Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Quai des Bulles 2018 : L’exposition ‘Des gorilles et des hommes’ du dessinateur A. Dan
Livres / BD
Quai des Bulles 2018 : L’exposition ‘Des gorilles et des hommes’ du dessinateur A. Dan

Durant le festival Quai des bulles le public se voit offrir la possibilité de rencontrer des auteurs pour des séances de dédicaces et des moments d’échanges, d’assister à des représentations mêlant dessin, musique, cinéma. Il se voit aussi offert la possibilité de s’immerger dans un projet au travers de l’exposition qui lui est consacrée. Cette année une exposition nous a particulièrement séduit au point de vous en proposer une rencontre avec son auteur, Des gorilles et des hommes du dessinateur A. Dan

Le festival Quai des Bulles de Saint-Malo mettait cette année à l’honneur le dessinateur A. Dan pour son double projet éditorial « Des gorilles et des hommes » paru à la Boite à Bulles et « Le Oki d’Odzala » paru chez Grand Angle. Le premier de ces deux projets a vu le jour en 2015 sous la forme d’un carnet de voyage très documenté dans lequel le dessinateur présentait le travail d’une équipe de recherche en pleine forêt du Congo Brazzaville. Des recherches qui portaient sur l’étude des gorilles, dont la population se voit décimée par le double effet du braconnage et du virus Ebola. Dans ce projet dont nous vous laisserons la chronique détaillée en fin d’article, A. Dan nous plongeait dans le quotidien des chercheurs et de leurs aides locaux. Textes, photos, dessins fusionnaient dans un carnet épais de près de 150 pages.

En cette année 2018 le dessinateur a achevé le projet qu’il avait au départ de produire un récit séquencé de cette expérience menée au Congo. Cela lui permettait d’une part de mêler fiction, données scientifiques et réalités de terrain mais aussi de développer des sujets qui ne pouvaient pas trouver leur place dans le carnet de voyage comme le braconnage ou la magie. Le Oki d’Odzala est ainsi publié en mai 2018.

Une exposition comprenant des tableaux explicatifs existait déjà depuis quelques temps. Le festival Quai des Bulles a souhaité pour sa nouvelle édition la mettre en place dans un espace dédié qui permette une vraie immersion dans l’environnement, par la diffusion de sons captés dans les forêts du Congo Brazzaville et en reconstituant le lieu de guet, là où les chercheurs, leurs accompagnateurs locaux et le dessinateur passaient une partie de la journée dans l’attente de la traversée de gorilles mais aussi d’autres espèces protégées.  

L’exposition est encore visible jusqu’au 2 novembre avant de tourner en France, à l’occasion d’autres manifestations.

Informations pratiques

Du samedi 6 octobre 2018 au vendredi 2 novembre
Centre Salvador Allende
Rue Salvador-Allende, 35400 Saint-Malo

02 99 40 78 04
guichetculture@saint-malo.fr

Chronique – Des gorilles et des hommes (La Boîte à bulles)

De Saint-Malo à Mbomo. Le parcours du dessinateur A. Dan. Au départ il y a cette envie de se fondre dans un environnement qui n’est pas le sien, d’observer, de restituer ce qu’il voit. Un défi de chaque jour. Il suivra de près la chercheuse Céline Genton qui dresse des fiches précises sur un groupe de primates au Congo Brazzaville.  La jeune femme, dans sa mission est entourée de toute une équipée dont les rôles, définis à l’avance, s’avèrent souvent indispensables et cruciaux. On retrouve Dominique, Pascaline et Nelly de l’équipe de recherches, Guy, Mathieu, Handa, Pascal, David, Tite, Guillaume, Marcelin, Davy et Constant, les éco-moniteurs qui sur place se révèlent une aide précieuse dans la mise en place de toute la logistique et la sécurité physique et sanitaire attachée à ce type de mission. Dans cette nature sauvage, loin du confort d’un atelier, A. Dan se place en observateur et restitue ce qu’il voit… en toute modestie.

L’idée de cet album est née un soir de festival à St-Malo. A. Dan voulait depuis longtemps suivre un scientifique dans ses recherches de terrain. L’ami qui l’héberge durant la manifestation, lui-même scientifique, connait les sujets d’études développés dans les instituts qui fleurissent ici ou là en Bretagne et aiguille le dessinateur vers un « modèle » qui pourrait convenir à son projet. Il s’agit de Céline Genton, une scientifique primatologue qui suit les grands singes menacés d’extinction en raison du braconnage ou des maladies redoutables qui se développent telles Ebola. Régulièrement la scientifique séjourne au Congo Brazzaville pour, durant un mois entier, effectuer des prélèvements, observer les comportements, recenser les populations de singes afin de pouvoir dresser des comparatifs, définir si un danger menace les groupes suivis depuis plusieurs années déjà. Pour le dessinateur le sujet dépasse toutes les espérances, car il suppose de suivre l’équipe de scientifiques au plus près de leur travail de terrain en Afrique dans le Parc National d’Odzala-Kokoua situé au Nord-Ouest du pays près des frontières gabonaises et camerounaises.

D’un point de vue formel, A Dan, avec une rigueur quasi-scientifique dessine avec réalisme ce qu’il voit. De ce ciel étoilé aperçu à Mbomo, en passant par ces zones forestières denses qui offrent une palette de verts d’une rare richesse, ou encore bien sûr le rendu de toute la faune que le dessinateur est amené à rencontrer au cours de son séjour. A. Dan prend des notes précises noirci des cahiers pour restituer avec un luxe de détails les étapes du travail des scientifiques. Il dresse le portrait des uns et des autres pour cerner le rôle de chacun, des scientifiques en passant par les éco-moniteurs et toute l’équipe qui veille chaque jour à rendre possible ces séjours prolongés dans un éco-système fragile avec lequel il faut composer au jour le jour. L’album offre donc, au-delà du carnet de voyage construit simplement sur le sensible (ce que voit et ressent le voyageur), un ouvrage documenté qui retrace les étapes du voyage, la logistique à prendre en compte, les moments d’attente parfois très longs au cours desquels il ne faut pas perdre espoir de pouvoir collecter les informations qui seront ensuite traitées en France. Les textes sont complets et rigoureux sans se faire pesants. Les dessins à l’aquarelle donnent à voir un florilège de couleurs tandis que les croquis au crayon dépeignent la tension du moment qui se lit sur les facies des gorilles. Des photos agrémentent l’ouvrage et complètent ce carnet de voyage superbement construit par un A. Dan que l’on découvre sur un autre registre.

A. Dan – Des gorilles et des hommes – La Boîte à bulles – 2015 – 23 euros