MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Noir c’est noir de Philippe Foerster chez Forbidden Zone

La BD du jour : Noir c’est noir de Philippe Foerster chez Forbidden Zone

Suite de l’intégrale des histoires parues dans Fluide Glacial d’un auteur qui maitrise parfaitement la narration des récits courts à deux ou trois chutes. Un petit pavé qui déverse ce qu’il faut d’angoisse, d’humour et de fantastique pour nous attirer dans ses griffes !

Philippe Foerster se fait rare depuis quelques temps ou point que nous l’attendions avec impatience lorsque, il y a tout juste deux ans, il nous proposait chez Glénat un récit dans la trempe de ce qu’il avait livré de longues années durant au sein de Fluide Glacial. Le Confesseur sauvage mettait en scène un homme débonnaire soucieux des problèmes de ses concitoyens et qui les écouter lui conter leurs soucis. Aujourd’hui il nous revient non pas avec une nouveauté mais avec la suite du recueil de ses histoires courtes publiées dans Fluide Glacial.

Un premier opus avait été publié en 2014 par Fluide lui-même avec les histoires les plus mythiques du maitre de l’horreur décalée à l’humour noir, mais pas mal de récits restaient encore à redécouvrir. C’est poussé par les libraires belges de Forbidden Zone que Philippe Foerster accepte de travailler à un second recueil aussi épais que le précédent qui nous replonge dans son univers typé fait de monstres en tout genre, de maisons aux mûrs déformés, de situations cocasses, de tuyauterie envahissante, de chambre d’hôtel gloutonne, de diableries redoutables et de cauchemars en série. Travaillant sur des chutes qui n’en sont pas forcément mais jouant en permanence avec son lecteur, Foerster s’est, à une époque où la tentation du retour à la ligne claire se lisait chez pas mal d’auteurs, dirigé dans l’extrême opposé, en nous livrant des planches regorgeant de détails, de décors mais aussi d’expression des personnages.

Les monstres construits par Foerster ne ressemblent à aucun autre, tiré de l’observation fines du quotidien ils prennent la forme de crevettes, de fourmis, de mouches géantes, et de bien d’autres espèces encore. Il nous livre ici un peu moins de quarante histoires essentielles qui, à la lecture, auraient pu paraître datée mais qui conservent pourtant une étonnante fraîcheur. Cerise sur le gâteau, des ajouts qui séparent les récits avec des dessins inédits, des autocollants à coller, et, en fin d’ouvrage, un petit cahier graphique qui reprend des hommages dessinés par des auteurs proches. Nous vous en conseillons donc la lecture en sachant toutefois qu’une fois l’épais opus dévoré et posé sur votre table de chevet, vous ne regarderez plus le monde de la même façon… Dépêchez-vous donc de découvrir ce recueil publié à tirage limité (550 ex seulement) directement auprès de Forbidden Zone !

Foerster – Noir c’est noir – Forbidden Zone – 2016 – 49,95 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...