MaXoE > GAMES > Tests > 3DS > Castlevania : Lords of Shadow – Mirror of fate

Castlevania : Lords of Shadow – Mirror of fate

NOTE DE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Il y a un peu plus de deux ans, MercurySteam Entertainment, avec la bénédiction de Konami, relançait en pleine frénésie des reboots l'une des sagas cultes de l'éditeur, Castlevania. Les fans sceptiques approchaient le jeu, Lords of Shadow, avec un bâton, tapotait dessus, puis se lançaient, et découvraient un jeu d'aventure extraordinaire. Tout en 3D, en vue à la troisième personne, Castlevania devenait un jeu d'aventure-action à mi-chemin entre God of War, Zelda, Shadow of the Colossus et, surtout, Castlevania. Car relancer une franchise peut aboutir à la massacrer, souvenez-vous d'Indiana Jones IV. Mais ici, MercurySteam, appuyée par Kojima Team, livrait un conte noir, baroque, superbe, dont le final a marqué la plupart des gamers. Vous pouvez le voir sur Youtube, mais mieux vaut jouer le jeu que vous trouverez maintenant à vil prix. En attendant un Lords of Shadow 2 imminent, MercurySteam transpose son nouvel univers sur 3DS. Avec un résultat un peu moins séduisant.

 
  

Avis à ceux qui n’ont pas joué à Lords of Shadow, vous risquez d’être un peu déroutés par certains pans de l’aventure, en particulier si vous êtes un fan de la première heure de Castlevania. Sachez en tous cas que vous aurez le plaisir de traverser le jeu accompagnés de Simon, Trevor, Gabriel ou Alucard. Oui, logiquement, au moins un nom doit vous frapper, ce qui devrait vous confirmer que le jeu propose une narration éclatée.

Finie l’aventure 3D des consoles de salon, cette version 3DS affiche une 2.5D renforcée par un sublime effet de profondeur. C’est bien la première fois que la 3D me convainc autant sur le 3DS, précisément parce qu’elle ne cherche pas à en faire trop : de la profondeur de champ, de l’immersion, impeccable.

Dès le lancement du jeu, on découvre des codes graphiques nouveaux, auxquels on adhérera ou pas. Ainsi, l’histoire nous est présentée sous forme d’une espèce de diaporama de cartoons, assez agréable. Quant au jeu, c’est donc une fausse 2D, avec des modèles plutôt grands et réussis, une réussite assez remarquable pour la 3DS qui augure du meilleur pour la suite de la vie de la console. On passe ainsi des pièces gothiques d’un manoir à des extérieurs superbes, ou à des cavernes plus poisseuses, et des donjons sinistres. Tout ne baigne pas dans la magnificence, mais il faut aussi savoir poser une ambiance et cela passe par ces zones désolées.

Pour ce qui est du gameplay, le jeu en revanche souffle un peu le chaud et le froid. Les phases de plates-formes, ainsi, ne sont pas passionnantes, et sont un peu répétitives. En revanche, les phases de combat sont remarquables : combos, parades, esquives, coups fatals, la liste est longue, et l’expérience amenant de nouveaux combos, on devient rapidement une petite encyclopédie du massacre. Et il va falloir maîtriser rapidement tous les aspects du combat, car si les péons peuvent déjà poser quelques difficultés, les boss sont, pour certains, carrément délicats, et il faudra manier la défense avec brio sous peine de voir sa barre de vie fondre comme neige au soleil…

En fait, le gros souci de ce jeu, c’est qu’on en fait vite le tour… Ainsi, chaque personnage a la même liste de coups que ses petits camarades, avec quelques compétences annexes différentes, et on passe le plus clair de son temps à avancer vers un objectif, sans avoir envie de revenir parcourir ceux que l’on pourrait désormais débloquer, le changement de personnage se révélant parfois purement cosmétique, et justifié seulement par un scénario un peu paresseux. Du coup, rien ne nous implique réellement, et après un début enthousiasmant, on finit par s’ennuyer devant le jeu, d’autant qu’une fois le premier run d’une douzaine d’heures passé, il n’y a pour ainsi dire plus rien à faire…

Il y avait pourtant de quoi faire avec un univers aussi riche, une nouvelle mythologie aussi bien pensée, pour faire un trait d’union entre les deux jeux de salon. En l’état, on a un simplement un jeu correct, qui sent un peu le mercantilisme et le jeu un peu trop vite fait…

 

NOTE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

On a donc un Castlevania "à l'ancienne", mais en moins bien, en dépit de quelques réussites, d'une réelle patte graphique, et d'une bande sonore vraiment exaltante. Pas de quoi s'inquiéter concernant Lords of Shadow 2, les consoles de salon étant très différentes à tous égards des consoles nomades, mais il ne faudrait pas que MercurySteam nous resserve un jeu aussi... ordinaire.
ON A AIMÉ !
- Un style visuel séduisant
- Une BO très réussie
- Une ambiance assez soignée
- Un système de combat très réussi
ON A MOINS AIMÉ...
- Répétitif
- Paresseux
- Un scénario insipide
- Rejouabilité : zéro
Castlevania : Lords of Shadow - Mirror of Fate
Editeur : Konami
Développeur : MercurySteam Entertainment
Genre : Aventure/Action
Support(s) : 3DS
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 08/03/2013

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...