MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied de Rabaté &…

La BD du jour : Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied de Rabaté & Kokor (Futuropolis)

Il parcourt les rues des villes et des villages pour proposer quelques pages sur lesquelles il a couché les vers qu’il récite à qui veut bien écouter. Alexandrin est aussi usé que ses habits, il porte cet esprit bohème détaché du temps, soucieux des mots si loin des maux d’une société dans laquelle il navigue en périphérie… Mais les habitudes peuvent parfois se voir si vite bousculées…

Un homme marche dans la ville, la tête haute, le pas chaloupé, emplie d’un esprit de liberté et envahit d’une bonne humeur communicative. Il s’approche parfois des fenêtres de certaines maisons pour humer l’ambiance des lieux et tenter de dessiner les contours de celui qui peut y loger par ce qu’il observe à l’intérieur, une décoration, un livre ou un tableau. Alexandrin se définit comme un colporteur qui arpente les chemins de terre et de bitume pour proposer sa poésie. Quelques textes couchés sur papier et proposés à la page aux personnes qu’il aborde lorsqu’il traverse une ville, un village ou un hameau perdu. Un brin anachronique dans l’univers qu’il parcourt, Alexandrin s’attache à rester en perpétuel décalage avec ces existences volatiles marquées par un rapport au temps qu’il ne partage pas. Dans ce monde en parallèle, faite de petits plaisirs quotidiens mais aussi d’une énorme solitude, Alexandrin, sans perdre son but de proposer sa prose aux passants, hommes et femmes qu’il approche, se love dans des habitudes qui l’isolent et le perdent peu à peu, telles des braises qui s’éteignent doucement après avoir brillé d’un feu vif. Tout change pour lui lorsqu’il rencontre un jeune garçon fugueur sur les quais qui bordent le fleuve sinueux d’une grande ville. Il le prendra sous son aile, apprenti en devenir, pour un stage d’observation en forme de redécouverte d’une manière d’être. Dans le rapport entre l’homme usé, toujours habité de l’esprit poétique, et le jeune garçon au fort tempérament ouvert à l’esprit bohème et décalé qu’il découvre, celui qui a le plus à gagner n’est peut-être pas celui en qui l’on pense…  

Qui mieux que Rabaté, pour sa capacité à magnifier des destinées a priori simples et sans relief qui recèlent pourtant tant de détails jubilatoires et plein de vie et Kokor pour l’univers qu’il construit empli de ces bonheurs impalpables dont il offre, à qui sait entendre, les clefs, si loin des contingences d’un quotidien parfois sinistre et avilissant, pouvaient porter cette histoire en dehors du temps, faite de héros pour qui le bonheur repose non sur l’accumulation de tout un tas de futilités vite oubliées, mais sur l’essence même de la vie, faite de partages, d’échanges, d’écoute et de cette volonté de profiter de l’instant présent en prenant conscience de sa force et de sa valeur ? Les deux auteurs possèdent cette capacité à faire vivre les histoires de peu, à nous interroger sur notre rapport à l’autre et à cette société qui bien souvent devient sclérosante et sans surprise. Ils le font avec une simplicité et un naturel devenus rares. Alexandrin vieux nobliaux sur le déclin porte les mots vers des sommets de rimes et de rythmes. Son quotidien bien huilé scintillera de nouveau au contact de cet enfant insoucieux, parti d’une famille peut-être trop peu disponible pour lui, au point de jongler de nouveau avec les mots, loin des habitudes et des redites, plus dans l’émotion et l’expression du ressenti présent. Un album qui nous invite à réfléchir sur notre rapport au temps, à repenser notre quotidien pour en tirer ce qu’il y a de meilleur, le tout avec une poétique qui transpire de chaque page. Essentiel !

Pascal Rabaté / Alain Kokor – Alexandrin, l’art de faire des vers à pied – Futuropolis


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...