MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Crématorium de Eric Borg & Pierre-Henry Gomont

La BD du jour : Crématorium de Eric Borg & Pierre-Henry Gomont

Le titre de l’album laisse songeur quant à l’histoire qui va se développer dans ce bon petit polar rural. Mélange de drames psychologiques, de vieux souvenirs qui reviennent percuter le présent et d’une dose de sordide, Crématorium conjugue action et émotion. Une belle réussite !

 

Le début de Crématorium va aussi vite que la voiture qui occupe les premières cases, à 100 à l’heure. On y découvre ainsi un homme sillonnant des landes arides dans sa décapotable et qui s’arrête pour prendre une jeune femme brune qui fait de l’autostop. La conversation s’installe et on apprend que l’homme est photographe et, à son regard, on devine le type de photos qui a sa préférence… Dans les mêmes landes nous assistons à une scène décoiffante dans laquelle un homme court à travers champs poursuivi par un homme aux yeux exorbités à bord d’un 4×4. L’homme à pied, dont nous apprenons qu’il est dealer, sera durement châtié par son poursuivant à l’aide d’un club de golf swinguant sur son postérieur. De retour chez lui, l’homme au 4×4 retrouve son fils qui semble gérer des affaires tout aussi nettes : les prostituées du bois de l’Or. Il avise aussi son père de choses bizarres qui se passent dans la demeure des Ortiz dans le village voisin de Carcès. Lequel se rendra sur place pour se prendre une prune qui lui déchirera l’oreille droite. La veille, Théo et Clara venaient d’arriver dans cette maison inoccupée. Ils se retrouvaient pour la première fois après pas mal de temps passé à Lille pour lui et Marseille pour elle. Le cadre est posé. Nous découvrirons au fil des pages un polar campagnard haletant qui possède les ingrédients qui fondent le genre : mafieux crapuleux, flingues, coups de feu, trucidages en bonne et due forme, tension, sombre passé qui remonte à la surface, histoires de famille embrouillées et bien sûr un suspense omniprésent.

D’un point de vue formel le scénario d’Eric Borg repose sur un découpage très cinématographique avec des flash-backs, des intrigues qui se mêlent, se superposent, et cette capacité aussi à faire naitre les interrogations, à brouiller les pistes pour nous tenir en haleine sur les 118 planches qui composent cet album. Le dessin de Pierre-Henry Gomont sait se rendre expressif pour éviter une surcharge de textes, il va à l’essentiel avec un rythme, un mouvement permanent et cette utilisation des couleurs qui pose l’ambiance. Un album de genre qui possède pas mal d’atouts pour trouver son public et qui mérite indéniablement une lecture attentive !

Eric Borg & Pierre-Henry Gomont – Crématorium – Casterman/KSTR – 2012 – 16 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...