MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Les BDs du jour : Les collectionneurs, Kanerva et Lili la fourmi…

Les BDs du jour : Les collectionneurs, Kanerva et Lili la fourmi…

La BD du jour revient et pour la peine ce n’est pas un mais trois albums qui vous sont proposés. D’abord Les collectionneurs, un titre pour ranimer la bonne humeur chez le lecteur. Un 48 pages dédié à ces personnages étranges à la passion dévorante. Kenorva nous propose quant à lui une immersion dans le quotidien d’une petite fille qui découvre cet étrange sentiment qu’est la jalousie… Enfin Lili la fourmi et le trésor de la Pedra Talhada, un album qui se veut sensibiliser les plus jeunes aux risques de la déforestation en Amérique du sud. Trois lectures saines pas encore remboursées par la Sécurité sociale !

Kanerva
Les collectionneurs

Les collectionneurs de Baloo and co – Editions du Long bec (2015)

Parfois ils sont un peu bizarres, plongés dans un monde qui n’appartient qu’à eux. Ils sont capables de traverser la Terre entière, de prendre des risques insensés, de s’adonner à des pratiques licencieuses ou pire amorales, de se couper d’avec leurs proches qui deviennent peu à peu lointain. Eux, ce sont les collectionneurs. Des gens a priori « normaux » qui pourtant peuvent « déraper » pour leur passion, leur collection, qui parfois n’intéresse qu’eux. Certains chassent les papillons pour mieux exposer dans leur salon les cadavres de ces insectes à la fragilité éprouvée, d’autres les pipes et les tabatières, pour, le soir venu, fumer dans leur salon et s’évader sur les terres brûlées qui accueillent les plants de leur précieux tabac, d’autres encore, de façon plus classique collectionne les femmes et déploient tout un savoir-faire éprouvé pour les faire craquer et les chevaucher dans des jeux enflammés diurnes ou nocturnes. Parfois il ne s’agit pas de passion à proprement parler, comme pourrait nous le confirmer le pauvre Phu Nguyen, malchanceux maladif qui attire à lui tous les malheurs possibles, un peu comme Pierre Richard dans La Chèvre, sauf que là les conséquences sont plus radicales !
En onze histoires courtes de quatre planches, Baloo (Eric Poelaert) livre un album délirant et satirique à souhait sur un thème qui lui est cher, le collectionneur. Pour cela il s’entoure de onze dessinateurs qui ont travaillé chacun sur un récit. On y retrouve Philippe Foerster, qui vient de livrer chez Glénat un sublime Confesseur Sauvage, Olivier Supiot (La Patrouille des Invisibles), Marc N’Guessan, Mig, Jürg, Gilles Aris, Bruno Bessadi… Onze atmosphères, onze lectures des ravages d’une passion dévorante. Un album grand public qui se lit le sourire aux lèvres, signe que son but est atteint et plutôt de belle manière !

Collectif (sc. Baloo) – Les Collectionneurs – Editions du Long Bec – 2015 – 13 euros

Kanerva

Kanerva de Tikkanen – Les Requins marteaux (2015)

