MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Dictionnaire des voyageurs et Explorateurs occidentaux du XIIIème au XXème si…

Dictionnaire des voyageurs et Explorateurs occidentaux du XIIIème au XXème siècle

Voyages mythiques, destinations lointaines, prises de risque. Les voyageurs et explorateurs se sont démultipliés pour faire avancer nos connaissances du monde. Ils ont, souvent dans l’ombre, fait reculer des théories considérées comme acquises, défiant l’Eglise ou les pouvoirs royaux. François Angelier nous propose un dictionnaire qui fera date, par sa richesse mais aussi par l’envie d’évasion qu’il suscite…

S’attaquer à l’écriture d’un Dictionnaire des voyageurs et Explorateurs occidentaux du XIIIème au XXème siècle s’apparente à un vaste chantier. Depuis les premiers voyages en Asie des Polos, en passant par l’ouverture des routes maritimes de l’ouest conséquences de l’écroulement de l’Empire romain d’Orient en 1453, l’homme a toujours voyagé. Pour raisons commerciales essentiellement, puis, après la découverte de l’Amérique, qui donna lieu, à l’aube du XVIème – et le traité de Tordesillas – à un partage du Nouveau Monde, pour le conquérir armes à la main avec parfois de sombres desseins.

Voyageurs, explorateurs donc mais aussi conquistadors, colonisateurs de tout poils. Les moyens mis à disposition de ces hommes furent rarement l’occasion de vider les caisses de la nation. Christophe Colomb, nous rappelle François Angelier, l’auteur de ce livre magistral, essuya plusieurs refus consécutifs dans son désir de rallier l’Orient par le Ponant. La couronne portugaise posa son veto suivi de près par celui de la Reine d’Espagne en 1486 et 1490. Peu de moyens donc mais cela ne freina en rien les ambitions des marins espagnols, italiens et portugais.

Concrètement l’ouvrage de François Angelier comporte un nombre d’entrées impressionnant : plus de 1200. Pour autant ce dictionnaire ne se veut pas exhaustif, là n’est pas son but. Magellan  qui fut le premier à passer le détroit qui porte aujourd’hui son nom en est absent, tout comme le français Jean de Léry ou Mary Kingsley. L’auteur de cet ouvrage met par contre sur les devants un nombre impressionnant d’hommes de l’ombre. Des destins oubliés qui permirent d’ouvrir de nouvelles voies, de repousser toujours plus les limites de notre Monde connu. Qu’ils soient simples voyageurs, explorateurs, missionnaires, marchands, officiers de marine ou même bagnards comme Matthew Everingham qui, envoyé en Australie pour purger une peine pour vol, colonisa une partie de ce pays-continent et explora la Hawkesbury River. Nombre de scientifiques sont aussi référencés dans cet ouvrage. Ils sont botanistes, géographes, naturalistes, médecins, océanographes et firent, lors de leurs voyages, des découvertes qui allaient enrichir les connaissances de la communauté scientifiques dans son ensemble.

Un dictionnaire qui se révèlera vite indispensable pour tous les passionnés de voyages et de découvertes et qui donnera aux autres l’envie d’en savoir un peu plus sur le destin de ces hommes et femmes dont certains sont restés dans la légende…

François Angelier – Dictionnaire des voyageurs et Explorateurs occidentaux du XIIIème au XXème siècle – Pygmalion – 2011 – 29, 90 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...