1995-2014 : MaXoE a 19 ans !

► Rejoignez l'aventure MaXoE
MaXoE est un média culturel multi-thématique indépendant, sans aucune publicité. En ligne sur Internet depuis 1995

Présentation|Ligne éditoriale|Nos sites|Nos RDV|Actualité|Partenariats|Charte|Flux RSS|Infos légales|

En ligne depuis 1995 et sans publicité
Bienvenue sur MaXoE RAMA



Le 7ème Art est arrivé sur MaXoE en 1996, avec une page entièrement consacrée aux sorties de films au format CDV. Dix ans plus tard, MaXoE > RAMA reprend la suite en... La suite »

Les Rédacteurs MaXoE RAMA



JulieMaximeMieMrBlue

SebStanTadamtof

Nos Rendez-Vous Ciné/Livres…


» Lundi : Polars de la Semaine
» Mardi : Sorties Ciné + La Playlist
» Mercredi : Les Sorties DVD
» Un Jeudi sur deux : Le Panier 'littéraire'
» Un Vendredi sur deux : Coin du Polar
» Apériodique : Dans la Jazzosphère


Edition du 16 septembre 2014



► Mots-clés

Twitter Facebook Youtube Flux RSS En favori


Focus Spécial Guerres et Commémorations

Découvrez les articles récemment publiés sur l'ensemble des sites MaXoE :


07.06.12, 16:09 | Par

Dans : Livres/BD

Tag(s) :
Partager sur : Partager cet article sur Twitter Partager cet article sur Facebook

Recommander à un ami : Recommander cet article par email

Commentaires : Réagissez!



La vision de la guerre en BD (8ème volet) : La guerre d’Espagne


Jean-Sébastien Bordas nous offre sa vision de la guerre d’Espagne au travers de son personnage Fernand, jeune étudiant provençal exilé à Paris. Une série menée sur des chapeaux de roues et qui laisse en bouche la finale d’un grand cru… A découvrir le passionnant interview (vidéo) qu’il nous a offert.

 

La guerre d’Espagne reste le conflit le plus souvent traité en littérature. En bande dessinée, le sujet passionne au moins autant les auteurs. Pourquoi ? Par toute la dramaturgie qu’il renvoie, le symbolisme d’une lutte pour la liberté à une époque où les totalitarismes grignotent chaque jour un peu plus de terrain, par le dépassement de la « simple » guerre civile entre espagnols puisque le conflit s’est étendu, par le biais des engagés d’horizons divers, à la planète toute entière, par la grande force de l’art qui a accouché d’œuvres à la force expressionniste réelle. Ces éléments et bien d’autres encore ont forgés la spécificité d’un conflit qui reste ancré dans les mémoires et dont les plaies n’ont pas toutes cicatrisées bien des années, des décennies plus tard. Voir un jeune auteur de bande dessinée s’attaquer à une relecture personnelle de ce conflit, mérite, au-delà d’une attention marquée, un franc respect car les risques de virer vers les déjà-dit ou les déjà-vu sont légions.

Avec Le recul du fusil, Jean-Sébastien Bordas ne tombe jamais dans ces pièges, bien au contraire ! Il arrive, par un mélange subtil de fond historique, de construction dramaturgique du récit romancé et d’un ajout osé mais ô combien salutaire d’humour marqué, à nous transporter sur le front de Madrid, là où les balles passaient bien près du cœur des habitations de la fière capitale.

Fin d’été 1936, période agitée en France où les incertitudes sur le devenir du pays, bousculé en son sein par des tensions sociales palpables et tiraillé par des pressions extérieures, germent comme du chiendent. Fernand quitte sa Provence natale pour se diriger vers la capitale afin d’entreprendre des études de médecine. Il sera placé, du moins le croit-il, au sein de la famille d’André, un ami de longue date. Cette famille bien sous tous rapports pourra, la mère de Fernand en est persuadée, lui ouvrir des voies bien plus larges que celles des paysages bucoliques que le jeune homme parcourrait jusqu’alors avec son troupeau de chèvres. Paris, à l’image de la France, bouillonne de tous côtés. Car si les tensions politiques sont bien présentes, la sphère culturelle n’est pas en manque elle non plus.

