Focus Harry Potter
Calendrier de l'Avent MaXoE 2018
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > La Playlist : Marcus Miller, Blackout Babies, Ryat
Musique /
La Playlist : Marcus Miller, Blackout Babies, Ryat

 
Cette semaine, le retour du grand Marcus et un groupe danois très surprenant. 
 
 

The Good Things In Life of Bad Bob 
 
Artiste : Blackout Babies

Genre : rock/pop/électro

Label : Kwaidan

Date de sortie : 18 juin 2012

Web : http://www.myspace.com/blackoutbabiesdk

Notre avis : 2 danoises se mettent à faire de la musique. Le voyage vaut le détour entre rock, pop et même électro. Cette pop est rafraîchissante, vraiment. Prenez Verte de Jalousie par exemple. Comment résister à cette rythmique guitare, à ce tempo définitivement rock et à ces voix tour à tour profondes et haut perchées. Mais alors qu’on pense capter l’esprit de l’album, And Then They Went To The Bar vient bousculer les choses. Sur une basse bondissante, la voix se veut presque soul et les nappes se la jouent bizarroïdes. La 6ème piste nous propose un mélange assez détonnant puisque la voix est soul et l’accompagnement est électro. Bizarre mais plaisant. Don’t Count on Mamas retourne du côté de la pop et il faut bien avouer que c’est dans ce domaine que nos deux danoises nous ont le plus convaincu. D’autant plus que sur cette piste les voix sont encore plus marquantes, avec des harmonies vraiment surprenantes. Wolf nous surprend aussi, hypnotique, le titre s’écoute les yeux fermés. Cette galette vaut le détour car non seulement les créations sont originales mais les voix des deux belles sont définitivement charmeuses. 

Appréciation : 4   

 

 

 

Renaissance

Artiste : Marcus Miller

Genre : jazz rock

Label : Dreyfus jazz

Date de sortie : 28 mai 2012

Web : http://www.marcusmiller.com/

Notre avis : Marcus revient. Le génie de la basse vient à nouveau nous raconter des histoires mélodiques. La galette nous propose un florilège de morceaux jazz rock. L’artiste a donné le titre renaissance à son album et pour cause, il s’agit bien d’un retour aux sources du genre. Les cuivres majeurs sonnent jazz, entre accompagnement et solos endiablés. Et sa basse ? Elle est présente sans jamais en faire trop. Elle assure le groove, simplement, efficacement. Bien sûr quelques envolées de slap raviront les amateurs. Marcus n’a plus rien à prouver, c’est pourquoi il ne tombe jamais dans le piège de la démonstration technique. Redemption nous offre une mélodie dansante mais apaisée, simplement bousculée par un solo de saxophone. Shippin into Darkness invite un piano pour un titre parfaitement maîtrisé. A noter une trompette terrible sur cette piste. Plus rock, Jekyll and Hyde porte bien son nom en jouant continuellement sur les contrastes. Tout l’album recèle de perles de ce genre. N’hésitez pas, cet opus est la bonne surprise jazz rock d’avant l’été.

Appréciation : 4   

 

 

 

 

Vidéo de la semaine

Et voici le dernier clip de Ryat …