MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La stigmatisation des Roms durant la deuxième guerre mondiale vue par la BD…

La stigmatisation des Roms durant la deuxième guerre mondiale vue par la BD…

L’histoire de la communauté Rom à partir des évènements tragiques de la seconde guerre mondiale. Tel est le propos de Michaël Le Galli et Arnaud Bétend à travers leur album Batchalo qui allie de très belle manière riche documentation, scénario habile et esthétisme du graphisme. Une osmose entre deux auteurs qui ont beaucoup à dire.

 

Quelque part en Bohême, début d’année 1939. Dans un village rural une partie des habitants remonte les rues à destination de la proche campagne. Des enfants ont disparus, dont Roman le fils de Josef, membre de la police locale, et la présence d’un groupe de « sales tsiganes » pourrait bien en être la cause. D’ailleurs ce n’est pas la première fois que des problèmes surviennent lorsque des roulottes s’installent à proximité du bourg. Telle est la pensée de quelques membres de ce cortège. Et la colère qui se lit jusque sur le visage des villageois lorsqu’ils arrivent à proximité du lieu où séjourne le groupe de Roms, ne laisse rien présager de bon. Aussi tendues que soient les relations entre les deux groupes, force est de constater qu’un problème de fond vient d’être identifié car dix enfants tsiganes ont eux aussi disparus. Josef décide alors de suivre sur les routes le groupe de Roms afin de tirer cette histoire d’enlèvements au clair. Des explications vont très vite apparaître car il semble bien que des soldats nazis aient fureté dans la région remplissant des trains entiers d’enfants. D’ailleurs la pression des hommes du IIIème Reich se fait de plus en plus sentir mettant en péril les Roms clairement visés par le gouvernement d’Hitler.

Avec ce scénario très dense alliant une trame romancée autour de l’amour naissant entre Josef, le gadjo, et la belle sorcière Silenka et le souci pédagogique des auteurs de présenter les atteintes faites à la communauté Rom durant le second conflit mondial, Michaël Le Galli et Arnaud Bétend nous offrent une fresque remarquable et subtile. Sans s’enfermer dans un cadre rigide, les auteurs présentent des faits peu connus de nous qui participent à une meilleure connaissance des Roms, comme avait pu le faire notamment Michel Dufranne dans Triangle rose avec la communauté homosexuelle allemande, elle-aussi chassée et exterminée durant la seconde guerre mondiale. Le dossier qui clôt l’album retrace l’histoire de ces nomades chassés progressivement des lieux qu’ils parcourent, la plupart du temps en raison des mœurs, des coutumes et de la manière de vie qui divergent de celles de leurs hôtes potentiels. Le scénario de Michaël Le Galli se construit autour de Josef le gadjo qui s’intégrera progressivement à la communauté qu’il a choisi de rejoindre. Il s’assimilera sans juger, partageant son expérience, observant et acceptant son sort jusque dans les camps de la mort. Le dessin d’Arnaud Bétend ajoute une touche de réalisme et de dramaturgie par le traitement au sépia qui permet de donner à l’ensemble un côté « vieux film » assez plaisant et tout à fait à propos. Un album qui a été conçu sur plus de quatre années avec l’envie de proposer et de délivrer un message fait de respect et de compréhension pour une communauté très (trop) souvent stigmatisée.

Michaël Le Galli et Arnaud Bétend – Batchalo – Delcourt – 2012 – 17,95 euros

 

Interview des auteurs

 


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...