MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Deepwater prison de Bec et Raffaele

La BD du jour : Deepwater prison de Bec et Raffaele

La mer n’est pas que cette étendue d’eau balayée par le soleil sur laquelle nous partageons des jeux marins plutôt sympathiques et déstressant en plein été. Elle recèle aussi bien des dangers plus on s’éloigne de sa surface… Récit angoissant et maitrisé par les deux complices de Prométhée…

 Deepwater Prison.indd

DPLes fonds marins nous surprendront toujours. Capables de cacher en leur sein des espèces qui nous sont encore inconnues, ils regorgent de dangers et d’un voile de mystères qui lui est attaché. Balayé par les courants ancestraux bien identifiés, les eaux peuvent aussi se révéler particulièrement traitres.

Plateforme Constellation, année 2027. L’une des plus grandes pompeuses pétrolière en haute-mer que la terre est connue fond sous un brasier ininterrompu, libérant des tonnes d’un pétrole qui teintera bientôt les côtes du Golfe du Mexique d’un sombre brun collant. Des espèces fragiles ou naïves, c’est selon, seront prises dans le pièges et verront des dizaines de leurs membres à jamais capturés. Rien ne peut freiner l’avidité de l’homme. Des flammes de plusieurs dizaines de mètres de haut s’élèvent en colonnes rangées dans le ciel déjà trouble. Un hélicoptère approche de cette « œuvre » d’art moderne. A son bord une certaine Présidente Rosenberg, chargée de la Commission sur l’énergie et l’Environnement, vient prendre connaissance de l’ampleur des dégâts et à vrai dire elle ne va pas être déçue. Mais contre l’une des plus grandes multinationales mondiales, la Prometheus-Oil, les gouvernements ne peuvent plus grand-chose, sauf être spectateur de ce qui se joue devant eux. La pulpeuse Rosenberg mènera son enquête. Pour cela elle acceptera de descendre dans les fonds marins là où s’élèvent l’un des secrets cachés de l’Amérique, la Deepwater prison. Une prison sous les eaux dans laquelle se trouvent enfermés les pires criminels que la nation de l’oncle Sam ait pu engendrer. Des tueurs sanguinaires, des détraqués patibulaires, parfois des erreurs, des hommes qui ont seulement osé dire non, et même des lecteurs de séries BD addictives datant d’une quinzaine d’années, c’est dire le florilège de beaux bestiaux, dispersés dans des cellules de 11 m² à peine, réunis dans ce huis clos hautement dangereux et anxyogène… Lors du voyage en bathyscaphe qui mènera la belle blonde au cœur de la meute de Deepwater, les passagers du submersible aperçoivent au travers du hublot un monstre marin inconnu sorte de grande murène aux dents acérées… Le danger guette à chaque clapotis de vagues… et ce n’est que le commencement…

Les premières planches de cette nouvelle série initiée par Christophe Bec laissent le cadre se poser. Le texte s’efface pour que le dessin puisse exprimer sa force et décrire la catastrophe qui touche visiblement bien plus le gouvernement américain que l’industriel de la Prometheus-Oil, visiblement peu affecté par les troubles à venir sur le système écologique local. Puis s’enchainent les faits qui se déroulent avec cette idée de pouvoir tirer ensuite sur les fils posés et densifier le récit. Nous connaissons maintenant l’attirance de Christophe Bec pour ce type de récits catastrophes où les évènements s’enchainent sans que les hommes et les femmes qui les vivent puissent les maitriser véritablement. Des surprises cachées, des révélations à venir. Le tout avec force d’un dessin véritablement expressif et réaliste de Raffaele qui arrive au sommet d’une maitrise de ses effets. Le duo fonctionne à merveille. La pression monte, les personnages s’étoffent. Bref une nouvelle addiction se programme avec Deepwater prison…

Bec/Raffaele – Deepwater prison T 1 – Soleil – 2014 – 13, 90 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...