MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Borb de Jason Little

La BD du jour : Borb de Jason Little

Borb déambule dans la ville, sans autre but que d’attendre le lendemain. Loin d’une vie bien rangée vécue dans une banlieue proprette, avec des jardins taillés comme des greens de golf, Borb sait qu’il retrouvera, le soir venu, ou bien plus tôt, le carton laissé sur un trottoir de ce New York qui mêle les grands écarts. Entre ceux qui vivotent à la périphérie et ces hommes et femmes du bas Manhattan qui jonglent avec les graphiques, les prospectives et les marges prévisionnelles. Borb, lui, a tout perdu et pour tout dire il ne demande plus rien du tout de ce monde fait pour détruire les illusions. Alors il continu à sillonner la ville pour tapisser de honte ceux qui depuis longtemps ont perdu leur capacité à s’émouvoir…

borbhome
borbcouv

Borb de Jason Little – AAARG ! (2015)

Un clochard est étendu sur un bout de carton plutôt usé. Vêtu d’un pantalon trop court qui laisse apparaitre une partie de son postérieur et d’une veste en état de décomposition avancée, l’homme ronfle dans un profond sommeil. A ses côtés des canettes de bières vides et une bouteille d’un alcool plus fort composent son environnement immédiat. En fond un autre homme est plongé dans la lecture compulsive de son téléphone portable, au point qu’il ne se rend même pas compte que le chien qu’il tient en laisse est en train de déféquer sur un bout de carton de notre pauvre clochard. Rien de bien glamour me direz-vous. Et vous auriez raison. Ce schéma pourrait se laisser voir dans la plupart des grandes villes de ce monde. Un monde qui a laissé depuis longtemps les inégalités et la plongée dans la misère la plus abrupte se propager comme le sable fin du Sahara porté sur des terres lointaines. Si le lieu importe peu, nous pouvons quand même dire que la scène se déroule dans un New York contemporain. Tout un symbole reste attaché à la Grande pomme, lieu de transit vers les terres américaines, lieu de promesses pour tous les immigrants qui, dans un milieu de dix-neuvième siècle pas vraiment tendre, vinrent par centaines de milliers tenter leur chance d’améliorer leur (déjà) triste sort. Avec le temps, l’espérance s’envola parfois. Et dans toute sa bienveillance elle traversa le temps pour se calquer, semblable et aussi terne, sur les générations futures…
Jason Little s’est imposé sur la scène alternative depuis la fin des années 90. Avec Borb, qui a donné lieu à ses strips les plus aboutis, l’auteur de Jack’s luck runs out s’immisce dans la peau d’un laissé pour compte. Un de ces hommes qui a tout perdu ou presque et qui ne possède même plus la volonté de demander le minimum qui s’impose à la dignité humaine. Avec un talent marqué pour l’humour-noir, le dessinateur de Brooklyn offre un récit touchant, dans lequel le quotidien de Borb se voit littéralement décortiqué. Les espoirs parfois entrevus sont pourtant vite noyés dans une réalité bien plus sombre et bien plus aliénante. On ne sait presque rien de Borb, dont on devine le destin funeste. Il représente cette frange sacrifiée sur laquelle notre société sclérosée a décidé de fermer les yeux. Pour ne pas se rappeler que l’avenir peut aussi se faire plus râpeux et moins lisse et qu’il peut nous présenter de terrifiants jeux de miroirs…   

Jason Little – Borb – AAARG ! – 2015 – 12,50 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...