui s’accumulent et le halo de mystère qui s’épaissit comme le brouillard…

Emiliano Pagani et Bruno Cannucciari – Kraken – Soleil – 2018