MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La vision de la guerre en BD 9ème volet : Les combats loin de chez nous… (1è…

La vision de la guerre en BD 9ème volet : Les combats loin de chez nous… (1ère partie)

Le thème de la guerre reste l’un des plus traité en BD. Toutes les époques et tous les lieux se voient ainsi déclinés en récits qui offrent souvent un regard neuf sur les grandes batailles du passé. Si les deux premiers conflits mondiaux bénéficient d’une couverture plus large en France, les récits de guerre qui se sont déroulées au loin, et qui nous sont moins familiers, permettent de dresser des parallèles, de tirer des enseignements ou de découvrir parfois des réalités qui nous échappent.
Hugues Labiano nous propose un diptyque magistral avec Au quatre coins du monde, dans lequel il aborde la guerre entreprise dans le désert saharien pour préserver les colonies reculées de l’Empire français. Nous vous invitons à regarder l’interview-vidéo qu’il nous a accordé à Quai des Bulles le mois dernier.

  

En plein cœur du Sahara, sur le Massif du Hoggar. Deux officiers, le capitaine Dupuy et le lieutenant Dewaere, à la tête d’une unité méhariste, sillonnent le désert à la recherche du capitaine Barentin. Celui-ci, icône de l’armée française dans les colonies, n’a pas donné signe de vie depuis un temps jugé inquiétant par le QG basé à In Salah. Dupuy et Dewaere doivent donc recouper le parcours du capitaine Barentin afin de pouvoir, le cas échéant, rapatrier son corps en métropole comme il est de tradition. Si le capitaine Dupuy a appris au contact des hommes du désert et de Barentin tout ce qu’il sait de cette région, gagnant la confiance des Touaregs, le lieutenant Dewaere quant à lui découvre les immensités du Sahara et les relations complexes construites patiemment avec les autochtones. Les unités méharistes missionnées pour pacifier une zone au sein de laquelle règne souvent la loi du plus fort, ne combattent qu’en dernier recours dans des corps à corps meurtriers. Il semble que le capitaine Barentin, malgré sa connaissance du Sahara soit tombé dans une embuscade, une de celle dont on ne se relève pas. Au coin du feu à la nuit tombée, Dupuy et Dewaere dialoguent avec Afellan, un Kel Ahaggar ami de Barentin qu’il a suivi jusque sur les tranchées françaises lors du premier conflit mondial. Dewaere va découvrir, par le récit circonstancié de Dupuy, l’histoire de ce capitaine, héro adulé par ses hommes et comprendre l’étrange attraction qui les lie à ces immensités désertiques.

Diptyque particulièrement dense, Au quatre coins du monde aborde une tranche de vie peu connue de l’histoire militaire française contemporaine : La pacification du désert saharien. Il évoque surtout les relations entre les hommes qui le peuplent mais aussi la boucherie des tranchées en pleine guerre de 14-18. Mais si Labiano n’épargne rien de l’absurdité de la guerre, son propos est ailleurs dans l’analyse des rapports entre les hommes, leurs coutumes, la nécessaire mise en retrait pour apprendre de l’autre, partager parfois. Ces rapports humains fragiles, qui se densifient dans le respect mutuel gagné au combat ou en dehors, dans l’attachement à la terre, se lisent au travers de jeux de regards qui en disent autant, parfois plus, que de longs discours. Cette aventure humaine d’une rare intensité se trouve dopée par un dessin d’une totale maitrise, car dessiner le désert relève de la pure gageure. Labiano s’y révèle précis, retranscrivant les atmosphères, les chaleurs du jour et la fraîcheur des nuits silencieuses bercées par le crépitement des feux de camps. Nous nous arrêterons aux deux couvertures – dessinées ensembles – qui introduisent une dualité qui se lit en filigrane tout au long du récit entre un monde où la déshumanisation guette et un univers basé sur l’homme et sa capacité à émouvoir. C’est de cela qu’il s’agit ici plus qu’un énième discours moralisant.

Aidé aux couleurs par Jérôme Maffre, le dessinateur, auteur complet pour la première fois avec ce diptyque, parvient à rendre son récit captivant et sincère. Une leçon de vie tout en modestie où le désert, personnage à part entière, tisse sa toile pour introduire en nous cette part d’imaginaire capable de construire des rêves qui restent longtemps en tête…

Hugues Labiano – Au quatre coins du monde T1 & 2 – Dargaud – 2012 – 14, 99 euros l’un.

 

Entretien vidéo avec Hugues Labiano

 

 

 

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...