MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Mikaël ou le mythe de l’homme des bois de Fabien Grolleau…

La BD du jour : Mikaël ou le mythe de l’homme des bois de Fabien Grolleau (6 pieds sous terre)

Fabien Grolleau n’est pas qu’un éditeur audacieux, il sait aussi proposer des projets singuliers, dont ce Mikaël ou le mythe de l’homme des bois qui nous propose une réflexion sur notre rapport à la nature. Un album à dévorer, frais et trop rare…

Mikaël semble faire corps avec cette forêt qui lui donne tant. Garde-forestier vigilant, amoureux et connaisseur de la nature, il œuvre à ce que l’équilibre précaire de l’écosystème soit préservé et notamment que les animaux qui peuplent cet écrin encore protégé puissent vivre sans que l’homme ne viennent perturber leur habitat et leurs habitudes au fil des saisons. Mikaël a ainsi gagné ses droits dans cet espace devenu si peu familier à l’homme. Un matin comme un autre, réveillé en sursaut par Cocotte, son oiseau apprivoisé, il débute la longue inspection de l’environnement qui l’entoure et poursuit l’écriture de son journal. Rien d’anormal jusqu’à ce que, depuis sa longue-vue, il aperçoive le 4×4 d’un braconnier qu’il connait bien. Il engage alors une course effrénée pour le surprendre avant qu’il ne parvienne à réaliser son méfait.

Lorsqu’il arrive sur les lieux il ne peut que constater l’ampleur de la tragédie : le grand cerf, le vieil icône de la forêt vient d’être abattu. Avant qu’il ne rende son dernier souffle, Mikaël échange une dernière fois avec lui. Le râle de la mort retenti peu après et traverse la forêt. Une époque vient de s’achever et des bouleversements vont inévitablement survenir dans cette nature qui tient pourtant à conserver son état sauvage. Mikaël va alors entreprendre un très long voyage dans les frontières les plus reculées de la forêt pour entreprendre une longue introspection et tenter de percer l’origine et la signification de ce rêve qu’il fait si souvent dans lequel il aperçoit une jeune fille qui l’invite à danser à proximité d’une vaste demeure bourgeoise.  

Fabien Grolleau nous avait séduits l’année dernière avec un remarquable récit revenant sur le parcours au début du dix-neuvième siècle, au travers de l’Amérique sauvage, d’Audubon, naturaliste, ornithologue et peintre américain d’origine française. Il y dressait le portrait d’un continent encore préservé dans lequel les primo-occupants se voyaient chaque jour menacés par l’arrivée de nouveau colons. Dans Mikaël ou le mythe de l’homme des bois, il poursuit cette analyse d’une nature encore préservée mais menacée par l’ignorance de l’homme et parfois sa pure bêtise. Aussi sauvage et fort qu’il puisse paraître, l’écosystème sur lequel veille Mikaël reste d’une fragilité que seule ceux qui y vivent peuvent ressentir. Le grand cerf qui s’éteint par la bêtise d’un braconnier symbolise toute cette fragilité. Elle déclenche un grand concile animalier au cours duquel les différentes espèces qui peuplent la forêt devisent sur la responsabilité et le rôle de Mikaël, proche des animaux mais homme malgré tout.

Que peut-il apporter à l’espèce animale ? Présente-t-il un danger pour l’équilibre de la forêt ? Ses instincts premiers peuvent-ils resurgir ? Quel sort doit-il lui être réservé ? Autant de questions qui divisent l’assemblée. Loin  de tout ça, Mikaël tente de remonter le cours du temps, de se remémorer les temps passés, ceux qui l’ont vus s’installer dans la forêt et prendre ses marques. Il tentera aussi et surtout de comprendre le rêve qui le hante depuis toujours. Mythe, réalité, fantastique et introspection parcourent cet épais volume qui pose pas mal de (bonnes) questions sans s’arroger le droit d’y répondre, car, bien souvent, les vérités sont plurielles et dépendent de ce que l’homme peut ou veut dessiner comme contours aux destins futurs.

Grolleau – Mikaël ou le mythe de l’homme des bois – 6 pieds sous terre


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...