MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Les petites victoires d’Yvon Roy chez Rue de Sèvres

La BD du jour : Les petites victoires d’Yvon Roy chez Rue de Sèvres

Récit poignant s’il en est qui délivre tout un tas d’ondes positives, Les petites victoires prouvent que la BD peut s’insérer dans des sujets pas forcément faciles d’approches. Yvon Roy parvient, en partant de son expérience personnelle, à donner pas mal d’espoir aux parents touchés par l’autisme d’un enfant. Essentiel.

Marc et Chloé décident de franchir le cap et de devenir parents. Rien de bien troublant a priori, et les premiers instants sont là pour le démontrer, entourés qu’ils sont par des proches heureux de leur bonheur à trois. Pourtant tout ne se révèle pas si lumineux sur la route de ce bonheur. Quelques mois après la naissance d’Olivier, Marc, dessinateur de son état, détecte une attention et une communication difficile avec son fils. Le diagnostic tombe très vite, le jeune garçon est atteint d’autisme. Un gouffre s’ouvre au-dessous du couple qui va très vite se séparer.

Pour autant, Marc ne baisse pas les bras. Il regarde avec méfiance les rapports, ouvrages spécialisés et méthode de gestion au quotidien délivrés par l’équipe médicale pour explorer des voies nouvelles d’apprentissage basées sur une écoute des troubles, et la tentative méticuleuse et patiente de dépasser les peurs de l’enfant. Un geste d’amour d’un père pour son fils, avec petit à petit des résultats qui sonnent comme de grandes victoires…

Ce récit n’aurait jamais pu voir le jour si Régis Loisel himself n’avait suggéré à Yvon Roy de travailler sur cette histoire. Une autobiographique sensible dans laquelle l’auteur montréalais décrit le rapport qu’il a entretenu avec son fils pour tenter de vaincre avec lui l’enfermement engendré par un autisme. En acceptant de se livrer sans far, le dessinateur donne à voir toute la tension des instants parfois difficiles à vivre en période de crise aiguës et les méthodes qu’il a employées pour tenter d’aider son fils à franchir un cap et briser les liens qui le rattachaient aux abysses d’une solitude programmée. La force de ce récit tient dans cette relation entretenue entre un fils et son père qui, dès le diagnostic de la maladie, n’a jamais baissé les bras, multipliant les approches « pédagogiques » de son cru pour stimuler le jeune garçon, l’inviter à vaincre ses peurs et apprendre progressivement le langage et la compréhension des choses.

Le temps consacré par Yvon dans cette tâche, la patience qu’il a déployée ont particulièrement interrogé et interpellé le corps médical plus habitué aux traitements « standards » de la maladie. C’est en partie grâce à ces méthodes que l’auteur est parvenu à des résultats probants mais pas forcément sans conséquences sur sa vie professionnelle et privée qu’il a accepté de mettre en sommeil. Un sujet sensible qui décortique des instants de vie, des réussites et des échecs qui ont amenés Olivier, le fils, à quitter la route parallèle, sinueuse et accidentée sur laquelle il avançait. Sans pathos Yvon Roy délivre un message d’espoir aux parents concernés de près par l’autisme. Il le fait surtout avec beaucoup de simplicité pour servir avant tout son propos. Un témoignage d’amour fort qui mérite notre lecture.  

Yvon Roy – Les petites victoires – Rue de Sèvres – 2017 – 17 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...