MaXoE > RAMA > Dossiers > Musique > Marc Fichel : Interview du gagnant du Grand Prix des Lecteurs 2022 / Catégorie …

Marc Fichel : Interview du gagnant du Grand Prix des Lecteurs 2022 / Catégorie Clips

Marc Fichel a remporté le Grand Prix des Lecteurs 2022 du MaXoE Festival avec son clip ‘C’était le temps‘. Un très beau clip pour une très belle chanson par un artiste qui a beaucoup à dire et qui le dit très bien. Nous avons donc souhaité en savoir plus sur son histoire, son parcours, ses projets et sa vie en général ; il a accepté de répondre à nos questions et ses réponses sont à découvrir ci-dessous !

A noter que dans le cadre du MaXoE Festival – La Suite, nous vous proposons de gagner vos places pour le concert que Marc Fichel donnera le 18 septembre prochain à l’Espace Rachi. Vous pouvez participer en vous rendant sur cette page 😉

 

Bonjour Marc Fichel, votre clip ‘C’était le temps’ a remporté le Grand Prix des Lecteurs 2022 du MaXoE Festival, félicitations ! Avant cela, votre album ‘Encore un instant’ avait été sélectionné dans la catégorie Musique Chanson / Folk du MaXoE Festival 2020. Autant dire que nous vous apprécions beaucoup sur MaXoE et que nos lecteurs aiment aussi beaucoup ce que vous faites puisqu’ils se sont largement mobilisés pour vous lors des votes. Avez-vous un message à leur faire partager ?

Marc Fichel : Fier et heureux de donner du bonheur musical à vos lecteurs.  Hyper touché par leur retour …
La musique est avant tout un partage… partage sur les réseaux, partage sur les plateformes de téléchargement et partage scénique indispensable…

 

On vous connait en tant qu’auteur, compositeur et interprète depuis votre premier album sorti en 2013, mais votre parcours est assez original. De l’improvisation avec votre père (dentiste) autour du piano familial à une école de commerce, en passant par la Roumanie où vous avez travaillé puis le Marché de Rungis jusqu’aux Rencontres d’Astaffort où vous êtes repéré par Francis Cabrel. Sans oublier l’émission de radio ‘C’était pas prévu au programme’ avec Marc et Maguy à laquelle vous participez… Vous avez aussi un look très reconnaissable et une énergie communicative. Comment en êtes-vous arrivé là, qu’est-ce qui vous anime et vous guide ?

Je suis un hyperactif passionné par tout ce que j’entreprends…
Je vis à fond tous les projets dans lesquels je m’investis…
Ce qui m’anime au plus profond de moi est l’envie de créer.
Créer des chansons, des univers, des projets artistiques et partager à plusieurs cette passion comme l’émission de radio qu’on nous a proposée à Maguy et moi-même sur la FM.
J’aime me diversifier artistiquement… sans frontières… Je suis actuellement également co-compositeur sur une nouvelle comédie musicale « Le Père Noël est vert » qui verra le jour en fin d’année dans une première Edition…

 

En septembre 2020, vous avez sorti un EP cinq titres de reprises, ‘Mes années cover’. Sur votre site vous avez écrit à propos de cette période du confinement : ‘Le monde entier tournait au ralenti, nos journées devenaient bien plus longues que nos nuits, et les nuits devenaient plus courtes qu’à l’accoutumé. Le matin, je partais aux halles de Rungis, nourrir notre chère France, l’après-midi, je m’installais au studio seul face au Steinway‘. Vous ajoutez que ces titres que vous avez repris (‘Aimons-nous vivants’, ‘Nuit de folie’ ou encore ‘Manureva’) sont ‘un lien entre le monde d’avant et celui d’aujourd’hui‘. Quel impact a eu cette période sur vous, au niveau personnel et créatif ?