Kanerva, petite fille dynamique, pêche depuis une jetée en bois perdue dans un coin de campagne. Observée de loin par Eero, un jeune garçon dont elle est secrètement amoureuse, la jeune fille se trouve aspirée au fond des eaux par une prise surprenante. Surprenante car à vrai dire il ne s’agit pas de la prise du siècle. Alors qu’elle tente de démêler le fil de sa canne accrochée à une branche sous-marine, Kanerva est attaquée par un « gibier » bien plus gros, un poisson qui ravirait l’ensemble de la famille pour un repas bien copieux. Eero qui a suivi la scène de loin se précipite au secours de sa jeune camarade pour l’extraire de l’eau. C’est ce qu’il parviendra à faire. Inanimée Kanerva se verra bénéficier d’un inespéré bouche-à-bouche par celui qu’elle chérit tendrement. Mais très vite le garçonnet se sauve. Et pour cause, il doit se rendre à un chalet familial avec sa cousine pour y passer la nuit sous une tente. Un chalet localisé de l’autre côté du lac. La jalousie de Kanerva s’éveille avec cet épisode qui lui fera mener une expédition déraisonné pour traverser le lac à la nage ou dans des embarcadères de fortune…
Le dessinateur finlandais Petteri Tikkanen construit un univers singulier depuis la fin des années 90. Kanerva reste l’un de ses personnages fétiches à partir duquel il livre son regard sur l’enfance, sur les relations et les l’ouverture au monde de ses jeunes héros. La thématique développée ici, la jalousie, sert de fil conducteur au récit. Tikkanen prend le soin de décortiquer avec soin les sentiments qui anime son héroïne, sans se faire nostalgique de moments passés, ni ingénu dans son approche. Le trait simple développé dans une bichromie plutôt efficace va à l’essentiel en ne négligeant pas un humour second degré. Un récit sans prétention, plaisant à lire même s’il ne révolutionne pas un genre.

Petteri Tikkanen – Kanerva, de l’autre côté du lac – Les Requins Marteaux – 2015 – 12 euros

Lili la fourmi et le trésor de la Pedra Talhada

Lili la fourmi et le trésor de la Pedra Talhada de Studer et Boroni – Nordesta (2015)

Lili est une petite fourmi qui vit dans une fourmilière sous les racines d’un arbre dans une forêt préservée et sauvage du Brésil. Elle n’a jamais pu quitter son habitat en raison de sa jeunesse mais rêve d’ailleurs. D’autant plus en écoutant les histoires merveilleuses contées par les anciens. Un jour elle décide pourtant de prendre son destin en main pour s’enfoncer dans la forêt. Tout pour elle est nouveau et la masse d’informations qu’elle capte et doit digérer lui ôte ce surcroît pourtant nécessaire de vigilance. Elle crapahute vaillamment vers le sommet de la forêt, lorsqu’elle tombe malencontreusement dans le vide. Elle se réveille entourée de trois fées qui vont lui confier une mission de la plus haute importance : sauver la forêt. Pour cela elle disposera d’un jour et d’une nuit et de sept pouvoirs magiques qu’elle devra utiliser pour faciliter sa quête. Elle acceptera la mission et très vite se fera des compagnons de route qui lui apporteront chacun une partie de la solution pour sauver son environnement. Mais le temps est compté…
Lorsque les conquistadors espagnols et portugais débarquent en Amérique du Sud les vastes terres qui s’étendent au-delà des côtes sont partagées en deux grandes forêts de plusieurs millions de km². D’un côté l’Amazonie, qui porte le nom du fleuve qui la traverse et de l’autre, au nord-est du Brésil, la forêt tropicale atlantique dont il ne reste presque plus rien aujourd’hui, si ce n’est la réserve de Pedra Talhada qui couvre 50 km² seulement dans les Etats d’Alagoas et de Pernambuco. L’association Nordesta propose de nous sensibiliser à la préservation de cette forêt par le biais d’une bande dessinée mettant en scène Lili, une petite fourmi sur laquelle repose la dernière chance de ne pas voir disparaître définitivement cet environnement-écrin. Destiné aux plus jeunes pour sa forme ludique, cet album, qui propose en outre des jeux éducatifs en cours et en fin de lecture, peut aussi responsabiliser les plus grands qui peuvent, tout en achetant un exemplaire de ce titre, participer à la reforestation de la zone de la Pedra Talhada (littéralement Pierre taillée en référence à l’érosion qui se développe sur sa falaise granitique), puisque un album acheté aide Nordesta à replanter un arbre sur cette zone. Un album à petit prix pour une bonne action, que demander de plus ?

Studer/Boroni – Lili la fourmi et le trésor de la Pedra Talhada – Nordesta – 2015 – 9,95 euros


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...