MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Les univers de Stefan Wul : Niourk revisité par Olivier Vatine (+ interview vid…

Les univers de Stefan Wul : Niourk revisité par Olivier Vatine (+ interview vidéo)

Devenu incontournable dans le milieu de la SF, Wul a servi de référence à toute une génération en étant peut-être en avance sur son temps en comprenant aussi toute la portée des changements à venir de notre monde au tournant des années 50. Une œuvre clef aujourd’hui revisitée par Olivier Vatine.

 

Fin des années 50. Le monde ne se porte pas aussi bien que certains osent le croire. Les longues reconstructions d’après-guerre finissent d’offrir de nouvelles images de nos villes. Les esprits regagnent difficilement un brin de moral mais le monde, lui, se vautre déjà, sans que cela n’éveille de soupçons, dans une fange nauséeuse que rien ne viendra remettre en cause. L’écologie n’apparaît pas encore comme une philosophie, encore moins comme une façon de vivre et la terre encaisse les coups sans éveiller de franches oppositions. Cela passe notamment par l’utilisation et les espoirs suscités par le nucléaire qui va redonner éclat et puissance à la nation. Une nation elle-même dopée par le développement de la consommation a tout va excitée par les réclames et affiches commerciales qui fleurissent çà et là en vantant le bénéfice de telle ou telle enseigne ou produit miracle. Le Monde allait-il déjà à vau-l’eau sans que l’on s’en aperçoive ? Pour Stefan Wul cela était criard et la boue qui débordait déjà d’une baignoire n’ayant pu réguler son trop-plein allait lui faire cracher des mots en réaction à l’inéluctable souillure qui encoffrait nos esprits au point de les anesthésier. Wul décide de le faire via des romans bons marchés de SF. Des romans simples, dont Niourk qui présentent un monde post-apocalyptique qui ne livre toute sa substance qu’au fil des pages et qui laisse éclater des vérités cinglantes.

Dans Niourk, un enfant noir se trouve menacé par le Vieux, sorte de sage, qui affirme haut et fort qu’il est la cause de tous les maux qui frappent la tribu. Thôz, un guerrier surpuissant qui entretient encore l’espoir, dirige la tribu, la protégeant des ennemis – des bêtes féroces ou des pieuvres géantes – qui osent s’attaquer à lui. Mais tout aussi fort qu’il est, Thôz vénère les paroles du Vieux qui, seul, part à la rencontre des Dieux qui trônent en haut d’une montagne noyée par la neige. Il clame à tous qu’à son retour l’enfant noir aura quitté le monde des vivants et que la malédiction qui frappe la tribu dès lors s’envolera. L’enfant noir en prend acte et décide de suivre le Vieux pour se rapprocher des Dieux, pour comprendre, pour essayer d’infléchir le court de l’histoire, de son histoire, de sa vie et de sa mort probable, quoique… Arrivé en haut des montagnes il retrouve le Vieux mais son destin aura changé de cap…

Olivier Vatine en décidant de s’attaquer à ce récit devait composer avec une écriture qui n’est pas spécialement portée vers le dialogue, utilisé seulement qu’en cas de nécessité extrême. Son écriture simple mais très luxuriante offre par contre des cartouches à notre imaginaire. Vatine a lu Niourk très tôt, il a pu extraire de ses lectures successives tout un tas d’images riches composantes d’un scénario qu’il ne devait coucher sur papier que récemment. Et ça fait mouche ! Porté par un respect pour l’œuvre de Wul, Vatine ne s’enferme pas pour autant dans un récit linéaire. Il accepte de modifier certains passages, d’en renforcer d’autres pour mieux servir son dessin. Un dessin riche, qui suggère énormément d’émotions en peu de situations, qui dénote aussi d’une maitrise rare servant son propos. Les univers de Wul ne pouvaient pas trouver meilleure introduction graphique. Alors pourquoi hésiter ?

Olivier Vatine – Niourk T1 – Ankama – 2012 – 13, 90 euros

 

Interview d’Olivier Vatine

 

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...