MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Traquemage de Lupano & Relom

La BD du jour : Traquemage de Lupano & Relom

Fromage et fantasy, trolls et fée bourrée affichant une silhouette pas vraiment svelte, brebis aux pouvoirs édifiants et berger un brin toqué, tels sont les ingrédients de base de ce récit décalé bourré d’humour proposé par Wilfrid Lupano et Relom. Un moyen de faire évoluer le genre en offrant des anti-héros qui sentent la bouse de biquette et s’investissent de missions démesurées pour leurs frêles épaules. Pourtant de leur naïveté ils tirent une force et une conviction sans pareille, capable de déplacer les montagnes !

Traquemage Une
traquemage-01-le-serment-des-pecadous

Traquemage de Lupano et Relom – Delcourt (2015)

Dans un paisible paysage de montagne comme il en existe tant dans la contrée, un éleveur de brebis conçoit avec amour un fromage qui fait la fierté de tout le patelin. Un fromage au goût prononcé conçu dans les règles de l’art, à savoir qu’il est issu d’un lait qui s’est enrichi de l’herbe fraiche, drue et goûteuse des hauts pâturages. Oui mais voilà, depuis que la guerre des mages fait rage dans le pays, tout ne tourne pas comme il faudrait et des trolls pas forcément sympathiques ont été aperçus pas très loin du village. De quoi affoler tout un chacun mais en aucune manière notre bon berger qui se fait fort d’amener ses brebis passablement affolées dans les hautes montagnes. Pour être précis sur un éperon rocheux quasi-inaccessible depuis la terre ferme, ce qui en soit se révèle être un gage de sécurité absolu. D’ailleurs notre bon berger ne s’y trompe pas à défier les éventuels trolls badauds de passage en les haranguant d’un subtil : « On vous attend, les saletés ». A peine prononcées ces douces paroles, une nuée de rapaces géants fond sur l’éperon. De leurs griffes acérées les volatiles musculeux attrapent au vol les quelques bêtes venues paître gentiment les rares touffes d’herbe présentent sur le site. Lorsqu’il se retourne notre berger ne peut que constater les dégâts. Myrtille, la seule bête survivante, reste cloîtrée sous le dolmen où elle s’était cachée et qui lui a assuré la vie sauve. Poussé à bout notre bon berger change son harangue en défiant ouvertement les mages : « Sur la tête de mes pécadous, je fais le serment de débarrasser le monde de ces saletés de mages ! ». De retour au village notre berger fait ses adieux à ses proches et voisins et se dirige vers la ville. En chemin il se souvient même avoir entendu parlé qu’une fée pâquerette y a élu domicile. Il se met dès lors en recherche de celle sur qui il compte bien se faire la main, avant de s’attaquer à plus gros gibier…
Les plus érudits d’entre vous connaissent sûrement la fantasy et ses sous-genres tels l’heroic fantasy, la space fantasy, la dark fantasy ou encore l’oriental fantasy. Mais connaissiez-vous la rural fantasy ? Un imaginaire rural décliné sur un ton poilant qui s’immisce dans des paysages sexy au sein desquels déambulent des personnages hétéroclites souvent peu lettrés, dont la priorité reste de festoyer dans des tavernes sous-dimensionnées pour tous les accueillir. Pour faire bref les soirées se vivent dans des pubs ou des auberges où coule une cervoise de piètre qualité et les journées se déclinent dans des extérieurs verdoyants pas ou peu sûrs. Vous n’êtes pas en Angleterre mais ça pourrait. Dans cet univers d’inspiration médiévale, notre héros va tenter de poursuivre sa quête et d’occire les cinq mages les plus puissants du royaume. La côte de ce défi chez les bookmakers les plus aventureux dépasse de loin l’entendement mais cela n’est pas pour effrayer notre bon berger qui, ayant tout perdu ou presque, possède l’intime conviction qu’il parviendra à ses fins. Pour cela il sera aidé de notre petite fée, bourrée un soir sur deux, et de sa dernière petite biquette qui dévoilera des pouvoirs surprenants à défaut d’être totalement maîtrisés. Wilfrid Lupano se veut ici incisif dans sa manière d’aborder le genre de la fantasy. Il le fait avec une bonne dose de parodie qui donne à Traquemage un aspect racé. Le tout se décline en martyrisant ouvertement, selon ses propres dires, « les codes de l’héroïc fantasy, genre qui, en vieillissant, survit mal au premier degré ». Le dessin de Relom se fond parfaitement dans le cadre posé. Les regards qu’il offre aux moindres bébêtes, en commençant par les biquettes terrorisées des premières planches, sa manière de doter les personnages de faciès expressifs et décalés et sa façon de soutenir l’humour omniprésent qui se dégage de ce premier volet, font mouche et démontre qualité d’adaptation au contexte. Traquemage s’impose de fait comme un album qui sent bon le munster, aussi fort de l’extérieur qu’il est doux à l’intérieur. Une réussite ! 

Lupano & Relom – Traquemage T1 – Delcourt – 2015 – 14,95 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...