MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : La mémoire de l’eau de Vernay & Reynès

La BD du jour : La mémoire de l’eau de Vernay & Reynès

La vie joue parfois de mauvais tours à ceux qui, pourtant, ne font rien pour la provoquer. C’est ce qu’apprend Caroline, obligée de revenir sur les terres de son enfance pour réinvestir la maison dans laquelle elle a vécue étant gamine. Sur ces terres au passé chargé, Marion, la fille de Caroline va déterrer bien malgré elle, de vieux souvenirs et réanimer de vieilles légendes…

 

Caroline, une jeune femme récemment séparée, s’installe avec sa fille Marion dans un village côtier, celui-là même où elle a vécu lorsqu’elle était enfant. Plusieurs raisons à cette rurbanisation forcée : des évènements de la vie défavorables, un mari écrivain noyé dans le succès et qui s’entiche de son attachée de presse, une mère veuve qui vient de partir elle aussi sous d’autres cieux, et peut-être aussi l’envie de prendre l’air, de souffler, de faire le point sur sa vie pour repartir à zéro. Suzanne, ouvre à Caroline et Marion la maison qu’elle gérait depuis le décès de la mère de Caroline et dans laquelle la jeune femme a passé son enfance. Réminiscences d’un passé pas si lointain, fait d’insouciance et d’un attrait pour la mer. Le contexte se pose par touches successives. Le récit prend le temps de nous envelopper, de nous prendre par la main pour jouer aux découvertes de Marion. Car si pour Caroline l’urgence est de retrouver du travail pour vivre, Marion elle prend la vie du bon côté. Nouveau contexte, nouvelle vie, cela signifie aussi exploration de l’environnement qui l’entoure et la jeune fille n’est pas avare d’effort et de frissons pour cela. De la plage elle ira vers les terres environnantes pour découvrir d’étranges pierres gravées de signes ésotériques. Légendes ancestrales attachées à ces terres ? La jeune fille voudra en avoir le cœur net et s’immiscera jusque dans les moindre recoins du paysage, au péril de sa vie – ce qu’elle cachera à sa mère -, pour mener son enquête. Ce qu’elle risque de découvrir négligemment risque pourtant de réveiller l’eau qui dort…

Récit qui mêle avec réussite aventure, paysages marins subtilement restitués par le dessin de Valérie Vernay, mystères sur une terre apparemment sans histoire, vieux souvenirs et résurgences d’un passé que certains voudraient oublier, La mémoire de l’eau nous charme dès les premières planches. Le récit de Mathieu Reynès alterne les climats avec réussite et trouve en Valérie Vernay un trait apaisant, sublimé par des couleurs, dont des superbes nuances de bleus, qui participent à la mise en ambiance. Un diptyque qui pose son empreinte, sans prétention mais avec cette envie de nous conter une histoire, un peu comme du Pagnol contemporain où le temps possède une autre valeur et les personnages aussi…

Vernay & Reynès – La mémoire de l’eau – Dupuis – 2012 – 11, 95 euros

 

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...