MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > Une BD sous le bras : Rêves d’enfants, plongée dans les mondes fantastiques…

Une BD sous le bras : Rêves d’enfants, plongée dans les mondes fantastiques…

J’avoue ne pas parler assez souvent des albums destinés à la jeunesse. Et pourtant de bons projets voient le jour chez la plupart des éditeurs… Aujourd’hui je vous présenterais donc trois projets plutôt sympathiques. Le premier est une fable aux accents cruels où le fantastique s’immisce lentement pour nous transporter dans un ailleurs riche de suspense, c’est Le Monde de Milo. Le second lui, nous mène tout droit dans des contrées chaudes sur les eaux reculées d’un océan où les pirates ont disparu… Mais pas forcément tous ! C’est ce que nous verrons avec Tangomango. Enfin pour finir nous verrons que les licornes existent, maintenant que nous dévorons le Monde de Yaxin, nous en sommes persuadés ! Un bel album de la prestigieuse collection Métamorphose…

 Milo1

MiloMilo est un jeune garçon à la Huckleberry Finn, un peu insouciant qui s’amuse à pêcher près d’un lac. Son père déserte le foyer en raison d’un travail qui l’éloigne tout au long de la semaine. Il laisse pour la peine Milo seul dans une trop vaste demeure de pierre surveillé seulement par trois vieilles tantes pas très regardantes sur l’éducation du garçonnet. Milo passe ainsi ses journées à tenter de capturer des écrevisses près de sa maison isolée. Un jour, il tombe sur un têtard pas plus gros qu’un pouce d’une espèce inconnue qui dégage une luminosité d’or à travers les eaux calmes du lac. Il décide de l’attraper avec son épuisette pour le ramener à l’intérieur. Le poisson scintille de mille feux et la lumière qu’il dégage semble se renforcer avec la tombée du jour… Le garçon reste subjugué… Sans voix. Mais ce poisson possède semble-t-il une valeur bien plus que symbolique pour l’étrange personnage à la tête de crapaud muni de dents acérées qui vient frapper à sa porte. Milo arrivera à se débarrasser de cet intrus mais il restera persuadé que celui-ci reviendra. Alors qu’il rejoint le débarras où il a laissé le têtard doré, Milo s’aperçoit que celui a tendance à grossir à vue d’œil, tant est si bien que la petite bassine dans laquelle il l’a déposé devient vite bien trop petite. Le garçonnet devra veiller à ne pas laisser le poisson dépérir dans son trop étroit récipient mais devra aussi faire attention à l’homme-crapaud qui rôde autour de sa maison…

Avec l’adaptation de ce conte chinois captivant Richard Marazano et son dessinateur Christophe Ferreira arrivent à nous faire penser au meilleur de Miyazaki. Le compliment n’est pas usurpé, loin de là pour cette histoire teintée de fantastique, de mystère et d’une quête qui se révèle vite dangereuse pour Milo. Un vrai régal !

Marazano/Ferreira – Le Monde de Milo T1 – Dargaud – 2013 – 13,99 euros

 

TangomangoRien ne va plus dans la contrée des Eaux Tièdes située nous dit-on dans la vaste mer Blanche plus au sud que la plus australe des îles du monde des douze. Ces eaux peu profondes et préservées de l’extérieur vivent en effet des temps  nouveaux. Les pirates qui apportaient un lot de sel dans les voyages trans-atolls ont tous disparu depuis qu’un nouveau gouverneur a pris le pouvoir des Eaux Tièdes. Poupo Mogrovejo, c’est son nom, voulait établir un régime de peur et de tyrannie pour faire plier quiconque pourrait remettre en cause sa légitimité. Tout cela se passa en 972 et rien ne devait pouvoir remettre en question ce nouvel ordre. Cependant, dix années plus tard Elaine, une jeune fille espiègle qui emprunte les traits d’une Esmeralda ou d’une Carmen, décide, avec l’aide d’un poulpe borgne au chapeau de pirate, un dénommé Encre noire de faire revivre la peur sur les Eaux Tièdes et de remettre au goût du jour la piraterie qui sévissait par le passé. Dans sa belle cité de Nao la grande, Poupo Mogrovejo, se retourne de colère lorsqu’il apprend que des inconscients décident de faire flotter de nouveau l’étendard noir à tête de mort dans le ciel bleu des mers alentours… Il décidera d’employer la manière forte pour faire régner de nouveau l’ordre.

Tangomango lève un voile sur les personnages qui composent l’univers riche et protéiforme de Wakfu. Mais attention, la collection Wakfu Heroes n’est pas là pour évoquer les personnages majeurs de la série à savoir les Yugo, Amalie, Ruel, Tristepin ou Evangelyne, mais bel est bien les personnages secondaires qui apparaissent en toile de fond. Elaine apparait dans la saison 2 du dessin animé diffusé sur France 3 entre 2008 et 2012. Tisser son histoire plus en détail permet non seulement de faire revivre l’univers Wakfu mais permet aussi de le densifier en dévoilant de nouveaux volets à explorer. La BD prend donc ici le relais de la série d’animation. Le dessin d’Adrian Fernandez Delgado reste de bonne facture même si le récit alterne des chapitres qui posent le contexte et peuvent déboussoler certains lecteurs par le choix de déroulé et de découpage. Tangomango reste à suivre et saura ravir les nostalgiques de cet univers riche et coloré !

Adrian Fernandez Delgado – Tangomango – Ankama – 2013 – 12, 90 euros

  

yaxinEn 2010 sortait Yaxin – Le faune Gabriel, un nouvel opus de la collection Métamorphose empreint de poésie et tissant un univers raffiné sous fond de fable initiatique. Aujourd’hui sort Le jour de la licorne, où la naissance merveilleuse d’une petite licorne fragile qui rappelle aux yeux de tous la beauté de la nature. L’album se présente sous une forme carrée, avec des pleines pages en forme de tableaux se répondant les uns aux autres pour former un tout qu’un long texte poétique assemble. Il s’agit donc ici plus d’une mise en image d’un texte subtil et délicat que d’un album avec sa trame si rassurante. Ici pas vraiment de début et pas vraiment de fin, pas d’intrigue réelle, si ce n’est cette naissance annonciatrice de beaux moments à venir. Cela peut dérouter ceux qui entendent trouver une structure ou un cadre classique dans le récit exposé mais ravira les autres, ceux qui, encore armés d’espérances et peu soucieux de la forme resteront sur cet espace de poésie. Car Le jour de la licorne peut se percevoir comme une pause dans notre univers trop cartésien ou trop attiré par le sens. Ceux qui se  laisseront guider par cet instant de pure magie trouveront dans cette lecture forcément décalée des valeurs à partager. Un texte destiné à être lu et transmis, mais aussi un texte à méditer pour son rythme en dehors des canons traditionnels, pour sa vision poussée dans des ailleurs féériques et tout simplement car il autorise une pause dans un monde qui entrevoit un nouveau rapport au temps éphémère qui passe…

Arenas – Le jour de la licorne – Soleil/Métamorphose – 2013 – 14,95 euros

 

Image de une © Marazano, Ferreira – Dargaud – 2013


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Depuis combien de temps lisez-vous MaXoE ?





Loading ... Loading ...