MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : La saga de Grimr de Jérémie Moreau (Delcourt)

La BD du jour : La saga de Grimr de Jérémie Moreau (Delcourt)

Un jeune garçon échappe à une mort certaine et se voit recueilli par un homme qui l’élèvera dans des landes éloignées de l’Islande. Au fil du temps, des injustices et des malheurs qui le frappent Grimr, c’est son nom, se forgera une dureté mentale et une force physique hors du commun, pour infléchir un destin à conserver dans les écritures glorieuses des sagas nordiques…

Grimr, un jeune garçon, fuit avec sa famille devant une nuée ardente qui souffle toute forme de vie sur son passage. Le volcan crie sa fureur et peu en réchapperont, sauf Grimr qui, le corps encore fumant, se voit capturé par deux hommes officiant dans le commerce d’enfants. Conduit dans le port d’un petit village il s’échappera renversant tout sur son passage usant d’une force démesurée pour son jeune âge. Niché sur le toit d’une maison, un homme observe la scène. Il se nomme Vigmar le voleur et recueillera l’enfant qu’il élèvera loin des hommes. Reconverti dans une activité de passeurs dans un fjord qui relie deux bancs de terre difficiles à contourner, Vigmar et Grimr tomberont sur un homme obscur dénommé Hans Markusson, émissaire du roi du Danemark, qui les obligera à le transporter sur l’autre rive alors que les vents se déchaînent. Manquant de mourir les trois hommes parviennent pourtant à se laisser dériver vers l’intérieur du fjord. Une fois à terre Markusson porte un violent coup de pierre à la tête de Vigmar. Grimr plonge pour tenter de le sauver, en vain…  

Jérémie Moreau possède cette faculté rare d’offrir un dessin renouvelé sur chaque nouveau récit. Il fait aussi partie de ces auteurs qui aiment connaitre le terrain sur lequel ils vont travailler, pour le domestiquer dans les grandes lignes et en révéler une vision personnelle toujours tournée vers son/ses héros. Avec La saga de Grimr, il développe une fresque qui met en scène un héros au fort tempérament dans une Islande magnifiée par chaque trait, chaque couleur, qui restituent son côté sauvage et désolé. L’auteur du Singe de Hartlepool retrace la vie de Grimr, jeune garçon à la force herculéenne qui aura fort de devenir quelqu’un, lui qui ne possède qu’un prénom, pas d’histoire, plus de famille, et dont les espérances s’écaillent au fil des injustices qui le frappent. Au seuil de la folie, le jeune homme fera corps avec la terre volcanique, aussi rougeoyante que ses cheveux roux, pour éructer sa haine des hommes. Emouvant de bout en bout, le récit respire par son dessin, qui retrace les émotions de son héros mieux que les mots eux-mêmes. Cela offre une proximité encore plus grande avec Grimr à qui le lecteur s’attache forcément. Sur les landes de terres si peu fertiles, Einnar, un écrivain-érudit suivra de près les exploits du jeune homme avant de le perdre de vue et de le retrouver pour dresser une saga qui portera son nom. Une saga du dix-huitième siècle, pas forcément reliée aux sagas anciennes, qui dénote pourtant du passage d’un homme hors du commun. Avec une facilité extrême à tirer le récit, Jérémie Moreau offre un album d’une force phénoménale, d’une densité émotionnelle unique et d’une beauté rêche, à l’image de cette terre d’Islande, aux reflets changeants et à la dureté éternelle…

Jérémie Moreau – La Saga de Grimr – Delcourt


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...