MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Le Coin du Polar : Les Anges de New-York de R.J Ellory

Le Coin du Polar : Les Anges de New-York de R.J Ellory

R.J Ellory est un écrivain britannique qui a fait une entrée fracassante dans la catégorie des grands auteurs de romans policiers avec Seul le silence (sorti en 2008 en France). Véritable pépite, roman particulièrement marquant et extrêmement bien écrit, Seul le silence imposa Ellory comme un auteur incontournable, de ceux dont on attend avec impatience le prochain livre. Les Anges de New York est le quatrième de ses romans publiés dans notre pays.

 

L’histoire

De son propre aveu, Frank Parrish, inspecteur à la criminelle au NYPD est « un loser agressif, déglingué, alcoolique, avec une vingtaine d’années de carrière au compteur ». Son coéquipier vient de mourir en service et il est à deux doigts de perdre son job suite à de nombreux problèmes disciplinaires. Il a une vie privée chaotique, entre une ex-femme qui le hait, deux enfants qu’il a négligés et une relation épisodique avec une prostituée. Il porte également le poids d’une filiation compliquée : son père, assassiné seize ans plus tôt, était un véritable héros du NYPD, un mythe, un flic décoré qui faisait partie d’une unité spéciale de lutte contre le crime organisé, surnommée les Anges de New York. Pour son fils, il s’agissait surtout d’un beau salopard.

Frank Parrish est un homme à la dérive, abimé et hanté par les horreurs qu’il côtoie quotidiennement. Mais Frank est avant tout un excellent flic, épris de justice, totalement (trop) investi dans son travail. Sa hiérarchie lui impose des entretiens quotidiens avec une psychothérapeute et, à sa grande surprise, il commence à se confier et à parler de lui même, mais aussi de son père et des fameux Anges de New York. Alors que ces entretiens remuent en lui des choses inattendues, il pense flairer, en enquêtant sur la mort d’une adolescente, la piste d’un tueur en série et se lance à corps perdu dans cette enquête.

 

Un beau portrait de flic 

 Comme souvent dans les (bons) polars, au-delà de la simple enquête policière viennent s’ajouter d’autres thèmes, qui prennent selon les livres et les auteurs, plus ou moins d’importance par rapport à l’intrigue policière à proprement parler. C’est particulièrement vrai avec ce livre qui dépasse un peu le cadre du polar et dans lequel plusieurs thèmes tels que la filiation, la culpabilité, la justice sont abordés. Le thème de la filiation est omniprésent, que ce soit à travers l’histoire du père de Frank et la difficulté de ce dernier à l’assumer, ou à travers les relations tumultueuses qu’il entretient lui-même avec ses propres enfants, particulièrement avec sa fille.

Ellory ne se contente pas de nous plonger au cœur d’une enquête haletante, mais nous livre également un beau portrait de flic. On a un peu peur au départ tant le personnage principal semble coller au stéréotype du flic de cinéma ou de littérature (solitaire, taciturne, porté sur la bouteille, etc…) mais on finit par s’attacher à cet anti-héros excessif, plein de contradictions mais très touchant,  confronté aux difficultés d’un métier dans lequel se rendre au bureau consiste à être exposé à ce que l’humanité peut produire de plus sordide. Dans ce livre très sombre, deux intrigues s’enchevêtrent : l’enquête sur les meurtres de jeunes adolescentes et l’histoire des Anges de New York et du père de Frank. L’enquête arrive à nous tenir en haleine du début à la fin.

Elle est bien ficelée, efficace. Quant à l’histoire des Anges de New York, que l’on suit au gré des rendez-vous de Frank avec sa psy, elle se révèle un peu moins captivante. La quatrième de couverture évoque  à son propos, à juste titre, les films de Sidney Lumet et James Gray, mais l’on pense aussi très fort aux Affranchis de Martin Scorsese. C’est d’ailleurs le seul bémol : sans rien dévoiler de l’intrigue, certains pans de cette histoire paternelle ressemblent fortement aux évènements narrés dans le chef d’œuvre de Scorsese, et l’on a parfois une légère impression de déjà-vu.

 

Les Anges de New-York est un très bon livre, un polar intense, très sombre et très prenant. Il ne s’agit pas du meilleur opus d’Ellory, mais il se situe bien au dessus de la masse des polars actuels.

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...