Situation d’entre-deux. Entre-deux guerres évidemment mais aussi entre deux façons d’envisager l’avenir. Résignation ? Abandon aux dictatures ? Asservissement à la loi du plus fort ? Ou prise en main de son destin ? Lutte acharnée pour la liberté ? Risques pris jusqu’à une mort possible ? Fernand se liera avec les amis d’André, jusqu’à les suivre en Espagne, là où se joue l’avenir du continent et peut-être du monde. Doit-il regretter son choix ? Doit-il faire fi de son passé et nier son attachement à certaines valeurs ? Non. Certainement pas. Même s’il se laisse parfois porter par ce qui lui arrive, Fernand devient, au fil du récit, relativement attachant. Le jeune homme possède ce côté bohème fait d’une insouciance certaine. Mais si le détachement qu’il propose face aux situations qui lui parviennent de front sont bien réelles, il prendra vite conscience des changements qui s’opèrent. Cette formation « accélérée » aux maux qui gangrènent une France aux abois forge le récit, elle participe à créer un tourbillon de doutes et d’incertitudes face à des situations « extraordinaires ». Le premier tome de ce triptyque voyait le jeune homme partir vers l’Espagne avec sa bande d’amis pour fuir les dangers qui se rapprochaient de lui en France. En Espagne il intégrera les Brigades Internationales, plus précisément le pôle médical de ces sections. Brancardier, il risque à chaque minute sa vie pour essayer de sauver celle des autres. Fernand découvre ainsi les réalités de la guerre, pour autant il ne fuit pas ses obligations, s’aventurant bien souvent au-delà des zones « autorisées ». L’album montre les dessous du conflit, ce que nous ne voyons pas forcément. La défense de Madrid par les Brigades Internationales s’opérait à proximité immédiate du centre de cette ville et les soldats pouvaient quitter le front, au soir venu, pour aller boire un verre dans un troquet du centre. Fernand profitera de ce temps libre pour lier connaissance avec la gente féminine, qui reste une motivation tout aussi forte que ces engagements idéologiques.

Jean-Sébastien Bordas livre avec cette série un récit fort. Tout autant pour sa justesse historique – il s’est documenté auprès de spécialistes du conflit en plus de ses nombreuses lectures et séjours en Espagne -, que pour son héro dont la jeunesse se brûle plus rapidement que pour d’autres étudiants de son âge, et enfin pour l’humanisme qui se détache de chaque planche. L’humour qui vient se superposer à tout cela ajoute au plaisir. Si pour Bordas, cela va de soit, combien de récits se sont perdus dans leur volonté mortifère et aride ? Le recul du fusil, symbolise les coups à prendre pour grandir. Il nous pousse aussi inévitablement à dresser des parallèles avec notre société actuelle, portée elle aussi par la montée des nationalismes et le repliement sur soi. Et si finalement la grande force de ce triptyque résidait dans sa capacité à nous placer face à certaines réalités ?  

Jean-Sébastien Bordas – Le Recul du fusil T1 & 2 – Soleil/Quadrants – 2010 et 2012 – 11,95 euros l’un

 

Interview de Jean-Sébastien Bordas Salon du Livre de Paris 2012


Seb







COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE








*





- N'oubliez pas de saisir les caractères du code 'Captcha' avant d'envoyer votre commentaire.
- Cliquez ici si vous voulez avoir un avatar qui s'affiche à chaque fois que vous enverrez un commentaire sur le site.
- Faites en sorte que votre commentaire soit en relation avec le sujet évoqué. Nous apprécions les commentaires enrichissants et permettant la discussion ;)

- La modération s'applique lorsque vous envoyez un commentaire pour la première fois, il n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un modérateur. Soyez donc patient, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement, il est par conséquent inutile de le renvoyer. Malgré tout, les modérateurs se réservent le droit d'effacer tout commentaire qui ne serait pas en accord avec notre Charte.

Bonne discussion sur MaXoE !



A propos de l'auteur


avatar
Lieu : Paris
Articles publiés : 598
» Voir son Blog

Articles du même auteur

La BD du jour : Le Vaurien de Baloup et Le ventre de la hyène de Baloup et Alliel



La BD du jour : La ligue des économistes extraordinaires de Simmat & Caut



La première guerre mondiale : Vue(s) de l’intérieur…



La Première Mondiale : les fronts lointains (2ème partie)



La Première guerre mondiale : Les fronts lointains (1ère partie)


Articles sur le même sujet

La première guerre mondiale : Vue(s) de l’intérieur…



Melvile tisse sa toile, l’interview de Romain Renard



Docteur Radar, l’interview de Bézian !



