MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Comics en Vrac : Batman Eternal T1, Killing Joke édition des 75 ans, Flash T1

Comics en Vrac : Batman Eternal T1, Killing Joke édition des 75 ans, Flash T1
Le monde DC en forme

Une bien belle semaine signée DC Comics. Un arc Batman prometteur, un classique édité en noir et blanc et le recommencent de Flash. 

FLASH_T1-haut

 

Batman-Eternal-couvBatman Eternal, Tome 1

4

 

Cet arc est dans la période DC renaissance, à la suite de Forever Evil. Une banale intervention policière. Jim Gordon est sur le terrain et Batman aussi d’ailleurs. Pyg est derrière tout cela. Les choses ne se déroulent pas si mal que ça jusqu’à ce que Gordon poursuive un des protagonistes dans le métro. Alors que le commissaire le pointe avec son arme, l’homme point aussi la sienne. Gordon est obligé de tirer mais la balle passe au travers du suspect, percute un tableau électrique situé derrière et provoque une explosion. Dans la continuité, la rame de métro qui arrive semble ne plus pouvoir freiner, elle entre violemment en collision avec une autre rame venant en sens inverse. Le bilan est catastrophique avec plusieurs dizaines de morts. Gordon est rapidement inculpé et ceci pour une simple raison : sur les caméras de surveillance, le suspect ne porte aucune arme. Le complot est habile. Parallèlement Batman doit faire face au retour d’une tête bien connue : Carmine Falcone. Celui-ci veut reprendre la ville en main et la débarrasser de sa galerie de vilains masqués comme le Joker, le Pingouin ou le Sphinx. 

Batman-Eternal-planches

Pfiouuu, quel début de feu ! Les trente premières pages sont époustouflantes. Snyder est aux commandes et on le sent bien. C’est sombre, c’est violent et c’est diablement bien construit. Voir le commissaire Gordon à Blackgate, voir un Batman plus ou moins désemparé, cela n’a pas de prix.  Le pitch est très intéressant et la noirceur de l’ambiance plaira à tous les fans de la chauve-souris. Et puis un certain nombre de zones d’ombre donnent envie d’en savoir plus. Le seul hic, c’est qu’un tel arc demande une armée de scénaristes et de dessinateurs. Du coup, parfois, soit l’histoire marque le pas dans son rythme, soit les dessins nous font légèrement décrocher. Heureusement l’intrigue globale arrive à nous tenir en haleine et nous donne envie de lire la suite. On a aimé un autre aspect, cette façon de mettre en avant Batgirl et Catwoman, ces deux personnages sont attachants et elles ont un vrai rôle à jouer dans l’histoire. On attend beaucoup d’elles dans le prochain volume. 

Contient : BATMAN ETERNAL #1-13

Scénario : collectif – Dessins : collectif – Batman Eternal, Tome 1 – Urban Comics – DC Renaissance – 296 pages – mars 2015 – prix 22,50 €

 

 

Killing-joke-couvKilling Joke, édition des 75 ans

5

 

Il est des histoires qui sont entrées dans la légende du monde DC. Celle-ci en fait partie. Pour fêter les 75 ans de notre « ami » le Joker, Urban a décidé de nous sortir une très belle édition en noir et blanc comme ils l’ont déjà fait pour Batman. Cette histoire a marqué les esprits par la manière avec laquelle nous entrons dans l’intimité du fou mais aussi par une de ses conséquence : la future vie de Barbara Gordon dans un fauteuil roulant en tant qu’Oracle. Mais revenons sur le synopsis. Batman débarque à Arkham pour discuter un peu avec le Joker. Il constate alors que le vilain s’est fait la malle en laissant un autre prisonnier déguisé à sa place. Notre vilain est en train d’acheter un vieux parc d’attraction pour s’adonner à sa passion première, la torture mentale des gens. Il a aussi décidé de faire une opération commando pour enlever Jim Gordon. Il n’oublie pas, au passage, de blesser grièvement la belle Barbara. Commence alors le voyage en enfer. 

Killing-joke-planches

Cet album est un incontournable et ceci à plusieurs titres. En premier lieu, il nous permet de mieux connaître le Joker. L’auteur nous propose quelques incartades dans son passé, ce qui est très rare. Et puis le vilain montre toute sa folie. Il est incontrôlable et imprévisible. Tout cela crée un paradoxe délicieux quand on voit Batman essayer de la raisonner, essayer de prévoir une trêve avec lui, de l’aider même ! Et puis que dire du trait de Brian Bolland. Il est parfait en tous points. Il n’a pas son égal pour faire émerger les émotions, pour nous permettre de sonder les cerveaux de ces créatures de papier. Les visages sont terriblement expressifs en tout cas ! Et puis cette version noir et blanc est tout simplement fantastique. Elle met en avant toute la noirceur de l’ensemble. Merci M. Moore ! Et merci pour cette nouvelle édition !

Contient Batman : The Killing Joke + Batman Black & White #4

Scénario : Alan Moore – Dessins : Brian Bolland – Killing Joke, 75 ans édition – Urban Comics – DC Essentiels – 120 pages – avril 2015 – prix 19 €

 

 

 

FlashT1-couvFlash, Tome 1, De l’Avant 

4

 

Je rappelle, pour ceux qui auraient vécu sur Jupiter ces 50 dernières années, que Flash possède un pouvoir particulièrement impressionnant, celui de n’avoir aucune limite dans la vitesse. Il puise cela dans ce que l’on appelle la Force Véloce, une énergie incommensurable. Cette faculté se traduit par des déplacements instantanés mais aussi par la possibilité de faire vibrer ses molécules pour passer au travers des objets. Barry, aka Flash, assiste à une soirée autour des technologies quand un commando d’hommes armés fait irruption. Flash arrive à déjouer l’attaque. Un des agresseurs est tué dans l’affrontement et Barry le connaît bien, il s’agit de Manuel, un ami d’enfance. Quelle surprise quand le dit Manuel, qui est donc censé être mort, débarque chez Barry. Il semblerait que des Manuel, il y en ait plusieurs… 

FlashT1-planches

Sympathique cette BD de DC renaissance. On ne nous sert pas les tous premiers pas de l’homme rouge mais on assiste à sa quête de connaissance sur la force véloce. Flash est finalement assez peu mis en avant mais il possède un pouvoir incroyable, celui de tout prévoir, d’appréhender les futurs possibles aussi. Ce pouvoir est synonyme d’une grand responsabilité. Et c’est ce thème qui est développé ici. Quelles sont les conséquences de ces speed run ? Ce voyage dans la tête de Barry est tout à fait délicieux, on aime beaucoup. Décidément cette collection renaissance est pleine de surprises. Le dessin trouve un juste milieu entre cartoon et crayonné, c’est habile. Le suspense est maintenu jusqu’au bout, donnant furieusement envie de lire le tome 2. 

Contient Flash #1-8

Scénario : Francis Manapul, Brian Buccellato – Dessins : Francis Manapul – Flash, Tome 1, De l’Avant  – Urban Comics – DC Renaissance – 192 pages – mars 2015 – prix 17,50 €

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...