Cette période « covidienne » fut pour moi une réelle révélation artistique et intellectuelle…
J’ai réalisé qu’il fallait vivre tous nos rêves, sans reporter au lendemain le moindre projet.
Cette période m’a fait comprendre à quel point la vie est précieuse et la liberté un privilège…

 

Revenons sur ‘C’était le temps’ dont le très beau clip a remporté le GPL 2022 avec son atmosphère à la fois magique et mélancolique et où les générations se succèdent sans ne jamais rien oublier des précédentes. Un clip remarquablement mis en image et tourné dans l’atelier de l’artiste français Franck Tordjmann, avec sa participation et celle de sa propre fille (lire notre article). Les paroles de ce single extrait de l’EP éponyme sorti en avril 2022, sont très fortes, et comme nous le disions dans notre Chronique, elles nous transportent dans un temps révolu mais toujours présent, une histoire qu’il faut continuer à transmettre. C’est celle de votre famille originaire d’Europe de l’Est, et plus spécifiquement de Roumanie, un pays que vous connaissez bien. Vous avez tweeté que lorsque vous avez écrit et composé cette chanson, vous ne pensiez pas ‘qu’elle serait aujourd’hui… l’actualité‘. Le sujet de la chanson a en effet une résonnance avec ce qu’il se passe depuis plusieurs mois en Ukraine, quel est votre sentiment sur cette situation ?

Cette chanson raconte une histoire… dans l’histoire…
Jamais je n’aurais pensé que mes paroles puissent coïncider autant avec l’Histoire d’aujourd’hui….
Tout est un éternel recommencement à mon grand regret …
C’est encore une des raisons pour lesquelles il faut vivre à fond chaque minute de son existence… Nous ne connaissons pas nos » lendemains ».

 

On l’a vu avec vos précédents titres, vous vous inspirez de votre histoire personnelle mais aussi de certains moments de la vie (‘L’amour de vacances’, ‘Y’en aura pour tout le monde’) et du quotidien (‘Il est 8h passées’). Vous accordez une grande place à la mélodie (que vous composez ‘à l’oreille’ puisque vous dites ne pas lire la musique) et à la précision des mots, dans un style ‘pop’ où le mot ‘populaire’ prend tout son sens. Dans notre Chronique de ‘Encore un instant’, nous écrivions : ‘Sa plume est plutôt habile, il joue avec les sons, avec les syllabes, avec tous les mots (…) On se laisse entrainer au gré des rimes, au rythme des accords sincères‘. Quels sont les artistes qui vous ont marqués et qui vous inspirent encore aujourd’hui ?

Je suis né musicalement avec Jean-Jacques Goldman et Michel Berger… Puis j’ai muri avec Vincent Delerme… Enfin aujourd’hui j’écoute tout… Des moments qu’une mélodie me touche…
De Grand Corps Malade à l’incroyable Stromae en passant par Ben Mazué….
J’aime aussi le coté provoque et fort de La Zarra…

 

Rungis, impossible de ne pas en (re)parler. Vous avez été pendant de nombreuses années directeur export aux Halles de Rungis, spécialiste de la pomme de terre. Un travail de nuit pour pouvoir composer et jouer la journée. ‘C’est ma vie dans les halles’ (avec plus d’un million de vues sur Youtube) est un magnifique hommage à l’effervescence au coeur du Marché de Rungis qui vous le rend bien puisque des sociétés de Rungis et de nombreux collègues ont participé à la production de certains de vos albums. Parlez-nous de ce travail nocturne, de ces halles où vous vous rendiez pendant le confinement pour ‘nourrir notre chère France‘, en passant par vos conseils de ‘patatier’ aux oreilles attentives des plus grands chefs… Que retenez-vous de cette expérience et y travaillez-vous toujours ?

En effet les Halles de Rungis sont ma famille de cœur… Ils me soutiennent depuis le début dans mes initiatives musicales…
Rungis m’a donné l’esprit d’équipe, de volonté et de partage…
Si je suis un artiste c’est pour donner …
Quand on aime on ne compte pas…Et D. sait que j’aime les gens et la scène…
Rungis fut ma première scène…
Les salles de spectacle… Ma seconde….