Come Prima, le road movie émouvant d’Alfred, l’interview !



Victor Hugo lève le voile… par Gil & Paturaud (+ interview vidéo)


Articles dans la même catégorie

La BD du jour : Le Vaurien de Baloup et Le ventre de la hyène de Baloup et Alliel



La BD du jour : La ligue des économistes extraordinaires de Simmat & Caut



Comics en Vrac : Nightwing T4, Superman T3



La première guerre mondiale : Vue(s) de l’intérieur…



Comics en Vrac : Batman No Man’s Land T2, Green Lantern T3


Nuage de Tags / Mots clés

3D Accessoires Afrique A Lire Amazon Androïd Androïd TV Animation Arcade A retenir de 2010 A retenir de 2011 A retenir de 2012 A retenir de 2013 Arts Martiaux Assassin's Creed Bande annonce Batman Batman 75ans BD du Jour BD en Vrac BD et Littérature BD et Vin BD numérique Bonus Ciné Bulles TV Burlesque Business Call of Duty Captain America Christophe Bec Chroniques Fantastiques Comic Con Comics Comics en Vrac Concert Concours Contes et Féérie Cosplay Court métrage Couverture Spéciale César 2014 Danse Dans la Jazzosphère Dead Space Deauville Dessin animé Deus Ex Machina Django Unchained Documentaire Dragons DSiWare DVD Dédicaces E3 E3 2013 E3 2014 Ebook Erotique Everquest Facebook Fallout Festival d'Angoulême Festival de Cannes Festival des Arts Martiaux Festival du Jeu Vidéo FIFA Final Fantasy Focus Ciné Focus Ekhö Focus Spécial Funpad Gadget'O MaXoE Gamescom Gamescom 2013 Gamescom 2014 Gametab-One Geek Geekopolis Google+ Google Play Guerres & Commémorations Halo Hebdo Games Hunger Games Indiegogo Industrie InfoSite interview Interviews iPad / iPhone iTunes Japan Expo Jazz Jeux de cartes Jeux de dés Jeux de plateau Jeux de rôle Jeux de société Kickstarter KidsPad Kindle Kinect KISSA Récap' KissKissBankBank L'Instant Star Wars La femme en BD La Playlist La Vie d'Adèle Le Clic de MaXoE Le Coin du Polar Legend of Zelda Le Hobbit Le Panier (littéraire) Linux Livebox Livre audio Livres en Vrac Lyon Mac Marseille MaXoE Festival MaXoETV Maxômes Metal Gear Solid Metroid Metro Last Light Miiverse NFL on MaXoE Nintendo 2DS Nintendo Direct Nintendo eShop Nintendo Vidéo NVIDIA Shield Oculus Rift Open-source Opéra Origin Ouya Paris Manga PES Pirates Playstation Move PlayStation Store Polar(s) de la Semaine Politique Poésie Presse en vrac Press Start Previews Province Resident Evil Rugby Salon du 2 Roues Salon International du Livre Gourmand Semaine Arts Martiaux Semaine Espionnage Semaine Explorateurs Semaine Spéciale Semaine Steampunk Semaine Templiers Semaine Zombies Sin City snakebyte vyper Sondage Sorties Ciné Sorties DVD Sorties eShop Sorties Jeux Vidéo Sorties PS Store Sorties XBLA SoundCloud Spiderman Star Wars Steam Steampunk Streaming Supercross de Lyon Superman Sélection Toys Thor Tolkien Transperceneige TRON Twitch Twitter Uchronie UFC Un dessin une histoire Une BD sous le bras Un monstre à Paris Utopiales Vidéo Virtual Calais VOD Watchmen Wii Mini WiiWare Windows Wolverine X-Men XBLA Xbox Live Xperia Zombies

Voir tous les Tags !




©1995-2012 MaXoE. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation préalable. Les marques citées sur MaXoE appartiennent à leur propriétaire respectif.