MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics En Vrac Spécial Les Ennemis de Batman, Partie 1 : Les Tourments de Doubl…

Comics En Vrac Spécial Les Ennemis de Batman, Partie 1 : Les Tourments de Double Face, Joker Anthologie, La Splendeur Du Pingouin

Pour commencer notre focus, nous vous proposons un Comics En Vrac qui met en avant les ennemis de Batman. Il y a deux chroniques déjà publiées sur le Joker et le Pingouin et une inédite sur Double Face.  

Tourments-Double-Face-haut

 

Tourments-Double-Face-couvLes Tourments de Double Face

5

 

Une série de meurtres vient troubler le calme de Gotham City. Euuh non, pardon, Gotham n’est jamais tranquille, jamais apaisée. Quand ce n’est pas le Joker, quand ce n’est pas le pingouin, c’est Double Face. Il est connu aussi sous le nom de Harvey Dent, l’ancien procureur qui s’est vu défiguré par de l’acide lancé sur lui par un méchant pas très content de lui. Depuis, il s’appelle Double Face, il est du mauvais côté de la barrière et il a de sacrés problèmes de double personnalité. Mais revenons sur nos meurtres. Des personnes sans histoires deviennent totalement fous et étripent toutes les personnes de leur entourage. Parallèlement notre ami Double Face s’échappe d’Arkham. 

Tourments-Double-Face-planches

Une fois de plus ce récit de Batman mise beaucoup sur l’enquête, sur le jeu du chat et de la souris opéré entre Batman et son adversaire. L’auteur a aussi décidé d’insister sur la double personnalité d’Harvey Dent. On y apprend pas mal de choses sur son enfance, sur cette dualité qui le suit depuis toujours même si c’est l’événement de l’acide qui a tout déclenché. C’est aussi intéressant de voir Batman chercher à tout prix le bon côté de Harvey, à vouloir chasser ses démons. Comme si Bruce se sentait coupable de quelque chose.

Cette BD nous renvoie à nos propres interrogations. Où est le bien, où est le mal ? Qu’est-ce qui nous faire basculer, sommes-nous réellement maîtres de nos actes ?

Finissons sur le trait, très stylisé, très travaillé. Il retranscrit parfaitement l’ambiance globale, à savoir celle de la terreur. 

Scénario : Jenkins Paul – Dessins : Lee Jae – Les Tourments de Double Face – Urban Comics – DC Nemesis – 152 pages – mai 2014 – prix 15 €

 

 

 

JokerAnthologie-couvJoker Anthologie

5

 

Voici le deuxième ouvrage du type en test sur MaXoE. Rappelez-vous, nous vous avions proposé la chronique de Batman Anthologie. Le principe reste le même, il s’agit de nous proposer des récits mettant en scène le Joker depuis ses origines jusqu’à nos jours. Ils ont organisé l’ouvrage en 3 parties/périodes. La première partie, appelée duels d’egos, va de 1940 à 1965. Il s’agit des premières aventures du vilain. Il est alors un voleur et tueur machiavélique mais il n’a pas atteint son apogée dans le domaine. Batman n’est pas non plus l’enquêteur que l’on connaît, il est plus direct, parfois bourrin d’ailleurs. La deuxième partie s’intitule guerre des nerfs, elle couvre la période 1973-1990. Les deux personnages gagnent en maturité. Le ton est plus violent, plus sombre aussi. Enfin, dans la troisième partie, qui couvre les années 1994 à 2013 et qui s’appelle ronde macabre, les récits rassemblés sont ceux que l’on connaît aujourd’hui. Un Joker dont la folie n’a plus de limites et un Bruce Wayne plus enquêteur et sombre que jamais. 

Les premiers récits

Alors chacun prendra différemment les différentes histoires. Mais comme pour Batman Anthologie, ce recueil est un indispensable à tout fan du Joker. On y a sélectionné les histoires les plus représentatives et chacune d’entre elles est précédée d’une explication historique des plus intéressante.

Chaque période nous a plu. Dans la première partie, qui sent bon le vintage, on aime quand la narration est parfois maladroite et quand les personnages, encore peu raffinés par le temps, nous semblent patauds. L’histoire où le Joker se met au service des gangs, façon « Joker Service 24h/24 », est vraiment sympathique. La deuxième partie nous montre déjà un trait moins académique, plus fouillé. La narration sent encore bon le passé, notamment avec cette manie d’un texte omniprésent, explicite. Mais les histoires prennent de l’épaisseur et elle nous entraînent vers la noirceur totalement assumée dans la troisième partie. Là le texte est plus rare, les images parlent plus et l’angoisse est omniprésente. L’homme qui rit est un petit bijou du genre, il reprend un scénario bien connu du Joker mais son traitement est novateur. 

Les histoires plus contemporaines

Décidément la collection Anthologie vaut le détour, procurez-vous cet album.  

Scénario : collectif – Dessins :  collectif – Joker Anthologie – Urban Comics – DC Anthologie – 368 pages – mars 2014 – prix 25 €

 

 

SplendeurPingouin-couvLa Splendeur du Pingouin 

4

 

On ne présente plus le pingouin. Et pourtant si, c’est le but de cet album. L’affreux bonhomme aux parapluies y est décortiqué de fond en comble. On apprend tout sur sa jeunesse, une jeunesse qui ne ferait envie à personne. Cette jeunesse qui explique beaucoup de choses, tous ces actes de violence, toute cette haine réunie en un seul homme. Oh oui, il n’aime pas les gens, oh oui il n’aime pas Gotham. Mais tout d’un coup, d’un seul, voilà qu’il rencontre une femme différente, elle aussi bousculée par la vie. 

Le pingouin a toujours joué les seconds couteaux dans la vie comme sur le papier. Le voilà au centre de cette histoire qui tente de nous expliquer le bonhomme. On se rend mieux compte de sa souffrance mais les auteurs ont décidé aussi de nous conter tout cela sans concession aucune. Ainsi, on peut toucher du doigt sa grande cruauté liée à un complexe d’infériorité. On entre avec délectation dans l’intimité de l’homme, on assiste avec horreur à ses frasques. 

SplendeurPingouin-planches

Mais ce qui est mis en avant, c’est sa relation aux femmes. Relation héritée de ce qu’il a vécu avec une mère par trop protectrice. Les thèmes soulevés sont donc ceux de l’importance de l’enfance et ceux de la différence souvent difficile à vivre. Alors d’accord, c’est traité un peu lourdement mais au moins c’est dit. 

Le dessin, sombre à souhait, sert parfaitement le récit qui souffre de quelques chutes de rythme parfois. Vous apprécierez aussi une seconde histoire racontée par le Joker himself (tiré de la série Joker’s Asylum). Le pingouin est toujours au centre mais sa vie racontée par le clown fou prend une toute autre dimension.

Scénario : Gregg Hurwitz – Dessins :  Szymon Kudranski – La Splendeur du Pingouin – Urban Comics – DC Nemesis – 144 pages – juillet 2013 – prix 15 €  


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...