 

Vous faites beaucoup de scène, on vous a vu au Sentier des Halles, à la Scène Bastille, au Divan du Monde, à l’Européen, au Palais des Congrès… En passant par le Festival Salagou en chanson dans l’Hérault, à Bruxelles ou encore Tel Aviv… Vous étiez cet été à Manille aux Philippines et en première partie d’Amel Bent à Reims. Vous serez très prochainement sur la scène de la nouvelle salle de l’Espace Rachi à Paris avec en première partie la pétillante Noy Meirson. Vous avez dit que ‘les chansons vivent grâce à la scène’ et on sent votre enthousiasme pour ces rendez-vous avec le public. C’est aussi un moyen de toucher des publics différents (des concerts sur les marchés de gros ont été annoncés pour 2023) ou de prendre des engagements, comme ce concert pour la paix à Bucarest que vous avez évoqué il y a quelques mois. Qu’est-ce que la scène représente pour vous ?

La scène permet de s’exprimer sans contrainte …
Souvent en studio on tente des impros ou des versions différentes au cas ou…En pensant parfois aux auditeurs, aux radios, aux medias…
La scène c’est la liberté, une osmose entre toi et ton public…Tu es » libre comme l’air »…qui donne la chanson 😊

 

Cela fait un moment que l’on vous suit sur MaXoE, vous êtes un hyperactif qui dort peu et qui sait nous surprendre, on se demande d’ailleurs ce que vous allez bien pouvoir nous proposer et nous avons quelques idées : une intervention dans l’émission Top Chef ? Un nouveau concert aux Halles de Rungis où tout a commencé ? Composer pour d’autres, une collaboration avec Jean-Jacques Goldman ? Une première place au prochain Marathon de Paris (vous êtes un adepte de la course à pieds) ? Un duo avec la gagnante philippine de The Voice ? Tourner de nouveau avec Alexandre Arcady (vous aviez fait une apparition dans son film ‘Entre chien et loup’) ? Apprendre le solfège ? 🙂 Plus sérieusement, quels sont vos projets en cours et ceux que vous rêvez de réaliser ?

Tout d’abord, rien n’est calculé chez moi… Une aventure en entraine une autre…
Dans un court délais, je vais enregistrer un featuring avec l’artiste israélienne Noy Meirson, qui assurera ma première partie au Centre d’Art et de Culture de la rue Broca le 18 septembre.
Ensuite je vais me concentrer sur le clip de ‘Il est 8h passées’ qu’on va tourner en octobre.
Ensuite je me remets à l’écriture et on va préparer également la tournée 2023 avec de jolis moments en prévision comme cette folle tournée « C’est ma vie dans les halles / Give Me 5 » avec des concerts matinaux sur les plus grands marchés de gros français pour la France qui se lève tôt …
Et encore plein de jolies surprises mais qui doivent rester des surprises lol

 

On termine cette interview par une question rituelle : MaXoE est un média indépendant et multi-thématiques, il n’y a pas de frontière entre les bandes-dessinées, les livres, la musique, le cinéma ou encore les jeux-vidéo. Quelles sont vos lectures de référence, les ouvrages que vous appréciez ? Les films ou séries que vous avez vus récemment ? Est-ce que vous jouez aux jeux vidéo ? Du côté de la musique, vous écoutez quoi en ce moment ? Un conseil sur un événement, une exposition à voir ?

Quant aux lectures je suis fan de BD genre Blake & Mortimer mais j’aime aussi lire un bon roman qui s’inspire de faits historiques, je vous conseille Les trois vies de Suzana Baker de Philippe Amar avec qui nous devrions travailler sur un projet musical. A suivre #scoop.
Je n’ai jamais été un grand amateur de jeux vidéo, en revanche je suis un grand curieux … qui suit l’évolution de ce phénomène avec notamment des jeux tels que Warcraft.
En musique, j’écoute vraiment de tout, quand un son est bon, que la mélodie reste dans la tête ça me touche de suite… J’aime beaucoup Ben Mazué tout comme Bigflo et Oli et j’écoute en boucle Calogero qui pour moi est l’artiste complet… SI vous êtes sur Paris, il y a tant d’expos qu’en sortant vous êtes obligé d’en visiter ou d’aller vous perdre dans un musée. Des expos à Georges Pompidou situé au cœur des Halles en passant par le Musée d’Orsay, tout y est incroyable !

 

Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions et au plaisir de vous accueillir à nouveau sur MaXoE ! 🙂

Merci à vous et aux lecteurs pour votre bienveillance.


Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Les films, vous les regardez de préférence...





Loading ... Loading ...