MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Les Damnés de Paris de Le Galli & Jaffredo

La BD du jour : Les Damnés de Paris de Le Galli & Jaffredo

Paris fin du XIXème siècle. La tour Eiffel ne pointe pas encore fièrement vers le ciel mais qu’importe pour ceux qui maitrisent se géographie. Par contre lorsque débarque Constance, une jeune femme naïve, tous les dangers de cette ville ressortent au grand jour. Venue retrouver son fils enlevé à la naissance, atteindra-t-elle son but pour donner un nouveau sens à sa vie ?

 Damnés

Les Damnés de ParisParis 1869. La capitale, même si elle ne possède pas encore son visage définitif, ressemble déjà à un décor de carte postale taillée qu’elle est dans le vif par les travaux urbains menés par un certain Georges Eugène Haussmann. La vie s’y fait plurielle au grès de ses quartiers et l’affluence des gares trouve son contrepoids dans les quartiers populaires du nord qui conservent encore leur aspect village. Lorsqu’elle débarque à Paris, Constance, une jeune femme tout droit venue de Normandie, fait les frais de son angélisme dont profite le sergent Fouque qui la dirige vers une pension pas vraiment convenable… Sa seconde rencontre avec un résident du Paris tentaculaire, Darius, gamin débrouillard, sera plus porteuse pour elle. A vrai dire Constance possède un passé plutôt sombre et sa décision de venir sur Paris n’est la résultante que de ce qu’elle a vécu quelques années auparavant. Jeune fille elle tombe amoureuse de Célestin, un noble qui vivait près de chez ses parents. Les deux vivront une relation charnelle intense qui la mettra enceinte. Elle, simple fille de notaire, bourgeoise mais pas noble ne pourra garder cet enfant né hors mariage d’une relation impossible en raison de la différence de classe sociale. L’enfant sera placé en orphelinat et Constance envoyée au couvent durant dix ans. Tout au long de ces longues années la jeune femme fomente un plan pour s’échapper de ce lieu où elle se sent véritablement emprisonnée. Elle découvrira aussi au sein même du couvent des documents qui la mèneront vers Paris…

Michaël Le Galli et Marie Jaffredo construisent un récit qui se niche dans cette époque mouvante de la seconde moitié du XIXème siècle. On y retrouve le Paris tout à la fois populaire, dangereux, et plein de vie, de cette vie artistique qui se lit au travers du parcours d’André Gill, meilleur caricaturiste que peintre qui côtoie les grands noms de cette époque, Cézanne, Manet, Renoir, Monet, Nadar… Si les personnages dépeints dans cet album restent attachant la mention spéciale revient sans aucun doute au travail porté sur Darius, le gavroche débrouillard des rues, qui sait s’adapter pour survivre dans cette ville au mille souricières. L’histoire de cette femme venue à la capitale se déroule néanmoins sur une ligne plutôt simple. L’attrait du récit réside ainsi dans la description de Paris que Michaël Le Galli permet à Marie Jaffredo de décrire sous toutes ses coutures laissant exposer un talent graphique au service des lieux traversés. Le dessin se fait soyeux, teinté de l’ambiance d’une époque portée sur la rêverie et les arts. La capitale s’affiche ainsi plus qu’un cadre un véritable personnage qui transforme les gens en fonction de leur capacité à se fondre en son cœur. Les dangers sont toujours-là, prêts à surgir à chaque coin de rue, pour autant la ville se couvre d’un voile poétique particulièrement bien retranscrit. L’album se construit sur une documentation maitrisée dans laquelle on croit reconnaitre ici ou là des dessins puisés de la riche iconographie de l’époque et notamment des daguerréotypes capturés lors des aménagements de la capitale haussmannienne…

Le Galli/Jaffredo – Les Damnés de Paris – Vent d’Ouest – 2014 – 22 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...