MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > 4 cases en plus : Melvile tome 2 (3ème volet), le travail de Romain Renard

4 cases en plus : Melvile tome 2 (3ème volet), le travail de Romain Renard

Melvile, ville nichée dans un lieu improbable, quelque part en Amérique du nord ou ailleurs. Des âmes parfois meurtries, des hommes et des femmes qui traînent avec eux des passés complexes qui espèrent trouver-là, dans le calme d’une ville sans histoire de 478 âmes, le moyen de se reconstruire, d’avancer et peut-être d’espérer. Nous vous proposons pour ce troisième volet consacré à Melvile 2 de découvrir le travail graphique de Romain Renard. 

Melvile Une3

Melvile c’est d’abord un cadre dans lequel des personnages se voient happés jusqu’à faire corps avec lui. La petite bourgade, jadis prospère est devenue un village sans âme, ou si peu, dans lequel évoluent des êtres troublés ou en pleine introspection. Les routes sont étroites et peu fréquentées.D’ailleurs c’est l’un de ces chemins, qui permet de relier deux parties de la région, pour passer d’un versant à l’autre de la vallée qui donnera lieu à une des intrigues du récit. Comme nous le disait Romain Renard dans l’interview qu’il nous a accordée, la petite ville est devenue un village où, l’été, apparaissent quelques touristes citadins se fabriquant, avec leurs cannes à pêche et leur bottes de grandes marques, leur fantasme de vie sauvage le temps d’un week-end. C’est une petite ville tranquille et, mis à part ces quelques touristes, on n’y croise pas beaucoup d’étrangers. On pourrait dire qu’elle vit légèrement repliée sur elle-même. Sur les routes qui sillonnent les alentours de Melvile s’élèvent de vastes forêts dont les arbres semblent attirés par le ciel, ce ciel nimbé d’étoiles que se plait à observer Saul Miller. La carte a permis à Romain Renard de se repérer dans la construction de son récit, d’apporter des repères, des balises pour crédibiliser l’action des hommes et des femmes qui se croisent parfois. Elle est reproduite sur les pages de gardes de l’album, pour permettre au lecteur d’appréhender notamment ce qui va se jouer sous ses yeux…

Melvile carte

Le cadre est donc essentiel dans ce récit. Romain Renard a puisé de ses voyages en Amérique du nord notamment, et de ses lectures des ténors de la littérature que peuvent être Jim Harrison ou Ron Rash, auteur du remarquable Le chant de la Tamassee qui vient de sortir au Seuil une partie de la matière de son album. Pour son travail graphique Romain Renard passe concrètement par quatre étapes. Tout d’abord le découpage, réalisé sur un carnet. Cette étape, l’auteur de Melvile l’a voulu très précise dans les intentions pour ne pas avoir à revenir sur la mise en scène. La seconde étape est celle du crayonné qui ouvre la perspective pour utiliser ensuite encre et fusain qui apportent la matière avant le passage à la couleur réalisée sur ordinateur.

Nous vous proposons de découvrir les étapes de ce travail via deux planches assez symboliques de l’album. La première met en scène Saul et Mia, la jeune fille qu’il garde pour sa mère qui travaille dans le bar de la ville. C’est la phase de découverte de la nature. L’homme d’âge mûr expliquant comment la forêt de châtaigniers a été attaquée par un champignon parasite qui en a démembré une partie. La petite Mia se tourne vers Saul un brin rassurée que le parasite n’est pas dévasté la totalité de cet écrin de nature et l’interroge : Oui heureusement que les champignons n’attaquent pas tous les arbres en même temps. Ça n’existe pas, une maladie qui les détruirait tous en même temps ? Nous vous laissons découvrir la réponse de Saul…

La seconde scène tourne autour d’une conversation entre Saul et Beth, la femme de son voisin Daniel. La jeune femme est venue voir Saul car, dit-elle, ça fait un moment qu’on ne t’a pas vu. Saul de répondre avec un brin de reproche provocant mêlé à cette envie de délier la langue de Beth, Tout va bien je prends même du bon temps avec vos nouveaux amis. Lorsque Beth, interloquée, demande à qui Saul fait allusion, l’homme évoque les chasseurs, ceux qui, même s’il ne le dit pas, viennent perturber son sommeil et sa tranquillité…

Planche de la page 47 (cliquer sur la première vignette pour agrandir) : 

Planche de la page 128 (cliquer sur la première vignette pour agrandir) :

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, demain la sortie de l’album qui donnera lieu à la publication de notre longue chronique…

Merci à Romain Renard pour la transmission des visuels !


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...