MaXoE > KISSA > Dossiers > Anime > Anime Cyberpunk Partie 1 : Blame! (Hiroyuki Seshita), Akira (Katsuhiro Ôtomoa)

Anime Cyberpunk Partie 1 : Blame! (Hiroyuki Seshita), Akira (Katsuhiro Ôtomoa)
De quoi compléter l'univers

Allez on continue notre focus (au long-cours) sur le Cyberpunk. Cette fois on s’intéresse aux anime. Nous vous proposons deux anime encore jamais chroniqués dans nos colonnes.

Voilà donc deux anime qui ont un lien avec l’univers cyberpunk. Et puis si vous en voulez plus, vous pouvez toujours regarder de ce côté ou de celui-là.

 

Commençons avec Blame! (2015 – 1h46 – Hiroyuki Seshita), l’anime tiré du célèbre manga. Je ne me risquerai pas au jeu de la comparaison avec ce dernier, je ne l’ai pas lu. C’est donc avec un oeil totalement neuf que j’ai regardé ce film. Dès les premières images on est frappé par la beauté des animations. Les décors sont magnifiques et les visages très expressifs, à mon goût. Attention, c’est de la 3D en cel-shading, tout le monde n’aime pas. Mais revenons à l’histoire, les humains vivent dans une mégastructure, une sorte de ville-bâtiment, dotée d’une IA, de plusieurs centaines d’étages. Ce sont des machines, appelées les constructeurs, qui construisent sans cesse cette structure. Les humains y survivent tant bien que mal, tout dépend des zones concernées, mais de toutes façons, ils ont été chassés de la surface des villes, un virus sévit les empêchant de communiquer avec la ville-IA qui est devenue alors incontrôlable. Ils sont même poursuivis par les sauvegardes, des robots qui cherchent à les exterminer. On est bien dans une ambiance cyberpunk à la sauce japonaise. On y retrouve ainsi des technologies avancées, notamment en termes d’IA, et une société humaine pas forcément au mieux de sa forme. Au milieu de tout cela un être différent : Killy. Il est plus puissant que les humains et est à la recherche d’un terminal génétique dans lequel il trouverait des gènes sains. On en sait pas plus, et on ne comprend pas tout de suite de quoi il s’agit, c’est un petit défaut du film. Oui il a du mal à nous expliquer les concepts complexes déployés dans le manga. En tout cas, l’anime, comme c’est souvent le cas dans les productions japonaises de ce type, pose les questions essentielles du rapport de l’homme à la machine mais aussi de l’auto-destruction du genre humain. L’action est menée tambour battant mais elle n’oublie pas de s’arrêter pour se pencher un peu sur les doutes des uns et des autres. En substance, un très bon anime disponible sur Netflix. Evidemment, il n’est sûrement pas le reflet des 10 volumes du manga mais il donne envie de les lire ! 

2015 – 106 minutes – Katsuhiro Ôtomoa

 

 

Et puis voilà un monument. Autant du côté du manga que de l’anime. Je me rappelle de la sortie de ce film en 1991. Nous n’avions pas les réseaux sociaux et pourtant le film a fait un buzz incroyable. Nous voilà à Néo Tokyo en 2019, 31 ans après la 3ème guerre mondiale. La ville est bien dans l’esprit cyber-punk. La technologie est partout, elle grouille de monde et les fossés sociologiques sont bien difficiles à franchir. Dans ce bazar, nous suivons une bande de motards et dans ses membres, il y a Tetsuo. Ce dernier va faire la rencontre inopinée d’une créature égarée, un enfant au visage de vieillard qui s’est dressé malencontreusement sur sa route. Cet enfant est issu d’un programme gouvernemental sur les pouvoirs spéciaux. Cette rencontre va créer bien des changements…

La claque est toujours aussi monumentale. 30 ans après, cet anime n’a rien à envier aux productions actuelles. Le dessin est tout simplement fantastique, fait à la main (secondé rarement par la technologie informatique), à l’ancienne et c’est bien ça qui est bon. Il y a quelques animations qui sont simplement fantastiques, à l’époque elles ont révolutionné le genre. Et puis ce scénario. Les critiques sont nombreuses sur la société, sur les états, sur les humains, sur la technologie. Alors oui, il s’éloigne un peu du manga mais il le respecte aussi, dans l’esprit. Il faut voir l’anime et lire le manga, n’hésitez pas. Si vous devez voir un anime intelligent, soulevant des thèmes douloureux, vous devez voir ce film. 

1991 – 124 minutes – Katsuhiro Ôtomoa


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...