MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Rouge Tagada de Bousquet & Rubini

La BD du jour : Rouge Tagada de Bousquet & Rubini

Il est des périodes où le doute s’instaure, où tout nous paraît inatteignable, si lointain et si évasif que l’on n’ose à peine envisager la possibilité de s’y rapprocher. Alors on vit d’espérances cachées, de mensonges fait à soi-même et aux autres, on apprend aussi beaucoup en se prenant des claques qui font mal mais nous rappellent aussi notre humanité, nos faiblesses qui, au fil du temps nous renforcent pourtant pour construire celui que nous sommes. Rouge Tagada évoque cette période charnière de l’adolescence avec subtilité et force, un récit essentiel…

 rouge tad3

tagada-gdeL’adolescence, période où la vie prend parfois des orientations inattendues, période aussi où tout va plus vite, où tout nous touche plus que de raison, peut-être parce que le corps et l’esprit changent, désireux de se démarquer, de trouver une voie plus personnelle dans cette vie qui nous dépasse parfois. Rouge Tagada aborde le thème de l’adolescence et des troubles qui lui sont rattachés par le biais d’une histoire simple qui touche tout le monde car chacun peut s’y identifier. Alex, une jeune fille dynamique mais un peu timide tombe sous le charme de Layla, une autre fille de sa classe. Mais voilà, nous le savons tous, aux premiers émois amoureux chacun est souvent maladroit et la peur de tout gâcher vient tétaniser ce qu’il nous reste d’assurance. Alex va donc mettre du temps à approcher Layla, se posera des questions, aura peu de réponse, mais arrivera en partie à ses fins, et se liera d’une amitié profonde pour celle qui occupe ses pensées. Devenues meilleures amies, les deux jeunes filles partageront tout, au point de ressembler à ses inséparables magnifiques observés dans l’animalerie de la ville. Oui mais voilà, les sentiments de Layla pour Alex ne semblent pas de la même nature que ceux d’Alex pour Layla et dans ces cas-là l’amoureux transis qui espère toujours changer les choses, vit dans une sphère qu’il se construit peu à peu, qui à défaut de le protéger de l’inéluctable, à savoir l’éloignement progressif de l’autre, permet de nourrir la machine à rêves et à espérances, oui mais pour combien de temps ?

Avec cet album plein de sensibilité, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini évoquent (notamment) un sujet souvent jugé tabou, celui de l’homosexualité naissante chez de jeunes ados. Mais plutôt que de confronter le lecteur à des considérations, des jugements, des regards voyeurs, les deux auteures entrent de plein pied dans l’analyse fine de la pensée de la jeune Alex, essayent de comprendre ses joies, ses tristesses et ses espoirs. Le récit écrit à la façon d’un journal intime peu ainsi s’aventurer dans les méandres des sentiments d’Alex, qui, ne voulant pas révéler son amour afin de préserver une amitié en partie rongée par le mensonge caché, va pourtant progressivement s’étioler par la force des choses. Si le témoignage fictionnel subtil qui prend corps dans Rouge Tagada possède une douceur rouge bonbon, comme sa couverture veloutée, il se fait aussi sombre par la confusion des sentiments qu’il développe et cette difficulté à dialoguer qui s’instaure chez la jeune Alex. Un album qui ne peut parler qu’au plus grand nombre !

Bousquet/Rubini – Rouge Tagada – Gulf Stream éditeur – 2013 – 15 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...